HAN YU (768-824)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La libération par l'Antique

Le nom de Han Yu est étroitement lié au « mouvement de la prose antique » (guwen yundong), dont il fut le chef de file et le propagandiste le plus éloquent. Ce mouvement s'insurgeait contre la littérature formaliste et raffinée qui s'était élaborée sous les Six Dynasties, et préconisait un retour au naturel et à la sobriété des modèles anciens, c'est-à-dire la prose simple et robuste des philosophes et des historiens jusqu'à la fin des Han. À la différence de ses prédécesseurs qui n'étaient que des théoriciens, Han Yu était avant tout un écrivain, et s'il réussit à imposer le courant nouveau, c'est principalement parce qu'il sut l'illustrer de façon convaincante dans ses propres créations littéraires.

Le terme de « prose antique » ne doit pas abuser : loin de constituer un retour à des formes périmées, il s'agissait en fait d'un développement original de la langue littéraire. Celle-ci s'était figée dans le carcan de la « prose parallèle » (pian wen) dont les règles très exigeantes aboutissaient à la fabrication d'une sorte d'orfèvrerie verbale et interdisaient l'expression naturelle et aisée d'un contenu vivant. Par opposition à ce formalisme arbitraire, Han Yu prisait chez les prosateurs des Qin et des Han leur tour direct, leur spontanéité et surtout cette idée fondamentale que l'écriture n'est pas un jeu gratuit, mais qu'elle a une fonction morale et pratique de communication et d'enseignement. Ce qu'il faisait ressortir, c'était donc l'attitude des Anciens à l'égard du langage plutôt que leur langage même. Sur le plan des formes, il estimait en effet que l'écrivain devait hardiment se débarrasser de toutes les images reçues et se forger une langue originale.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

  • : reader, Department of Chinese, Australian National University

Classification

Autres références

«  HAN YU (768-824)  » est également traité dans :

CONFUCIUS & CONFUCIANISME

  • Écrit par 
  • ETIEMBLE
  •  • 14 467 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Conséquences et réactions »  : […] Tout ce qu'on peut dire en faveur de ce système (et le peuple à ce propos ne se trompait guère, qui faisait aux concours une confiance excessive peut-être, mais significative), c'est que ce mode de recrutement et de promotion évitait de confier le privilège d'administrer à la seule aristocratie héréditaire ; qu'il réalisait – malgré tout – une forme de sélection, qu'on ne peut dire « démocratique  […] Lire la suite

GU WEN [KOU WEN]

  • Écrit par 
  • Odile KALTENMARK
  •  • 1 184 mots

Dans le chapitre « La nouvelle prose »  : […] Han Yu (768-824) est considéré comme le véritable créateur de la nouvelle prose, à tort intitulée gu wen. Ennemi déclaré aussi bien du taoïsme que du bouddhisme, il se crut la mission de reprendre la tradition confucéenne. Toutefois, il fit plus qu'un simple retour à l'antique : il vilipendait au contraire l'imitation servile du style archaïque et la répétition mécanique des phrases-clichés. Le s […] Lire la suite

Les derniers événements

11 janvier 2020 Taïwan. Réélection de Tsai Ing-wen à la présidence.

Han Kuo-yu, candidat du Kuomintang (KMT) prochinois, obtient 38,6 p. 100 des voix et James Soong, du Parti du peuple en premier, 4,3 p. 100 des suffrages. Le taux de participation est de 74,9 p. 100. Dans son allocution, Tsai Ing-wen dénonce « les pressions croissantes de la Chine » en vue d’imposer à Taïwan le modèle « un pays, deux systèmes » en vigueur à Hong Kong. […] Lire la suite

11 avril 2012 Corée du Sud. Victoire du parti au pouvoir aux élections législatives

La principale formation d'opposition, le Parti démocrate unifié (libéral) de Han Myeong-sook, progresse, remportant 36,5 p. 100 des suffrages et 127 députés. Le Parti progressiste unifié (gauche) de Lee Jung-hee fait une percée, en obtenant 10,3 p. 100 des suffrages et 13 élus. Il y a 3 députés indépendants. Le taux de participation est de 54,3 p. 100. […] Lire la suite

5 juillet - 4 août 2009 Chine. Violentes émeutes ethniques au Xinjiang

Le 5, à Ürümqi, capitale de la région autonome du Xinjiang (située dans le nord-ouest de la Chine), la police réprime violemment une manifestation de quelques milliers de Ouïgours – musulmans turcophones qui constituent la majorité de la population du Xinjiang – organisée afin de protester contre la mort de deux des leurs survenue le 26 juin dans une usine de Canton à la suite d'un conflit avec des Han. […] Lire la suite

10 juin 2008 Corée du Sud. Manifestations contre le président Lee Myung-bak

Le Premier ministre Han Seung-soo présente la démission de son gouvernement à la suite des manifestations, quotidiennes depuis la fin de mai, contre la décision d'autoriser de nouveau les importations de viande de bœuf américaine, suspendues depuis 2003 pour des raisons sanitaires liées à la maladie de la « vache folle ». Washington avait fait de cette reprise la condition d'un accord de libre-échange avec Séoul. […] Lire la suite

10-24 mars 2008 Chine. Émeutes au Tibet

Ils font suite à des heurts entre des Tibétains d'une part et des commerçants chinois Han et des membres de la communauté musulmane Hui d'autre part. Le bilan officiel fait état de dix morts, tandis que le gouvernement tibétain en exil estime à quatre-vingts le nombre des victimes. Les autorités locales placent Lhassa sous couvre-feu, interdisent le séjour des touristes et suspendent les permis spéciaux permettant de circuler dans la Région autonome du Tibet, dont sont notamment porteurs les journalistes étrangers. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Pierre RYCKMANS, « HAN YU (768-824) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/han-yu/