HAÏTI

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

quelques données-clés.
Nom officielRépublique d'Haïti (HT)
Chef de l'ÉtatAriel Henry (par intérim depuis le 20 juillet 2021)
Chef du gouvernementAriel Henry (depuis le 20 juillet 2021)
CapitalePort-au-Prince
Langues officiellescréole haïtien, français
Unité monétairegourde (HTG)
Population11 198 000 (estim. 2021)
Superficie (km2)27 065

Histoire

La république d'Haïti occupe la partie occidentale de l'île Hispaniola, un territoire qui a été, jusqu'en 1804, colonie française sous le nom de Saint-Domingue. L'histoire d'Haïti est ponctuée de séquences sanglantes (révoltes des esclaves, massacre de Dessalines en 1804, fin de la partition de l'île en 1844, etc.). Les Haïtiens d'aujourd'hui ne sont pas les descendants directs des premiers habitants, mais les héritiers sans testament d'un territoire sans maître depuis la disparition brutale des premiers insulaires. Par son indépendance précoce et la vitalité exemplaire de sa culture, Haïti occupe dans la Caraïbe insulaire une place à part.

La découverte et la colonisation espagnole

Comme dans le reste des Antilles, les premiers habitants étaient des populations d'origine sud-américaine, venues du bassin de l'Orénoque et des Guyanes vers 5 500 avant J.-C., qui ont progressivement colonisé les îles. Ils sont arrivés par vagues successives : d'abord les Ciboney, jusqu'au ier siècle avant J.-C, puis, vers 700, les Taïno, peuple connaissant la céramique, l'agriculture (tabac, manioc, maïs, coton), la sculpture, le tissage. Ils vivaient d'agriculture et habitaient dans des hameaux constitués d'ajoupas (maisons basses faites de planches recouvertes de chaume) rudimentaires, faciles à démonter mais stables. L'aire de civilisation taïno s'étend de Porto Rico aux Lucayes (actuelles Bahamas). Les champs, conucos, cultivés avec soins, n'avaient pas besoin de clôture, car il n'y avait pas d'herbivores pour menacer les récoltes. Les Taïno refoulent vers l'Ouest les Ciboney et mettent en place un système social de type monarchique fondé sur la division en territoires ou caciquats, avec à leur tête un cacique, à la fois prêtre et monarque héréditaire, dont l'autorité repose sur une division des sujets selon les lignages. L'art des Taïno est particulièrement raffiné (sculptures trigonolithes, en pierre à trois pointes, figurant une divinité, un ancêtre, duhos [sièges honorifiques] en acajou sculpté, zémis [idoles et divinités] en pierre polie), témoignant d'une organisation solide du corps social et d'une stabilité réelle de l'encadrement. Les Taïno appelaient eux-mêmes leur île Kiskeya ou Ayiti, qui est alors divisée en cinq royaumes bien distincts : le Magua, dans le nord-est, le Marien dans le nord-ouest, le Xaragua dans le sud-ouest, le Maguana dans le centre et le Higüey dans le sud-est. Même divisés en cinq entités politiques distinctes, les caciques au pouvoir lors de l'arrivée des Espagnols (respectivement Guarionex, Guacanagari, Bohéchio, Caonabo et Cotubanama) se réunissent dans l'urgence de la bataille pour rassembler leurs forces. Chaque cacique est assisté d'une cour, sorte de conseil des anciens, gardien des traditions et des lois.

Enfin, vers le ixe siècle, les Karibs, peuple venu des Guyanes, conquièrent progressivement les petites Antilles en chassant les Taïno. Les Karibs sont cannibales et terrorisent leurs ennemis. Leurs équipées sanglantes contre les Taïno contribuent à fragiliser les défenses de ceux-ci contre les attaques autrement décisives des conquistadores.

Arrivés dans l'île le 5 décembre 1492, les Espagnols sont reçus avec des égards. En effet, le cacique du Marien, Guacanagari, croyant pouvoir utiliser les forces espagnoles pour contenir les poussées des Karibs, fait tout pour s'attacher la sympathie des Européens. Mais les Espagnols jouent des dissensions entre les peuples insulaires pour asseoir leur domination, s'emparer des terres, de l'or, des femmes. Ils se dirigent vers le Marien, et, de là, attaquent le Maguana. Les Espagnols réduisent en esclavage les indigènes, confondus sous le vocable générique d'Indiens, les convertissent à la foi chrétienne et les obligent à travailler dans les mines pour l'extraction de l'or et dans les champs. Le contact avec les Européens est fatal aux Taïno. Toutefois, la colonisation espagnole a laissé peu de trace dans la mémoire des Haïtiens. En effet, la dévastation de cette partie du territoire insulaire, décidée par le gouverneur Antonio Osorio en 1605-1607, marqua l'abandon par l'Espagne de la partie occidentale de l'Hispaniola.

La colonisation française aux XVIIe et XVIIIe siècles

Le laxisme espagnol a facilité l [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 14 pages

Médias de l’article

Haïti : carte physique

Haïti : carte physique
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Haïti : drapeau

Haïti : drapeau
Crédits : Encyclopædia Universalis France

drapeau

Haïti : économie

Haïti : économie
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Port-au-Prince: scène de rue

Port-au-Prince: scène de rue
Crédits : Christopher Pillitz/ Getty Images

photographie

Afficher les 11 médias de l'article


Écrit par :

  • : agrégé de géographie, maître de conférences à l'université de Paris-I-Panthéon-Sorbonne

Classification

Autres références

«  HAÏTI  » est également traité dans :

HAÏTI, chronologie contemporaine

  • Écrit par 
  • Universalis

Tous les événements politiques (élections, conflits, accords, …) et les faits économiques et sociaux qui ont marqué l’histoire contemporaine du pays jusqu’à aujourd’hui. […] Lire la suite

ALEXIS JACQUES STEPHEN (1922-1961)

  • Écrit par 
  • Oruno D. LARA
  •  • 696 mots

Le 22 avril 1922 naquit Jacques Stephen Alexis aux Gonaïves, fière cité du nord de la république d'Haïti où fut célébrée l'indépendance le 1 er janvier 1804. Son enfance et sa formation d'adolescent ont été fortement marquées par l'influence de sa famille, de la conjoncture politique (l'occupation nord-américaine, 1915-1934) et par l'emprise intellectuelle qu'eut sur lui Jacques Roumain. Par sa m […] Lire la suite

AMÉRIQUE LATINE - Les religions afro-américaines

  • Écrit par 
  • Roger BASTIDE
  •  • 3 190 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le dynamisme des religions afro-américaines »  : […] Les religions africaines sont non seulement toujours vivantes en Amérique, mais encore elles rayonnent. Les candomblés de Bahia ont des succursales à Rio et aujourd'hui à São Paulo ; la pagelance nègre, venue du Maranhão, s'étend en Amazonie. Les exilés de Cuba et de Haïti ont apporté leurs cultes aux États-Unis, et des Noirs nord-américains, mais aussi parfois des Blancs y adhèrent ; on compte de […] Lire la suite

AMOUR, COLÈRE ET FOLIE (M. Vieux-Chauvet)

  • Écrit par 
  • Jean-Louis JOUBERT
  •  • 1 080 mots

La réédition en 2005 par les éditions Emina Soleil, associées à Maisonneuve et Larose, de la trilogie romanesque de Marie Vieux-Chauvet, Amour, Colère et Folie , a fait événement. En effet, l'ouvrage, publié chez Gallimard en 1968, était devenu introuvable dès sa sortie. Il avait été retiré de la vente, à la demande de l'auteur et de sa famille qui craignaient les représailles du pouvoir haïtien a […] Lire la suite

ARAWAKS & KARIBS

  • Écrit par 
  • Oruno D. LARA
  •  • 3 308 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les apports de l'archéologie »  : […] L'établissement des Arawaks et des Karibs fut le résultat d'intenses mouvements de population entre les domaines continental et insulaire de l'aire des Caraïbes. Les îles de l'archipel oriental des Caraïbes furent utilisées dans le processus des migrations entre les grandes unités, de la Floride à la Terre-Ferme, des isthmes au Venezuela. L'implantation dans les milieux insulaires commença dans de […] Lire la suite

ARISTIDE JEAN-BERTRAND (1953- )

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 685 mots
  •  • 1 média

Homme politique et prêtre salésien né le 15 juillet 1953, à Port-Salut (Haïti), président d'Haïti en 1991, 1994-1996 et 2001-2004. Jean-Bertrand Aristide fréquente une école de Port-au-Prince dirigée par l'ordre salésien et, en 1966, entre au séminaire salésien de Cap-Haïtien où il se prépare à la prêtrise. En 1975, il se range du côté des pauvres et de Ti Kominoté Legliz (« petite église »), un […] Lire la suite

BOYER JEAN-PIERRE (1776-1850)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 372 mots

Homme politique et soldat, président d'Haïti de 1818 à 1843, né à Port-au-Prince en 1776, mort à Paris le 9 juillet 1850. Jean-Pierre Boyer, mulâtre de père provençal et de mère guinéenne, est élevé en France. Après avoir combattu le général noir Toussaint Louverture et s'être rallié au chef mulâtre Alexandre Pétion, il est au côté de ce dernier contre Henri Christophe, quand l'assassinat de l' […] Lire la suite

CARAÏBES - Littératures

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre DURIX, 
  • Claude FELL, 
  • Jean-Louis JOUBERT, 
  • Oruno D. LARA
  •  • 15 818 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « La littérature haïtienne »  : […] Bien que l'accession à l'indépendance, en 1804, ait bouleversé de fond en comble toutes les structures de l'ancienne colonie de Saint-Domingue, le français est demeuré langue officielle d' Haïti. Sans doute le créole est-il la langue maternelle de la plupart des habitants, mais l'usage du français, langue de grand prestige culturel, devait manifester, aux yeux de l'étranger, le haut degré de civi […] Lire la suite

DESSALINES JEAN-JACQUES (1758 env.-1806)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 423 mots

Empereur d'Haïti (1804-1806), né vers 1758, en Afrique (actuelle Guinée), mort le 17 octobre 1806 à Pont-Rouge, près de Port-au-Prince. Originaire d'Afrique de l'Ouest, Jean-Jacques Dessalines est déporté dans la colonie française de Saint-Domingue (Haïti). Il travaille comme esclave dans les champs pour un maître noir jusqu'en 1791, avant de rejoindre la rébellion noire qui éclate dans la col […] Lire la suite

DOMINICAINE RÉPUBLIQUE

  • Écrit par 
  • Jean Marie THÉODAT
  •  • 6 814 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le retour dans le giron de l'Espagne, 1809-1821 »  : […] La spécificité de la colonie de Saint-Domingue est d'avoir choisi volontairement de se placer sous la tutelle coloniale espagnole à un moment où toutes les autres colonies de l'Amérique latine cherchent à s'en émanciper. Mais, entre deux menaces, les Dominicains privilégient la solution mettant le moins possible en péril leur existence en tant que communauté distincte de leurs voisins les plus men […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

19 septembre - 1er octobre 2021 États-Unis – Haïti. Polémique au sujet du traitement des migrants à la frontière mexicaine.

Le 22, l’émissaire américain à Haïti, Daniel Foote, annonce sa démission, dénonçant les expulsions « inhumaines », par les États-Unis, de milliers de migrants haïtiens vers leur pays en proie au chaos. Le 24, le président Joe Biden, que ses détracteurs accusent d’avoir assoupli les conditions d’immigration, déclare, au sujet des agissements des gardes-frontières : « C’est mal. […] Lire la suite

10-13 septembre 2021 Haïti. Limogeage du procureur général.

Le 10, le commissaire du gouvernement – équivalent d’un procureur général – Bed-Ford Claude cite le Premier ministre par intérim Ariel Henry à comparaître pour s’expliquer sur les contacts qu’il aurait eus avec l’un des suspects de l’assassinat du président Jovenel Moïse en juillet. Le 11, Ariel Henry et plusieurs formations d’opposition signent un « accord pour une gouvernance apaisée et efficace » qui prévoit notamment l’organisation d’élections générales d’ici à la fin de 2022. […] Lire la suite

11-14 août 2021 Haïti. Séisme meurtrier.

Le 11, le Conseil électoral provisoire reporte à novembre le premier tour des élections générales et la tenue du référendum constitutionnel annoncé par le président Jovenel Moïse, assassiné en juillet. Le 14, un séisme de magnitude 7,2 sur l’échelle de Richter, dont l’épicentre se situe à proximité de Saint-Louis-du-Sud, dans la péninsule de Tiburon, provoque la mort de plus de deux mille deux cents personnes et la destruction de nombreux villages. […] Lire la suite

7-20 juillet 2021 Haïti. Assassinat du président Jovenel Moïse.

Le 7, le président Jovenel Moïse est tué par balles à son domicile de Port-au-Prince par un commando armé. La Constitution prévoit que l’intérim de la fonction présidentielle est assuré par le Conseil des ministres. Chargé deux jours plus tôt par Jovenel Moïse de former un gouvernement, Ariel Henry n’a pas encore prêté serment. Claude Joseph, Premier ministre par intérim à la suite de la démission du gouvernement de Joseph Jouthe en avril, déclare assumer de facto le pouvoir et décrète l’état de siège. […] Lire la suite

11-30 avril 2021 Haïti. Enlèvements de religieux.

Le 11, dix personnes, dont sept religieux catholiques, parmi lesquels deux Français, sont enlevées à Croix-des-Bouquets, près de Port-au-Prince. Leurs ravisseurs exigent une rançon de 1 million de dollars (831 000 euros). Cet enlèvement suscite des réactions de colère dans la population. Le 14, une otage septuagénaire est libérée contre le paiement d’une rançon de 50 000 dollars (41 500 euros). […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean Marie THÉODAT, « HAÏTI », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/haiti/