HAPPENING

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

De la peinture à la mise en scène

Le happening est né d'une volonté d'échapper à la peinture, mais il est né de la peinture. Autour de 1955, et à peu près simultanément aux États-Unis et au Japon, des peintres ont éprouvé le besoin de transformer le tableau en un système dynamique et évolutif, notamment l'assemblage d'objets auquel, le premier sans doute, Allan Kaprow a donné le nom d'environnement. Ces œuvres composites sont les lointaines héritières des collages cubistes, des peintures futuristes, des montages et photomontages dadaïstes et surtout des assemblages de Kurt Schwitters qui, à partir de 1918, a divulgué des œuvres (Merz) dont le principe même était l'adjonction constante d'objets jusqu'à l'envahissement complet d'une pièce (Merzbau). Le premier merzbau entrepris par Schwitters a été, à partir de 1923, la transformation de son atelier en un vaste environnement (Cathédrale de la misère érotique).

C'est en sortant de leurs limites bidimensionnelles, puis tridimensionnelles, que les peintures sont devenues des assemblages, les assemblages des environnements et les environnements des happenings par incorporation de personnages humains. Le tableau, ou ce qu'il en restait, est alors devenu une scène destinée à accueillir un spectacle.

Environnement sur lequel sont venus se greffer des personnages qui engendrent une action, le happening a fait son apparition au Japon, en 1955, avec le groupe Gutai qui ne comprenait pas moins de neuf membres dont Murakami Saburo, Shiraga Kazvo, Tanaka Atsuko, Kanayama Akira, Shimamoto Shoto, Kudo Tetsumi et Motonaga Sadamasa. Trois personnalités semblent avoir dominé ce groupe qui s'est manifesté jusqu'en 1957 : Murakami, dont les actions ont été les plus spectaculaires, par exemple se frayer un chemin à travers une enfilade d'écrans en papier qu'il déchirait ; Shiraga, qui a peint des tableaux avec ses pieds et créé des œuvres en se roulant dans de la boue ; Kudo, qui, à partir de 1959, a contribu [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  HAPPENING  » est également traité dans :

DÉVELOPPEMENT DU HAPPENING SELON ALLAN KAPROW - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Hervé VANEL
  •  • 731 mots

1922 Projetant la future dissolution de l'art dans la vie, Piet Mondrian écrit : « L'art est déjà en partielle désintégration – mais sa fin serait prématurée. Les conséquences du Néoplasticisme sont effrayantes. » Allan Kaprow prolongera cette intuition.1943 […] Lire la suite

18 HAPPENINGS EN 6 PARTIES (A. Kaprow)

  • Écrit par 
  • Hervé VANEL
  •  • 312 mots

Les 18   Happenings en 6   parties , organisés par l'artiste américain Allan Kaprow (1927-2006) à la galerie Reuben de New York en 1959, constituent une sorte de légende. Historiquement considérée comme la « première » d'un genre nouveau, cette manifestation artistique n'en fut pas moins précédée par les soirées futuristes dans les années 1910, ou certaines frasques dadaïstes comme le scénario, le […] Lire la suite

ART (L'art et son objet) - Création contemporaine

  • Écrit par 
  • Paul ARDENNE
  •  • 3 566 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Vers une « nature moderne » »  : […] Loin que le readymade sclérose la notion d'œuvre d'art, il la fait au contraire éclater. La meilleure preuve en est ce constat, que tout un chacun formera s'il est familier des expositions d' art contemporain : l'œuvre d'art, à présent, ce peut être tout, son contraire et bien d'autres choses. Cherche-t-on des tableaux ? On en trouvera, mais peu d'ordinaires, et rarement préoccupés de beauté ou d […] Lire la suite

BEN BENJAMIN VAUTIER dit (1935- )

  • Écrit par 
  • Bénédicte RAMADE
  •  • 662 mots

Né en 1935 à Naples, Benjamin Vautier, dit Ben, est arrivé à Nice à l'âge de quatorze ans. Il incarne l'âme artistique de cette ville. Contemporain d'Yves Klein, Arman, César ou Martial Raysse, Ben ne s'est jamais départi d'une verve égocentrique, matière première de son œuvre. Sculptures, peintures, assemblages d'objets, projections de films, documents, textes théoriques et installations illustre […] Lire la suite

BEUYS JOSEPH (1921-1986)

  • Écrit par 
  • Didier SEMIN
  •  • 3 710 mots

Dans le chapitre « Guérison des formes, guérison par les formes »  : […] À la fois mise en scène ou modelage de la matière, mise en forme de son personnage d'artiste, réforme sociale, la question de la mise en forme – « Gestaltung », en allemand – est en effet centrale pour Beuys. Il est en cela un héritier des avant-gardes des années 1920, mais aussi, et plus fondamentalement, un sculpteur, même si le caractère protéiforme de son activité défie le classement. Sa voc […] Lire la suite

BODY ART

  • Écrit par 
  • Anne TRONCHE
  •  • 4 584 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'action contre l'œuvre »  : […] L'origine de cette situation réside peut-être dans l'enseignement du musicien John Cage au Black Mountain College, en Caroline du Nord. Dès 1952, il y organise simultanément des lectures de poésie, des concerts de musique, des conférences, des exercices de peinture et de danse ( concerted actions ) . En 1959, Allan Kaprow en développe la forme dans des actions collectives, qualifiées tout d'a […] Lire la suite

CAGE JOHN

  • Écrit par 
  • Daniel CHARLES
  •  • 3 368 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La tentation de l'Orient »  : […] Le concert du 7 février 1943 au Musée d'art moderne de New York avec Merce Cunningham, concert qui va imposer Cage dans les milieux de l'avant-garde, comporte la création de la suite Amores – deux pièces pour piano préparé et deux pièces pour trio de percussions – où s'expriment « l'érotique et la tranquillité, deux des émotions permanentes de la tradition de l'Inde ». Quand, en 1945, Cage s'inst […] Lire la suite

CAGE JOHN - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 669 mots

5 septembre 1912 John Milton Cage, Jr., naît à Los Angeles. 1938 John Cage entame ses recherches sur le piano préparé à la Cornish School of the Arts de Seattle. 1939 John Cage compose Imaginary Landscape n o  1 , qui constitue l'acte de naissance de la « musique électronique vivante » ( live electronic music ), et First Construction (in Metal) , pour sextuor de percussions. 1940 John Cage com […] Lire la suite

DINE JIM (1935- )

  • Écrit par 
  • Alain JOUFFROY
  •  • 957 mots

Un peintre américain, on le savait depuis Pollock, n'est pas forcément un homme sûr de sa supériorité, nationaliste et anti-Européen : Jim Dine (comme un James Rosenquist) est là pour le prouver. Né en 1935 dans l'Ohio, petit-fils de charpentier, arrivé à New York en 1958 et ayant participé activement, par ses happenings ( The Smiling Workman de 1959 et Car Crash de 1960) et par ses premiers ta […] Lire la suite

ÉPHÉMÈRE, arts

  • Écrit par 
  • Véronique GOUDINOUX
  •  • 2 182 mots

Dans le chapitre « L'éphémère comme qualité »  : […] Sans doute est-ce véritablement du côté du mouvement Fluxus qu'il faut chercher une conception nouvelle de l'éphémère. En 1961, l'artiste américain Allan Kaprow, inventeur du happening, écrit : « Le dernier point que j'aimerais développer à propos de la comparaison entre happening et pièce de théâtre est implicite dans toute la discussion – c'est leur caractère éphémère. Composé de sorte qu'une p […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

François PLUCHART, « HAPPENING », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 février 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/happening/