KELSEN HANS (1881-1973)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Formation et carrière

La vie et l'œuvre de Kelsen s'inscrivent dans les transformations de l'Europe au cours du xxe siècle. Né à Prague en 1881, dans une famille juive originaire de Galicie, il passera la première partie de sa vie dans une Vienne où se renouvellent tous les domaines de la pensée. Lorsque l'empire austro-hongrois s'écroule, en 1918, sa renommée est déjà grande. Proche des sociaux-démocrates qui ont accédé au pouvoir, il est choisi pour être l'un des principaux rédacteurs de la Constitution de 1920, qui sera suspendue par le chancelier Dolfuss en 1934, puis remise en vigueur après la Seconde Guerre mondiale. Il est considéré aujourd'hui en Autriche comme « le père de la Constitution ». Ce texte comporte une innovation considérable. C'est la première fois dans l'histoire du monde qu'est instituée une cour explicitement chargée de contrôler la constitutionnalité des lois. Cette cour est spécialisée dans cette fonction et elle en a le monopole. La cour constitutionnelle autrichienne a servi de modèle à la plupart des pays européens qui, après la guerre, ont voulu adopter le contrôle de la constitutionnalité tout en refusant un contrôle décentralisé à l'américaine, qui permet à n'importe quel juge au cours d'un litige ordinaire de statuer sur la conformité d'une loi à la Constitution.

En 1929, Kelsen est démis de ses fonctions de juge constitutionnel à vie par le gouvernement chrétien-social, qui ne lui a pas pardonné d'avoir soutenu la constitutionnalité de la loi sur le divorce. Enseignant à Cologne, il est à nouveau révoqué à la suite de l'arrivée au pouvoir des nazis en 1933. Il se réfugie alors à Genève, où il enseigne à l'Institut des hautes études internationales, puis à Prague, qu'il fuit en 1938 pour regagner Genève. En 1940, il décide finalement d'émigrer aux États [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Écrit par :

  • : professeur à l'université de Paris-X-Nanterre, membre de l'Institut universitaire de France

Classification


Autres références

«  KELSEN HANS (1881-1973)  » est également traité dans :

CONSTITUTION

  • Écrit par 
  • Pierre BRUNET
  •  • 4 202 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Constitution et pouvoir constituant »  : […] Si la constitution est une norme, qui en est à l'origine et en vertu de quelle autorité ceux qui ont rédigé la Constitution l'ont imposée aux autres ? Délicate, la question a suscité et suscite encore diverses réponses. Nombre d'entre elles sont d'inspiration jusnaturaliste. Elles tendent à identifier une source de la constitution qui, dans le même temps, puisse lui servir de fondement. Elles con […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/constitution/#i_19405

DROIT - Théorie et philosophie

  • Écrit par 
  • Jean DABIN
  •  • 20 060 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Problématique du droit subjectif »  : […] Une première confusion à éviter est celle qui résulterait d'un déplacement, sur le terrain de la philosophie sociale et politique, du concept de droit subjectif interprété comme la traduction ou l'écho d'une théorie des droits naturels de l'individu (Villey). Perspective évidemment fausse en tant qu'elle néglige la nature à la fois individuelle et sociale de l'homme. Mais il ne s'agit pas, en l'oc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/droit-theorie-et-philosophie/#i_19405

DROIT - Sociologie

  • Écrit par 
  • Jacques COMMAILLE
  •  • 3 920 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La sociologie du droit comme science pratique »  : […] Si le droit est ainsi logiquement au cœur de la sociologie et de ses traditions de savoirs, l'affirmation progressive d'une spécialisation dite de « sociologie du droit » semble portée par une intention différente de celle au fondement de la sociologie générale. Il ne s'agit plus en quelque sorte de mettre l'étude du droit au service d'une sociologie attachée à la connaissance de processus sociaux […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/droit-sociologie/#i_19405

EHRLICH EUGEN (1862-1922)

  • Écrit par 
  • Charles EISENMANN
  •  • 523 mots

Né à Gernowitz, dans la province austro-hongroise de Bucovine — l'actuelle ville ukrainienne de Tchernovtsi —, Ehrlich étudie le droit à Vienne et y enseigne le droit romain de 1899 à 1914 ; il professe ensuite, quelque temps, la même discipline à Gernowitz. Jeune, il s'était converti du judaïsme au catholicisme, mais attachera toujours beaucoup d'attention aux problèmes juifs. En 1918, la Bucovin […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/eugen-ehrlich/#i_19405

EISENMANN CHARLES (1903-1980)

  • Écrit par 
  • Michel TROPER
  •  • 1 056 mots

Charles Eisenmann fut un théoricien du droit sans être un doctrinaire. Il a exercé une influence profonde et durable sans imposer des idées, mais en propageant une méthode d'analyse, celle du positivisme juridique, dont il était en France le meilleur représentant. Il est probable que, pour nombre de ses contemporains, il était surtout un critique, au sens le plus fort, celui qui toujours s'efforça […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/charles-eisenmann/#i_19405

JUSTICE - Justice constitutionnelle

  • Écrit par 
  • Francis HAMON, 
  • Céline WIENER
  •  • 10 087 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La diversité des solutions »  : […] S'il fallait brosser un panorama des systèmes de contrôle existants, on pourrait les regrouper en deux grandes catégories : le modèle américain et le modèle européen. Aux États-Unis, le pouvoir de contrôle est dévolu aux tribunaux ordinaires. Cette compétence n'était pas expressément prévue par la Constitution, mais la Cour suprême l'a affirmée dès 1803 dans le célèbre arrêt Marbury c. Madison au […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/justice-justice-constitutionnelle/#i_19405

POSITIVISME JURIDIQUE

  • Écrit par 
  • Michel TROPER
  •  • 1 370 mots

Dans le chapitre « Une approche du droit »  : […] Dans le premier sens, le positivisme juridique est une certaine approche du droit selon laquelle le droit n'est pas lui-même une science, mais peut être l'objet d'une science qui se donne pour tâche de le connaître et de le décrire. Le positivisme juridique est alors une tentative pour construire une telle science. Certains positivistes soutiennent que cette science est spécifique parce que le dr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/positivisme-juridique/#i_19405

Voir aussi

Pour citer l’article

Michel TROPER, « KELSEN HANS - (1881-1973) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/hans-kelsen/