HUSSITES GUERRES (1419-1437)

ADAMITES

  • Écrit par 
  • Raoul VANEIGEM
  •  • 713 mots

Terme désignant les membres de deux sectes différentes, l'une gnostique, l'autre de la fin du Moyen Âge. La première eut pour fondateur Prodicus, disciple de Carpocrate ( ii e s.). Soucieux d'imiter Adam avant la chute, les adamites allaient complètement nus et c'est dans cet état qu'ils priaient et célébraient. Ils sont mentionnés par Épiphane, Clément d'Alexandrie, saint Augustin et Théodoret. […] Lire la suite

ALLEMAGNE (Histoire) - Allemagne médiévale

  • Écrit par 
  • Pierre-Roger GAUSSIN
  •  • 14 149 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Apogée et déclin des Luxembourg »  : […] Venceslas succéda sans difficulté à Charles IV en 1378. La puissance de la maison de Luxembourg semblait à son apogée. Mais Venceslas était incapable de dominer l'Allemagne, où l'anarchie princière s'aggravait, renforcée par le Grand Schisme. Venceslas, comme le roi de France, soutenant le pape d'Avignon, le pape de Rome, Boniface IX, travailla à l'évincer au profit du comte palatin Robert de Witt […] Lire la suite

GEORGES DE PODEBRADY (1420-1471) roi de Bohême (1458-1471)

  • Écrit par 
  • Anne BEN KHEMIS
  •  • 756 mots

Hussite de tradition, Georges de Podebrady est un nationaliste tchèque. Son arrière-grand-père avait repris l'usage de la langue slave dans sa famille, son père était le bras droit de Jean Žižka, général des troupes hussites contre l'empereur Sigismond, héritier du trône de Bohême. Georges ou Jiri grandit dans le tumulte des guerres hussites, menées par des troupes populaires mais bien entraînées. […] Lire la suite

HUS JAN (1370 env.-1415)

  • Écrit par 
  • Michel LARAN
  •  • 1 541 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les guerres hussites (1419-1437) »  : […] Dès septembre 1415, la Diète des seigneurs de Bohême envoie une protestation indignée contre la décision du concile. Le peuple vénère Hus comme un saint et un martyr. La foi nouvelle et la nationalité tchèque se confondent dans l'emblème du calice (symbole de la communion sous les deux espèces, sub utraque specie ) derrière lequel les Tchèques résistent à Rome et à l'empereur germanique, héritier […] Lire la suite

MORAVES FRÈRES

  • Écrit par 
  • Michel LARAN
  •  • 1 392 mots

Les frères moraves sont une secte religieuse originaire de Bohême, qu'il serait plus juste d'appeler « frères tchèques » ou, encore, « Unité des frères de la loi du Christ » pour traduire exactement leur nom. En 1457 ou 1458, en marge de l'Église utraquiste, des hussites modérés aux prises avec la papauté – une communauté de petites gens, paysans et artisans – font retraite à Kunvald, près de Žamb […] Lire la suite

PROCOPE LE GRAND (1380 env.-1434)

  • Écrit par 
  • Anne BEN KHEMIS
  •  • 226 mots

Prêtre, issu par sa mère de la haute bourgeoisie germanique de Prague, Procope le Chauve ou le Grand appartient à la secte orébite des hussites, qui veulent réformer la religion et la société de façon égalitaire. Il apparaît vers 1426 comme le principal chef de guerre des hussites, alors que l'empereur Sigismond d'Allemagne, héritier du royaume de Bohême, n'arrive pas à prendre le pouvoir dans le […] Lire la suite

PRAGUE QUATRE ARTICLES DE (juill. 1420)

  • Écrit par 
  • Jean-Urbain COMBY
  •  • 232 mots
  •  • 1 média

L'exécution de Jean Hus à Constance, le 6 juillet 1415, déclenche la révolte de ses partisans contre l'Église romaine ; ils sont eux-mêmes divisés en extrémistes (taborites) et en plus modérés, « utraquistes » ou « calixtins » à cause de leur revendication de la communion par les laïcs sous les deux espèces du pain et du vin ( sub utraque specie ), cette dernière étant réservée aux clercs chez les […] Lire la suite

SIGISMOND (1368-1437) empereur germanique (1411-1437)

  • Écrit par 
  • Anne BEN KHEMIS
  •  • 623 mots
  •  • 2 médias

Fils de Charles IV, empereur germanique et roi de Bohême, et de sa troisième femme, Anne de Silésie. De l'héritage de son père, Sigismond reçoit à huit ans le margraviat de Brandebourg, mais, comme Charles IV l'a marié très jeune à l'une des deux filles du roi Louis de Hongrie, de la famille des princes d'Anjou, il devient, en 1387, roi de Hongrie et succède à son beau-père. Cultivé, parlant plusi […] Lire la suite

SUDOMER BATAILLE DE (1420)

  • Écrit par 
  • Pascal LE PAUTREMAT
  •  • 227 mots
  •  • 1 média

Le 25 mars 1420 en Bohême, près du village de Mladìjovice, quelque 2 500 nobles de l'empereur d'Allemagne et roi de Hongrie Sigismond de Luxembourg, tentent de venir à bout de 400 hussites taborites, premiers éléments populaires d'une armée réputée pour sa discipline et son extrême rigueur religieuse. Commandés par le Tchèque Jan Žižka de Trocnov (1370-1424), les hussites disposent de 12 chariots […] Lire la suite

TABORITES

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 183 mots

Tenant cette appellation du nom biblique de Thabor qu'ils avaient donné à leur camp retranché, au sud de Prague, les taborites formaient l'une des deux factions qui divisèrent la postérité spirituelle de Jan Hus dans le deuxième quart du xv e siècle. Opposés aux utraquistes ou calixtins, les taborites représentaient le parti hussite le plus radical. Première secte à s'inspirer des antiques guerre […] Lire la suite

TCHÈQUE RÉPUBLIQUE

  • Écrit par 
  • Jaroslav BLAHA, 
  • Marie-Elizabeth DUCREUX, 
  • Marie-Claude MAUREL, 
  • Vladimir PESKA
  •  • 18 245 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « La crise hussite et ses conséquences »  : […] Les tensions entre le patriciat urbain, alors majoritairement allemand, et les autres couches urbaines tchèques, une crise à l'université entre maîtres tchèques et maîtres allemands, les ambitions de la haute noblesse, et surtout le désir d'une réforme de l'Église et de la vie chrétienne, prêché en public dès le milieu du xiv e  siècle par des prédicateurs tels que le Tchèque Jan Milíč de Kroměříž […] Lire la suite

UTRAQUISTES ou CALIXTINS

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 315 mots

Le plus modéré des deux partis entre lesquels se divisèrent les disciples de Jan Hus après leur lutte commune contre Rome et l'empereur germanique et après la promulgation des « Quatre Articles de Prague » (1420). À la différence de l'autre parti hussite, celui des taborites, qui adopta des positions radicales, les utraquistes ou calixtins (ces appellations évoquant leur attachement à l'usage du c […] Lire la suite

VENCESLAS (1361-1419) roi de Bohême sous le nom de VENCESLAS IV (1363-1419) et empereur germanique (1378-1400)

  • Écrit par 
  • Anne BEN KHEMIS
  •  • 534 mots

Fils aîné de Charles IV, Venceslas est couronné roi de Bohême en 1363, puis élu roi des Romains en 1376 contre la promesse de fortes sommes à verser aux électeurs : il succède ainsi très naturellement à son père, qui meurt en 1378. C'est un prince très cultivé, certainement très paresseux, moins diplomate que son père ; c'est pourquoi en disposant des mêmes moyens, c'est-à-dire d'une certaine fort […] Lire la suite


Affichage 

Tabor hussite

photographie : Tabor hussite

photographie

Adoptés par Jan Zizka, qui avait remarqué leur efficacité à Tannenberg contre les chevaliers Teutoniques, les chariots de guerre, appelés «tabors» dans les chroniques (nom d'un mont biblique par lequel les hussites radicaux désignèrent leur camp), devinrent une pièce maîtresse contre les... 

Crédits : Erich Lessing/ AKG

Afficher

Tabor hussite

Tabor hussite
Crédits : Erich Lessing/ AKG

photographie