EIFFEL GUSTAVE (1832-1923)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'homme de science

C'est à la météorologie que Gustave Eiffel va d'abord rendre de grands services. Utilisant une station qui a été installée au sommet de la Tour en 1890 par le Bureau central de météorologie, il effectue des relevés de température, de pression atmosphérique, de pluviosité, de vitesse et de direction des vents. Ces travaux – complétés par les observations auxquelles il procède dans des stations qui fonctionnent dans chacune de ses résidences privées de Sèvres dans la région parisienne, de Beaulieu sur la Côte d'Azur, de Vacquey en Gironde, de Ploumanac'h en Bretagne et de Vevey en Suisse – font l'objet de nombreuses publications scientifiques.

L'aérodynamique est la seconde discipline à laquelle Gustave Eiffel apporte une contribution importante. À la fin du xixe siècle, les phénomènes aérodynamiques sont mal connus et les calculs empiriques des constructeurs conduisent parfois à des accidents. L'édification de la Tour elle-même a posé d'importants problèmes de stabilité liés en particulier à la transmission aux fondations des efforts dus au vent. En 1904, Gustave Eiffel reprend des travaux sur la résistance de l'air qu'avait engagés le physicien Louis Cailletet en 1892. Inventant un dispositif expérimental original, il mène une série d'expériences sur la chute des corps lourds et étudie leur résistance à l'air en fonction de leurs formes. Ces recherches sont poursuivies à partir de 1907 dans la soufflerie que Gustave Eiffel installe au pied de la Tour puis, à partir de 1912, dans son laboratoire de rue Boileau à Paris. Elles contribuent de manière décisive au développement de l'aéronautique.

C'est enfin la télégraphie que Gustave Eiffel développe, en favorisant l'installation d'un premier appareil optique sur la troisième plate-forme de la Tour puis, en 1898, la réalisation, par l'industriel Eugène Ducretet et l'ingénieur Ernest Roger, d'une première liaison radioélectrique entre la Tour Eiffel et le Panthéon, en [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages



Médias de l’article

Gustave Eiffel

Gustave Eiffel
Crédits : Bettmann/ Getty Images

photographie

La Liberté éclairant le monde, F. A. Bartholdi

La Liberté éclairant le monde, F. A. Bartholdi
Crédits : Ischmidt/ Shutterstock

diaporama

Construction de la tour Eiffel

Construction de la tour Eiffel
Crédits : Théophile Féau/ Henry Guttmann/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

L’Exposition universelle de 1900

L’Exposition universelle de 1900
Crédits : Collection Dutailly/ Ville de Chaumont

photographie

Afficher les 5 médias de l'article





Écrit par :

Classification


Autres références

«  EIFFEL GUSTAVE (1832-1923)  » est également traité dans :

EIFFEL TOUR

  • Écrit par 
  • Simon TEXIER
  •  • 229 mots
  •  • 1 média

Œuvre emblématique de la construction métallique et symbole de Paris, la tour doit son nom à l'entrepreneur qui assuma, seul, les risques de sa mise en œuvre, Gustave Eiffel (1832-1923). Associé aux ingénieurs Maurice Kœchlin et Émile Nouguier, ainsi qu'à l'architecte Stephe […] Lire la suite

ARCHITECTURE (Matériaux et techniques) - Acier

  • Écrit par 
  • Philippe BOUDON
  •  • 3 246 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Influence de l'acier sur la construction »  : […] Le xix e  siècle est redevable à l'acier des nouvelles techniques de construction qu'il a promues – béton armé et construction métallique – et qui ont remis en question d'une manière fondamentale la syntaxe élaborée depuis des siècles par les constructeurs. Dans l'un et l'autre cas, le caractère technologique fondamental de l'acier est sa haute résistance à la traction. Sa résistance à la compres […] Lire la suite

ARCHITECTURE (Matériaux et techniques) - Fer et fonte

  • Écrit par 
  • Henri POUPÉE
  •  • 4 344 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Les ponts métalliques »  : […] On avait, en effet, songé, dès le xviii e  siècle, au fer pour augmenter la portée des ponts ; mais le fer forgé était coûteux et fit échouer la tentative de Garin à Lyon, en 1755. Seule la fonte, par son bas prix et la simplicité de son moulage, pouvait permettre de découvrir rapidement les propriétés du métal. C'est donc en fonte que A. Darby réalise, en 1773-1779, le premier pont métallique, […] Lire la suite

PATRIMOINE INDUSTRIEL (France)

  • Écrit par 
  • Bruno CHANETZ, 
  • Laurent CHANETZ
  •  • 6 538 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Des sites industriels singuliers »  : […] L'architecture industrielle ne se limite pas aux seuls vestiges du passé proto-industriel, ni aux monuments étatiques ou aux bâtiments privés servant la gloire de leurs commanditaires. La notion de patrimoine industriel déborde du cadre architectural classique. Elle inclut des édifices qui privilégient le côté fonctionnel et dont la conception est guidée par des nécessités de production. La fin du […] Lire la suite

PONTS

  • Écrit par 
  • Michel VIRLOGEUX
  •  • 12 253 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « Ponts métalliques »  : […] La construction métallique est ancienne puisque, dès le sixième siècle de notre ère, des moines bouddhistes ont bâti au Tibet des ponts suspendus dans lesquels des chaînes de fer ont remplacé les lianes. En Chine – où l'on avait déjà édifié de remarquables voûtes en maçonnerie –, un pont suspendu, qui existe encore, a été bâti dès 1706 avec une portée de 100 m. En Occident, le développement de la […] Lire la suite

SOUFFLERIES

  • Écrit par 
  • Bruno CHANETZ
  •  • 6 230 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « La soufflerie Eiffel à Auteuil (France) »  : […] Gustave Eiffel est à l’origine d’une innovation capitale , qui consiste à intercaler, entre la veine d’essai et le ventilateur situé en aval, une pièce divergente (c’est-à-dire allant en s’élargissant vers le ventilateur) appelée le diffuseur. Ce dispositif permet de diminuer drastiquement la puissance nécessaire au fonctionnement de l’installation. Son efficacité découle de la loi de Bernoulli, q […] Lire la suite

TOURS DE GRANDE HAUTEUR ou GRATTE-CIEL

  • Écrit par 
  • Élisabeth PÉLEGRIN-GENEL
  •  • 6 124 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La naissance du gratte-ciel »  : […] C'est à la fin du xix e  siècle que les constructions de grande hauteur quittent le domaine du sacré pour le profane. Un concours de circonstances favorise la naissance des gratte-ciel à Chicago : un violent incendie détruit la ville en 1871 et tout est à reconstruire. La mise au point de l'ascenseur par Elisha Graves Otis en 1857 et la maîtrise toujours plus grande des charpentes en fonte donne […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

3-4 juillet 1986 • France - États-Unis • Voyage du président François Mitterrand à New York pour le centenaire de la statue de la Liberté

Le 3 s'ouvrent à New York les cérémonies marquant le centenaire de la statue de la Liberté, œuvre du sculpteur Auguste Bartholdi et de l'ingénieur Gustave Eiffel et don de la France aux États-Unis. À ce titre, François Mitterrand, seul chef d'État étranger invité, arrive ce même jour à New York [...] Lire la suite

Pour citer l’article

Frédéric SEITZ, « EIFFEL GUSTAVE - (1832-1923) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 juillet 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/gustave-eiffel/