APOLLINAIRE GUILLAUME (1880-1918)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'homme

Guillaume Apollinaris de Kostrowitzky est né à Rome le 26 août 1880. Il est le fils d'une Polonaise de vingt-deux ans, dont le père était devenu camérier du pape après une existence mouvementée, et d'un inconnu, sans doute un ancien officier du royaume des Deux-Siciles nommé Francesco Flugi d'Aspermont.

La jeunesse

Son enfance et son adolescence ont pour décor l'Italie, puis la Côte d'Azur et Monaco, où il réside de 1886 à 1898 avec sa mère et son frère, né deux ans après lui.

En 1899, il est à Paris avec sa famille : existence difficile, qui ne l'empêche pas d'écrire et de fréquenter les bibliothèques. L'été de 1899 le conduit pendant quelques semaines avec son frère à Stavelot, dans les Ardennes belges : le jeune poète découvre là un paysage et un folklore dont la trace se perpétuera dans son œuvre ; il y éprouve aussi une déception sentimentale dans laquelle on peut voir sa première expérience amère de « mal-aimé ».

En août 1901, il part pour la Rhénanie comme précepteur. Il passera en Allemagne une année décisive dans l'élaboration de son univers mental comme dans sa vie amoureuse. Il est séduit par le pittoresque de la vallée du Rhin et de la région avoisinante, qu'il parcourt en tous sens. Il fait aussi, à la fin de l'hiver et au printemps de 1902, un long voyage à travers l'Allemagne et l'Europe centrale, s'arrêtant notamment à Berlin, Prague, Vienne et Munich. D'autre part, épris de la gouvernante anglaise de son élève, Annie Playden, il se voit éconduit par la jeune fille après avoir espéré lui faire partager son amour : c'est profondément désemparé qu'il rentre en France à la fin d'août 1902.

Pendant cette année, il n'a pas seulement vécu intensément. Il a écrit de nombreux poèmes, des contes, des chroniques, s'est nourri d'images et de sujets qui ne le quitteront pas. C'est pendant cette année aussi que paraît dans La Revue blanche de mars 1902 son premier conte, « L'Hérésiarque », signé du pseudonyme qu'il s'est forgé depuis longtemps déjà avec deux de ses prénoms : Guillaume Apollinaire.

La vie littéraire

De retour à Paris, employé de banque, Apollina [...]



1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages




Écrit par :

  • : professeur de littérature française à l'université de Paris-III-Sorbonne nouvelle

Classification


Autres références

«  APOLLINAIRE GUILLAUME (1880-1918)  » est également traité dans :

CHRONIQUES D'ART, 1902-1918, Guillaume Apollinaire - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Jacinto LAGEIRA
  •  • 1 026 mots

Moins connue que son œuvre littéraire, l'activité de critique d'art de Guillaume Apollinaire (1880-1918) occupe une place importante dans l'ensemble de son œuvre, à la fois parce qu'il a été l'un des premiers à défendre la plupart des protagonistes de l'avant- […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chroniques-d-art-1902-1918/#i_232

ABSTRAIT ART

  • Écrit par 
  • Denys RIOUT
  •  • 6 698 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Genèse de l'abstraction »  : […] L'art abstrait, en tant que tel, apparaît au début des années 1910. Deux modèles explicatifs rendent compte de sa « naissance », conséquence raisonnable d'une évolution logique ou saut inattendu dans l'inconnu. Le premier, le plus répandu, s'appuie sur une conception darwinienne de l'histoire de l'art et de la création. Au xix e  siècle, la modernité, si elle ne songe pas encore à se débarrasser d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/art-abstrait/#i_232

ALBERT-BIROT PIERRE (1876-1967)

  • Écrit par 
  • Marc BLOCH
  •  • 947 mots

Peintre, sculpteur, imprimeur, romancier, poète, Pierre Albert-Birot est un esprit original et l'un des grands poètes du xx e siècle. Son père était un homme d'affaires qui réussissait mal et qui quitta bientôt le domicile conjugal. Pierre Albert-Birot passa son enfance à Angoulême, où il était né, dans une semi-pauvreté, tandis que sa mère avait ouvert une pension de famille pour parvenir à fair […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pierre-albert-birot/#i_232

ALCOOLS (G. Apollinaire) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Pierre VILAR
  •  • 964 mots
  •  • 1 média

L'année 1913 constitue à plus d'un titre un tournant de la modernité poétique, sinon sa date de naissance. L'année du Sacre du printemps de Stravinski et des Jeux de Debussy, du premier volume d' À la recherche du temps perdu de Marcel Proust et de La Prose du Transsibérien de Blaise Cendrars, paraît Alcools d'Apollinaire (1880-1918) , aux éditions du Mercure de France, avec un portrait de l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alcools-fiche-de-lecture/#i_232

CALLIGRAMME

  • Écrit par 
  • Bernard HOLTZMANN
  •  • 287 mots

Le calligramme, formé de beauté et de lettres, est le nom de l'acte poétique par lequel Apollinaire entend faire un pas décisif vers la « synthèse des arts, de la musique, de la peinture, de la littérature ». Mieux que l'« idéogramme lyrique », ce nom rappelle la tradition hellénique de la poésie figurative dont l'invention est attribuée à Simmias de Rhodes (~ iv e s.). Chez lui, comme chez Théo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/calligramme/#i_232

CUBISME

  • Écrit par 
  • Georges T. NOSZLOPY, 
  • Paul-Louis RINUY
  •  • 8 445 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La salle 41 des Indépendants »  : […] Au cours des premières années du cubisme, Picasso et Braque exposèrent rarement leurs œuvres en public. Picasso n'exposa jamais dans les principaux Salons, mais les œuvres des deux artistes étaient visibles dans les galeries privées de Uhde et de Kahnweiler. Quoi qu'il en soit, leur influence sur les jeunes artistes d'avant-garde fut considérable. Leurs réalisations et leurs idées faisaient l'obje […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cubisme/#i_232

DUCHAMP MARCEL (1887-1968)

  • Écrit par 
  • Alain JOUFFROY
  •  • 3 909 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le passage du « rétinien » à la pensée »  : […] Ayant bénéficié à ses débuts des chances que lui a accordées son père, Eugène Duchamp, notaire à Blainville, qui l'a aidé financièrement, de même que ses deux frères aînés : Gaston Duchamp, alias Jacques Villon, peintre, Raymond-Duchamp-Villon, sculpteur, et sa sœur cadette, Suzanne Duchamp, Marcel Duchamp a commencé à peindre à l'âge de quinze ans, en 1902. En 1907, il a marqué sa prédilection p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/marcel-duchamp/#i_232

FOYERS DE CULTURE

  • Écrit par 
  • Gilbert GADOFFRE
  •  • 9 694 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre «  Modernité et primitivité : le Bateau-Lavoir, les cabarets »  : […] Le Bateau-Lavoir, ce lieu de légende associé à la naissance de la peinture moderne, désignait un bâtiment vétuste, entrepôt de poutres, de planches et de ferrailles rouillées, flanqué d'un groupe d'ateliers d'artistes obscurs et délabrés. C'est là que quelques peintres, après 1904, avaient installé leurs ateliers : Picasso, Juan Gris, Brancusi , Modigliani, suivis par des écrivains tels que Max Ja […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/foyers-de-culture/#i_232

GRAFFITI

  • Écrit par 
  • Glen D. CURRY, 
  • Scott H. DECKER, 
  • William P. MCLEAN
  • , Universalis
  •  • 5 872 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Un art populaire »  : […] L'intérêt et la valeur esthétique de certains des graffiti littéraires sont indiscutables. Il en est de même pour bon nombre de graffiti figuratifs, qui ont su inspirer des artistes tels que Picasso et Cocteau. C'est pourtant le poète Apollinaire qui comprit le mieux – comme le démontrent ses Calligrammes  – que cette expression constitue un véritable art populaire, rivalisant parfois, par sa beau […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/graffiti/#i_232

LA MORT N'EN SAURA RIEN, RELIQUES D'EUROPE ET D'OCÉANIE (exposition)

  • Écrit par 
  • Jérôme COIGNARD
  •  • 1 023 mots

« La mort n'en dira rien/Priez les dévots mornes/Nous dansons sur les tombes/La mort n'en saura rien. » Ce dernier vers, tiré de « Funérailles », un poème du recueil Le Guetteur mélancolique de Guillaume Apollinaire, sert de titre à l'une des expositions des plus singulières. Les expositions thématiques sont encore trop rares en France où l'on préfère revoir « Chardin » plutôt que se hasarder à […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/la-mort-n-en-saura-rien-reliques-d-europe-et-d-oceanie/#i_232

LAURENCIN MARIE (1883-1956)

  • Écrit par 
  • Daniel MARCHESSEAU
  •  • 1 183 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Au temps du Bateau-Lavoir »  : […] Marie Laurencin, femme-peintre qui se revendiquait telle, a sans conteste appartenu à une communauté artistique féminine où elle prend la suite de George Sand et Berthe Morisot, et se montre l'égale de ses contemporaines Colette, Suzanne Valadon ou Sonia Delaunay. En ce début de xx e  siècle, l'art était à l'évidence une affaire d'hommes : Marie Laurencin sera la première femme-peintre de son époq […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/marie-laurencin/#i_232

ŒUVRE D'ART TOTALE

  • Écrit par 
  • Philippe JUNOD
  •  • 8 393 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Territoires et pratiques »  : […] Le développement de l'œuvre d'art totale peut être mis en relation avec le phénomène des vocations multiples, dont Léonard de Vinci (1452-1519), Michel-Ange (1475-1564) ou Le Bernin (1598-1680) avaient été les représentants emblématiques. Après celui d'E. T. A. Hoffmann, compositeur, dessinateur et poète, on rappellera les noms de Felix Mendelssohn (1809-1847), August Strindberg (1849-1912), Alfre […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/oeuvre-d-art-totale/#i_232

ORPHISME, mouvement artistique

  • Écrit par 
  • Marc LE BOT
  •  • 693 mots

Le terme d'orphisme a été proposé par Guillaume Apollinaire, lors de la publication de ses Méditations esthétiques en 1912, pour caractériser certains aspects de la peinture d'avant-garde. À cette date, cinq ans après Les Demoiselles d'Avignon , le cubisme apparaît à Apollinaire comme « écartelé » en quatre tendances divergentes. Le cubisme scientifique emprunte ses éléments constructifs à des do […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/orphisme-mouvement-artistique/#i_232

PICASSO. SCULPTURES (exposition)

  • Écrit par 
  • Paul-Louis RINUY
  •  • 975 mots

Dans le chapitre « La diversité des matériaux »  : […] Tour à tour pionnier de la sculpture cubiste, inventeur du procédé de l’assemblage, sculpteur en fer, avec l’aide de Julio González, du célèbre monument « en rien » en hommage au poète Guillaume Apollinaire ( Monument à Guillaume Apollinaire, maquette de 1928, version agrandie, fer, 1962, Museum of Modern Art, New York), Picasso ne cesse d’ouvrir des chemins nouveaux, même lorsqu’il modèle de sim […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/picasso-sculptures/#i_232

REVUES LITTÉRAIRES

  • Écrit par 
  • Olivier CORPET
  •  • 5 806 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La revue dans l'histoire littéraire »  : […] Ces principales caractéristiques permettent de comprendre l'importance du rôle joué par les revues dans la vie littéraire (et intellectuelle) depuis plus d'un siècle. Importance d'abord pour l'histoire littéraire : « toute l'histoire des lettres et des idées y est écrite au jour le jour », soulignaient en 1924 Maurice Caillaud et Charles Forot au terme d'une enquête auprès d'environ soixante-dix c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/revues-litteraires/#i_232

SURRÉALISME - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Hervé VANEL
  •  • 733 mots

1917 Le terme « surréaliste » est utilisé pour la première fois par Guillaume Apollinaire (1880-1918) dont la pièce de théâtre Les Mamelles de Tirésias est sous-titrée « Drame surréaliste en deux actes et un prologue ». Mars 1919 Premier numéro de la revue Littérature dirigé par Philippe Soupault, André Breton et Louis Aragon. Ce dernier y signale brièvement la parution de Vingt-Cinq Poèmes […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/surrealisme-reperes-chronologiques/#i_232

SURVAGE LÉOPOLD (1879-1968)

  • Écrit par 
  • Gérard LEGRAND
  •  • 315 mots

Ayant découvert Matisse dans la collection d'un amateur russe, Léopold Survage quitte sa ville natale, Moscou, pour Paris en 1908, afin de suivre les cours que donnait alors le chef de file du fauvisme. Il subit ensuite l'empreinte de Cézanne et, en 1912, expose avec les cubistes au Salon des indépendants. Il est l'ami d'Apollinaire qui donne quelques-uns de ses Calligrammes en préface à l'une de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/leopold-survage/#i_232

Pour citer l’article

Michel DECAUDIN, « APOLLINAIRE GUILLAUME - (1880-1918) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/guillaume-apollinaire/