ARP HANS (1887-1966)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'abstrait

Réfugié en Suisse après la déclaration de guerre, Arp expose en novembre 1915, à la galerie Tanner de Zurich, ses premiers collages, faits de papiers et d'étoffes imprimées, différents des collages cubistes par l'absence de référence à un objet. À l'occasion de cette exposition, il rencontre Sophie Taeuber (1889-1943), dont les œuvres, déjà totalement abstraites, l'influencent ; ensemble ils exécutent des collages, broderies et tapisseries, dans lesquels, à leur insu, ils rejoignent la géométrisation austère des peintures qu'au même moment composaient Mondrian et Malévitch. À l'objectivité du langage plastique, Arp ajoute l'impersonnalité relative de l'exécution : les ciseaux pouvant encore trahir la vie de la main sont remplacés par le massicot pour le découpage des papiers. L'artiste est alors « hanté par l'idée d'absolu », et ses œuvres « cherchent à atteindre, par-delà l'humain, l'infini et l'éternel » ; en même temps, l'abstraction, par son caractère d'universalité, à une époque où l'Europe est en guerre, représente pour Arp une garantie contre la confusion et la discorde. Ces ouvrages sont motivés par le refus de tout ce qui appartient à un « monde révolu d'orgueil et de prétention ». La même volonté de rupture avec les valeurs établies caractérisera le dadaïsme, dont, à Zurich, en 1916, Arp, Tzara, Ball, Janco et Hülsenbeck seront les principaux fondateurs.

Déjà, en 1915, dans son poème « Chair de rêve », Arp anticipait sur l'entreprise dadaïste de désarticulation des formes d'expression traditionnelles par de surprenantes associations d'images, des rapprochements insolites de mots. « Autour des alouettes spongieuses pullule le ciel rocailleux. Les bateaux basculent dans leurs fauteuils à bascule. »


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  ARP HANS (1887-1966)  » est également traité dans :

COLLAGE

  • Écrit par 
  • Catherine VASSEUR
  •  • 2 227 mots

Dans le chapitre « Les papiers collés : un nouveau langage »  : […] « [...] un timbre-poste véritable, un morceau de journal quotidien, un morceau de toile cirée sur laquelle est imprimée la cannelure d'un siège. L'art du peintre n'ajouterait aucun élément pittoresque à la vérité de ces objets ». Lorsque Guillaume Apollinaire évoque en 1913 la Nature morte à la chaise cannée de Picasso (1912) , il rapporte la vérité picturale à la présence de l'objet rapporté da […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/collage/#i_4729

CONCRET ART

  • Écrit par 
  • Arnauld PIERRE
  •  • 2 729 mots
  •  • 1 média

« Peinture concrète et non abstraite parce que rien n'est plus concret, plus réel qu'une ligne, qu'une couleur, qu'une surface. » C'est dans ces termes que les membres du groupe Art concret, formé en 1930 à Paris par Theo Van Doesburg (1883-1931), revendiquent une forme d'art non figuratif ayant délibérément rompu avec tout processus d'abstraction progressive des aspects du monde réel, pour p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/art-concret/#i_4729

DADA

  • Écrit par 
  • Henri BEHAR, 
  • Catherine VASSEUR
  •  • 5 736 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'objet dada »  : […] Qu 'il soit collage, assemblage, sculpture, ou ready-made, l'objet dada sape la notion d'œuvre d'art en premier lieu par son apparente trivialité. Ce sabotage repose sur l'adoption de procédés – recyclage, abandon de la conception au profit du hasard, accumulation anarchique – qui n'exclut cependant pas la sophistication, que celle-ci tende à l'épure ou au chaos. Peu après le retour de Huelsenbeck […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dada/#i_4729

JANCO MARCEL (1895-1984)

  • Écrit par 
  • René PASSERON
  •  • 1 353 mots

Dans le chapitre « Janco dadaïste »  : […] Marcel Janco, né à Bucarest en 1895, avait été, dès 1910, lié aux jeunes poètes des revues Symbolul et Chemarea , fondées par Ion Vinéa (1895-1964) : ces publications représentaient l'avant-garde artistique de l'époque. Quand il commence, en 1915, ses études d'architecture à l'École polytechnique de Zurich, il a la chance de rencontrer quelques-uns des pionniers de l'art contemporain, notamment […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/marcel-janco/#i_4729

SURRÉALISME - Surréalisme et art

  • Écrit par 
  • Gérard LEGRAND
  •  • 4 884 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'art surréaliste est-il possible ? »  : […] Le point de départ de l'activité artistique au sein du surréalisme est double. Il y eut d'une part le contexte général de l'époque, d'autre part les préoccupations, voire les préférences personnelles, en général avouées comme telles, de Breton. Le contexte de l'époque est dominé par trois phénomènes : la « reconstitution » par le cubisme d'une vision du monde qui se croyait totalement libérée de l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/surrealisme-surrealisme-et-art/#i_4729

TAEUBER-ARP SOPHIE (1889-1943)

  • Écrit par 
  • Michel FRIZOT
  •  • 544 mots

Artiste suisse, qui a pris une part active à la naissance de deux mouvements apparus dans son pays, Sophie Taeuber-Arp a exercé une influence déterminante sur l'art contemporain : dada et l'art concret. C'est dès 1916 qu'elle participe aux manifestations dada du cabaret Voltaire à Zurich, aux côtés de Picabia, de Tzara et de Hans Arp qu'elle épouse en 1921. Elle se produit comme danseuse dans ces […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sophie-taeuber-arp/#i_4729

Pour citer l’article

Anne BOÉDEC, « ARP HANS - (1887-1966) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 07 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/hans-arp/