GUILLAUME DE SHYRESWOOD (mort apr. 1267)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'un de ces philosophes et théologiens anglais qui, tels Alexandre de Halès, Jean de Saint-Gilles, Robert de Lincoln ou Edmond Rich, viennent étudier à Paris, au début du xiiie siècle ; il a pour disciple Pierre d'Espagne, qui devient pape sous le nom de Jean XXI. Chancelier de l'université de Cambridge, Guillaume de Shyreswood commente l'Organon d'Aristote, réduisant la logique à l'étude des règles et des artifices oratoires. Aussi, quoique Roger Bacon le place au-dessus d'Albert le Grand, il faut plutôt le ranger parmi les grammairiens qui continuent les leçons de Pierre Hélie. On lui attribue les célèbres vers mnémotechniques de la syllogistique, mais ces derniers appartenaient déjà aux traditions des écoles. Il devient chancelier de l'Église de Lincoln. Guillaume ne serait pas mort en 1249 comme on l'a pensé, mais après 1267, puisque Roger Bacon, dans son Opus tertium, qui date de cette année-là, parle de lui comme d'un homme encore vivant.

—  Denis COUTAGNE

Écrit par :

Classification

Autres références

«  GUILLAUME DE SHYRESWOOD (mort apr. 1267)  » est également traité dans :

LOGIQUE

  • Écrit par 
  • Robert BLANCHÉ, 
  • Jan SEBESTIK
  •  • 12 995 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Développement historique »  : […] Au début du xii e  siècle, on ne connaît guère encore que les premiers livres de l' Organon . Le principal promoteur de la logique est Abélard. Inspirée de Boèce et de Priscien, sa Dialectica , qui servira longtemps de manuel, dégage le rôle de la « copule », annonce la future théorie des « conséquences », distingue expressément entre les deux façons d'entendre les propositions modales. À la fin d […] Lire la suite

Pour citer l’article

Denis COUTAGNE, « GUILLAUME DE SHYRESWOOD (mort apr. 1267) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 novembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/guillaume-de-shyreswood/