GUIDE DES ÉGARÉS, Moïse MaïmonideFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La dimension du secret

Modèle de l'écriture « ésotérique » (celle-là même qu'étudie Leo Strauss dans La Persécution et l'art d'écrire), le Guide des égarés (Dalātat al-Ha'irīn ; en hébreu : Mōreh ha-Nebūkhim) se protège des lecteurs indésirables par diverses techniques d'éloignement et de cryptage qui défient l'interprétation, a fortiori le résumé ; à défaut, le schéma de plan qu'a proposé Strauss peut en tenir lieu – Maimonide lui-même ayant averti dans son Introduction qu'il n'avait pas disposé les matières (les « têtes de chapitre » de la Torah) « en fonction de leur ordre intrinsèque ou même en conformité à un ordre quelconque », mais qu'il les avait « éparpillées et entremêlées à d'autres sujets, dont on cherche à donner une explication ». Derrière la division en trois parties (soixante-seize, quarante-huit et cinquante-quatre chapitres), Strauss identifie deux grands ensembles, l'examen des « opinions » (jusque III, 24), puis celui des « actions » : commandements de la Torah elle-même (III, 25-50) et connaissance possible du divin (III, 51-54). Les premières des « opinions » sont les termes employés dans la Torah pour désigner Dieu et les anges. Suivent les démonstrations admises, les prophéties et le « récit du chariot » (commentaire du livre d'Ézéchiel, 1 et 10), qui occupe une place décisive dans le Guide, puisqu'il en assimile le contenu à la « métaphysique » des philosophes. Les opinions concernant la matière, la nature, l'homme, la providence – c'est-à-dire l'équivalent d'une « physique » dont Maimonide professe qu'elle est tout entière contenue dans un autre récit biblique, celui de la Genèse – font l'objet des chapitres 8 à 24 de la troisième partie.

Ce caractère « ésotérique » n'est en rien extérieur à l'objet étudié : la Torah énonce elle-même, selon la tradition talmudique, la nécessité du secret. L'enseignement talmudique se doit d'être oral, et le Guide des égarés offre le compromis littéraire d'une adresse à un disciple éloigné, Joseph Ibn Yehouda, avec lequel il ne serait plus possible de communiquer que par [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  GUIDE DES ÉGARÉS, Moïse Maïmonide  » est également traité dans :

APOLOGÉTIQUE

  • Écrit par 
  • Bernard DUPUY
  •  • 3 540 mots

Dans le chapitre « La littérature apologétique juive »  : […] Le judaïsme antique n'a eu une littérature apologétique qu'à partir du moment où il a été en contact avec les peuples environnants. On doit mentionner le Contre Apion de Flavius Josèphe (95 apr. J.-C.), adressé aux Romains, et l'œuvre philosophique de Philon qui, bien qu'elle n'ait jamais été reconnue par le judaïsme orthodoxe, a constitué une première tentative d'explication du judaïsme par rapp […] Lire la suite

MAIMONIDE (M.)

  • Écrit par 
  • Warren Zev HARVEY
  •  • 1 802 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les énigmes du « Guide des égarés » »  : […] Ce grand ouvrage philosophique de Maimonide, le Guide des égarés ( Dalālat al-Ha'irīn  ; en hébreu : Mōreh ha-Nebūkhim ), a été rédigé en arabe à la fin des années 1180 et traduit en hébreu du vivant de Maimonide par Samuel ibn Tibbon. Une seconde version en hébreu (plus littéraire, mais moins littérale) en fut faite peu de temps après, par Juda Alharizi, ainsi qu'une traduction latine (à la suit […] Lire la suite

Pour citer l’article

François TRÉMOLIÈRES, « GUIDE DES ÉGARÉS, Moïse Maïmonide - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 septembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/guide-des-egares/