ARENDT HANNAH (1906-1975)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

« Il importe d'être pleinement présent »

À partir de 1924, Hannah Arendt étudie la philosophie, la théologie et la philologie classique aux universités de Margbourg, Fribourg et Heidelberg. Elle est l'élève des plus grands maîtres de l'époque : Rudolf Bultmann, Edmund Husserl, Martin Heidegger – avec qui elle aura une liaison – et Karl Jaspers, sous la direction duquel elle soutient son doctorat sur Le Concept d'amour chez saint Augustin, publié en 1929. Elle épouse Günther Anders Stern, qu'elle avait connu en 1925. Grâce à une bourse d'études, elle se consacre jusqu'en 1933 à la biographie de Rahel Varnhagen, une figure des salons de l'époque du romantisme allemand. L'étude de ce personnage tourmenté lui permettra de s'expliquer par personne interposée avec son propre donné de juive et avec le phénomène de l'assimilation.

Promise à un brillant avenir intellectuel, Hannah Arendt, dès lors que la menace hitlérienne l'éveille à la politique et à l'histoire, décide de s'engager dans l'action en se chargeant à partir de 1933 d'une mission pour le compte de l'Organisation sioniste, dirigée par Kurt Blumenfeld, qui consiste à recueillir les témoignages de la propagande antisémite. Arrêtée et questionnée par la Gestapo, elle sera relâchée faute de preuves suffisantes. Elle prend alors le chemin de l'exil et passe tout d'abord huit années à Paris. Là, elle travaille, pour survivre, au sein de différentes organisations juives sionistes. Si elle n'écrit pas, elle fréquente néanmoins l'intelligentsia de l'époque (Raymond Aron, Alexandre Koyré), ainsi que les émigrés allemands (Brecht, Zweig, Benjamin). En mai 1940, elle est internée au camp de Gurs en tant qu'« étrangère ennemie ». Elle réussit à s'échapper et, dès la proclamation du statut des Juifs en octobre 1940, gagne Lisbonne avec son second mari, Heinrich Blücher, dans l'attente d'un visa pour les États-Unis.

Arrivée à New York en mai 1941, Hannah Arendt apprend l'anglais et publie son premier grand article : « De l'Affaire Dreyfus à la France d'aujourd'hui », dont elle avait rassemblé les matériaux à Paris, en observant de près les agissements de l'Action française. Éditorialiste au journal Aufbau, destiné aux réfugiés de langue allemande, elle s'engage dans la politique juive. Elle défend l'idée de la constitution d'une armée juive, et s'interroge dans plusieurs articles sur la solution adéquate à apporter à la question judéo-arabe. En 1944, nommée directrice de recherche de la Commission pour la reconstruction de la culture juive européenne, elle est chargée d'étudier les moyens de récupérer les trésors spirituels juifs : c'est dans le cadre de ce travail, en 1949, qu'elle effectue son premier voyage de retour en Europe. Elle renoue à cette occasion avec Heidegger et Jaspers. De 1946 à 1948, elle occupe un poste de directrice aux éditions Schocken Books, tout en travaillant simultanément à l'ouvrage qui allait la faire connaître en Amérique, Les Origines du totalitarisme, publié en 1951, l'année où elle choisit la citoyenneté américaine. « Que s'est-il passé ? Pourquoi cela s'est-il passé ? Comment cela a-t-il été possible ? » telles sont les trois questions que pose Hannah Arendt. Analysant ces « trois piliers de l'enfer » que sont l'antisémitisme, l'impérialisme, le racisme, elle s'efforce de comprendre le caractère absolument inédit du totalitarisme qui tient dans l'existence de crimes impunissables autant qu'impardonnables, et dans la révélation d'un « mal absolu ». Irréductible aux formes traditionnelles d'oppression, ce nouveau type de régime naît de la crise des valeurs sur lesquelles était fondée l'ancienne notion de politique : « liberté et justice, autorité et raison, responsabilité et vertu, pouvoir et gloire ». Il suppose la production d'un homme nouveau, pur et simple représentant de l'espèce, composante anonyme d'un ensemble d'individus interchangeables. La terreur devient son principe même.

De 1953 à 1958, Hannah Arendt enseigne [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  ARENDT HANNAH (1906-1975)  » est également traité dans :

CORRESPONDANCE DE HANNAH ARENDT

  • Écrit par 
  • Alain BROSSAT
  •  • 1 564 mots

Autant la réception de Hannah Arendt en France a été tardive, hésitante, voire rétive, autant la reconnaissance de sa stature de penseur du politique et de philosophe va bon train. La publication, en 1995 et 1996 respectivement, de sa correspondance avec deux de ses amis les plus proches – le philosophe Karl Jasp […] Lire la suite

ANTISÉMITISME

  • Écrit par 
  • Esther BENBASSA
  •  • 12 226 mots
  •  • 9 médias

Dans un pamphlet publié en 1879, La Victoire du judaïsme sur la germanité , le journaliste et agitateur politique allemand Wilhelm Marr utilise les mots de « sémitisme » et d'« aryanisme », dérivés des classifications de la linguistique et de l'anthropologie physique de la seconde moitié du xix e  siècle. La même année, il fonde la Ligue antisémite, qui consacre l'entrée du terme antisémitisme ( A […] Lire la suite

AUTORITÉ

  • Écrit par 
  • Éric LETONTURIER
  •  • 2 810 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Une notion sociologique »  : […] Depuis De la division du travail social (1893), qui oppose l'autorité de type militaire des sociétés à solidarité mécanique à celle davantage liée aux rôles et fonctions tenus dans les sociétés à solidarité organique, jusqu'au Suicide (1897), qui statue sur les effets négatifs de l'anomie sociale sur l'individu, le constat d'un défaut d'autorité des différentes instances de régulation anime l'e […] Lire la suite

CLASSES SOCIALES - La théorie de la lutte de classes

  • Écrit par 
  • André AKOUN
  •  • 8 266 mots

Dans le chapitre « Politisation de la misère »  : […] Certes, ce n'est pas d'aujourd'hui que les hommes ont découvert qu'il y avait des riches et des pauvres. Ni que cette différence n'était pas sans effet sur la loi qui ordonne la communauté des hommes. Après tout, Aristote avait déjà souligné le rôle des riches dans l'établissement des pouvoirs oligarchiques et le rôle des pauvres dans celui des gouvernements démocratiques. De même, toute la philos […] Lire la suite

CULTURE - Le choc des cultures

  • Écrit par 
  • Jean-François MATTÉI
  •  • 6 367 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « La fin de la culture »  : […] Avec la création de ce nouveau ministère, nommé successivement ministère de la Culture et de l'Environnement, de la Culture et de la Communication, de la Culture, des Grands Travaux et du Bicentenaire, de l'Éducation nationale et de la Culture, de la Culture et de la Francophonie, et finalement ministère de la Culture tout court, la voie était ouverte à l'apparition des maisons de la culture. Doré […] Lire la suite

DÉSOBÉISSANCE CIVILE

  • Écrit par 
  • Christian MELLON
  •  • 2 258 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Une légitimité en débat »  : […] Peu de gens contestent qu'il est légitime de s'opposer à un gouvernement non démocratique par la désobéissance civile, puisqu'il ne s'agit pas d'un État de droit. Mais la légitimité de la désobéissance civile dans un régime démocratique est un point très controversé : si les lois sont votées par une majorité élue sans fraude et sans intimidation, si les politiques sont définies par un gouvernemen […] Lire la suite

ENFANCE (Situation contemporaine) - Évolution de la relation adultes-enfants

  • Écrit par 
  • Alain RENAUT
  •  • 5 424 mots

Dans le chapitre « Articuler le champ des droits de l'enfant »  : […] Il y a eu au cours du xx e  siècle trois textes internationaux énonçant des droits de l'enfant, en 1924 sous l'égide de la Société des Nations, en 1959 et en 1989 dans le cadre de l'Organisation des Nations unies. Très schématiquement, les deux premiers textes se bornaient à énoncer des droits correspondant à un certain nombre de protections qu'il apparaissait légitime d'accorder à l'enfant en r […] Lire la suite

ÉTAT (notions de base)

  • Écrit par 
  • Philippe GRANAROLO
  •  • 3 060 mots

Dans le chapitre « Pourquoi obéit-on ? »  : […] Le contrat théorisé par Thomas Hobbes semble pourtant laisser entièrement de côté une question essentielle : celle de l'obéissance de la majorité des individus à un petit nombre d’hommes de pouvoir. Aucun penseur n’a mieux décrit l’état paradoxal de cette obéissance qu’ Étienne de La Boétie (1530-1563), dans l’unique ouvrage qu’il nous a laissé, De la servitude volontaire . « Si deux, si trois, […] Lire la suite

HILBERG RAUL (1926-2007)

  • Écrit par 
  • Annette WIEVIORKA
  •  • 1 582 mots

Dans le chapitre « Une reconnaissance tardive »  : […] L'histoire de La Destruction des juifs d'Europe est indissolublement liée à celle de sa réception. Hilberg fut un pionnier solitaire. Il ne put publier une première édition de son travail qu'en 1961, quand le procès Eichmann, ce « Nuremberg du peuple juif » (David Ben Gourion) constitua le génocide des juifs en objet distinct de la Seconde Guerre mondiale et suscita un début d'intérêt de l'opini […] Lire la suite

HUMANITÉ

  • Écrit par 
  • Hubert FAES
  •  • 1 352 mots

Dans le chapitre « L'humanité déçue »  : […] Ces différentes compréhensions de l'humanité ont toutes le même présupposé : l'homme est ; sa nature est de devenir humain. Ce prédicat est aujourd'hui remis en question d'une façon radicale, à la fois dans la réflexion philosophique et dans certaines expériences qui ont marqué le xx e  siècle. On ne saisit pas l'humanité à la racine si l'on en fait la qualité d'une espèce d'êtres naturels parmi d […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Sylvie COURTINE-DENAMY, « ARENDT HANNAH - (1906-1975) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 07 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/hannah-arendt/