HARSHA, roi de l'Inde (606-647)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Souverain converti au bouddhisme, sous le règne duquel se trouva unifiée, au ~ viie siècle, l'Inde septentrionale (du Cachemire au Bengale) et dont la capitale était Kanauj. Harsha (surnommé siladitya, « soleil de vertu ») passe pour avoir favorisé les artistes de son temps et fait de sa cour un des hauts lieux de la culture indienne classique. Il semble qu'il ait été lui-même un écrivain, car la tradition unanime lui attribue, selon toute vraisemblance, trois pièces de théâtre, qui sont parmi les meilleures de la littérature sanskrite : Priyadarshikā (du nom de l'héroïne), Nāgānanda (la « Félicité des serpents ») et Ratnāvalī (du nom de l'héroïne) qui est son chef-d'œuvre. La foi bouddhiste de Harsha se manifeste dans la deuxième pièce où le héros parvient à convertir Garuda (l'aigle divin, ennemi-né des serpents) à l'idéal de non-violence (ahimsa) : les reptiles n'auront dès lors plus rien à craindre de la gent ailée. Les deux autres pièces sont des comédies de harem où l'on voit un roi s'éprendre d'une jeune servante. Ces amours sont contrariées par la jalousie de la reine, mais, à la fin, tout s'arrange car la servante se révèle d'origine princière et le roi peut la prendre pour seconde épouse. Les caractères, dans ce théâtre, sont finement décrits, l'action y est alerte, la langue est un modèle de souplesse et d'élégance ; tous ces traits font de Harsha l'un des auteurs majeurs de la littérature sanskrite classique.

—  Jean VARENNE

Écrit par :

  • : docteur ès lettres, professeur à l'université de Lyon-III

Classification


Autres références

«  HARSHA, roi de l'Inde (606-647)  » est également traité dans :

GUPTA EMPIRE

  • Écrit par 
  • Rita RÉGNIER
  •  • 3 288 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Déclin de la dynastie »  : […] Dans l'état actuel des connaissances, il est impossible de tracer de façon satisfaisante l'histoire de la postérité de Kumāragupta I er . Les listes généalogiques ou royales établies dans des inscriptions qui sont dues à ses successeurs ou en font mention présentent des divergences considérables. Aussi a-t-on pensé qu'à la suite des guerres de la fin du règne du Kumāragupt […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/empire-gupta/#i_27592

INDE (Le territoire et les hommes) - Histoire

  • Écrit par 
  • Christophe JAFFRELOT, 
  • Jacques POUCHEPADASS
  • , Universalis
  •  • 22 498 mots
  •  • 24 médias

Dans le chapitre « L'âge des Gupta et Harṣa »  : […] Au début du iv e  siècle, un ferment d'unité reparaît dans le Magadha avec un nouveau Çandragupta, qui fonde en 320 la dynastie des Gupta. Sous Çandragupta II (375-415), leur influence à son apogée s'étend sur toute l'Inde au nord de la Narmadā. La relation chinoise du pèlerin bouddhiste Faxian [Fa-hien] laisse deviner un gouvernement moins rigid […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/inde-le-territoire-et-les-hommes-histoire/#i_27592

INDE (Arts et culture) - L'art

  • Écrit par 
  • Raïssa BRÉGEAT, 
  • Marie-Thérèse de MALLMANN, 
  • Rita RÉGNIER
  •  • 49 132 mots
  •  • 62 médias

Dans le chapitre « Les conditions de l'essor artistique (IVe-VIIIe s.) »  : […] L'empire Gupta fut fondé en 320 . Dès ce moment, l'unité politique et administrative, la stabilité économique, la tolérance religieuse constituèrent sans doute les principaux facteurs du développement des arts dans la moitié nord du pays. La situation se détériora dans la seconde moitié du v e  siècle quand les Huns blancs, jusqu'alors massés au n […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/inde-arts-et-culture-l-art/#i_27592

Pour citer l’article

Jean VARENNE, « HARSHA, roi de l'Inde (606-647) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 04 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/harsha/