SEECKT HANS VON (1866-1936)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

D'une vieille famille noble de Poméranie, Hans von Seeckt devient, à dix-neuf ans, officier subalterne dans le 1er régiment de gardes à pied et gravit rapidement les échelons hiérarchiques, grâce à son savoir-faire avec les hommes et à ses dons d'officier d'état-major. Il voyagea en Afrique, aux Indes et à travers l'Europe. Lors de la Première Guerre mondiale, attaché au 3e corps d'armée, il conçoit le plan de la trouée de Soissons. Envoyé sur le front oriental, sous les ordres de Mackensen, il réalise la percée de Gorlice, qui enfonce le front russe. Après l'effondrement de novembre 1918, il est envoyé en Russie, en janvier 1919, pour organiser le rapatriement des troupes allemandes et pour protéger les frontières du Reich contre les incursions des Polonais et des bolcheviks.

Nommé président de la commission préparatoire de l'Armée de la paix, von Seeckt va maintenir, réorganiser et donner une foi nouvelle à l'armée allemande tolérée par le traité de Versailles. Sans se laisser entraver par les dispositions du traité, qui limitaient formellement les tâches de la nouvelle Reichswehr à la défense des frontières et au maintien de l'ordre, il fonde l'instruction des cadres sur la doctrine de la guerre de mouvement et recrée, de fait, un grand état-major, le Truppenamt. Il contribue, plus que tout autre, au réarmement de l'Allemagne et forme de toutes pièces de nouveaux cadres et de nouveaux spécialistes qui iront s'entraîner en U.R.S.S., grâce à un accord secret qu'il a passé avec les chefs de l'Armée rouge.

Relevé de ses fonctions en 1926, il décide, en 1930, d'entrer dans la politique, avec l'espoir, disaient certains, de devenir président du Reich à la mort de Hindenburg. Après avoir essayé, sans succès, de se faire inscrire au parti du centre, il finit par être élu député en septembre 1930 en qualité de membre du Parti du peuple allemand. Il est réélu aux élections générales de juillet et de novembre 1932. En 1931, il s'était allié ouvertement avec Hitler. En avril 1932, il écrivait à sa sœur : « Il faut voter pour M. Hitler. C'est la jeunesse qui a raison. Moi, je suis trop vieux. » Toutefois, lorsqu'il revient de Chine (1935), où il a dirigé la réorganisation de l'armée, il prend ses distances vis-à-vis du régime nazi.

—  André BRISSAUD

Écrit par :

Classification

Autres références

«  SEECKT HANS VON (1866-1936)  » est également traité dans :

REICHSWEHR

  • Écrit par 
  • André BRISSAUD
  •  • 1 071 mots

Armée de métier de la République de Weimar, la Reichswehr est née de la Constitution de 1919. Les rapports du chef de l'État avec l'armée devinrent alors très différents de ceux qui avaient existé au temps du Kaiser. À la suite des réformes constitutionnelles d'octobre 1918, l'armée était, en principe, soumise au contrôle parlementaire. Le président de la République avait le titre de commandant en […] Lire la suite

Pour citer l’article

André BRISSAUD, « SEECKT HANS VON - (1866-1936) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 novembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/hans-von-seeckt/