GUERRE FROIDE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La rupture de l'alliance

Le discours de Fulton

On a souvent dit que le coup d'envoi de la guerre froide avait été donné par Winston Churchill dans son discours du 5 mars 1946 à Fulton (Missouri). Se déclarant convaincu que les Russes « ne respectaient que la force », il invitait « les peuples de langue anglaise à s'unir d'urgence pour enlever toute tentation à l'ambition ou à l'aventure ». Bien qu'il ne fût plus Premier ministre, il parlait avec l'autorité qui s'attachait à son nom et avec le complet accord du président Truman. Staline ne s'y trompa pas et répliqua peu après sur le même ton. C'était la fin de la conception qui inspirait les accords anglo-soviéto-américains de Yalta (11 févr. 1945) : un monde vivant définitivement en paix, dans le cadre des Nations unies, sous la surveillance des trois grandes puissances ; une Allemagne administrée conjointement par ses vainqueurs jusqu'au jour où elle se serait définitivement reconvertie à la démocratie.

Conférence de Yalta, 1945

Conférence de Yalta, 1945

Photographie

Winston Churchill, Franklin Roosevelt et Staline durant la conférence de Yalta, en février 1945. 

Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

Les causes de cette détérioration sont multiples. Les historiens soviétiques et, dans une plus ou moins grande mesure, les « révisionnistes » américains en attribuent la responsabilité essentielle à Truman. Celui-ci, devenu président à la mort de Roosevelt (avr. 1945), avait rompu, en effet, avec la politique de bonne entente avec l'U.R.S.S. suivie par son prédécesseur. À ce changement, deux raisons principales : la crainte du communisme – que rien selon eux ne justifiait, Staline menant une politique nationale et non idéologique – et la conviction, née de la possession de l'arme atomique, que les États-Unis, débarrassés de l'Allemagne comme du Japon et devenus la plus grande puissance de tous les temps, n'avaient plus aucune raison de « faire des cadeaux » aux Russes. Pour les dirigeants américains et leurs alliés, c'est le refus de Staline d'appliquer l'accord de Yalta sur le droit des peuples libérés à disposer d'eux-mêmes et la menace qu'il faisait planer sur ses voisins qui sont à l'origine de la guerre froide.

Les deu [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 17 pages



Médias de l’article

Navire américain pendant la guerre de Corée

Navire américain pendant la guerre de Corée
Crédits : Hulton Getty

photographie

Guérilla vietcong

Guérilla vietcong
Crédits : Central Press/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Intervention soviétique à Budapest

Intervention soviétique à Budapest
Crédits : Hulton Getty

photographie

Retrait des fusées soviétiques de Cuba, 1962

Retrait des fusées soviétiques de Cuba, 1962
Crédits : Hulton Getty

photographie

Afficher les 29 médias de l'article





Écrit par :

Classification


Autres références

«  GUERRE FROIDE  » est également traité dans :

GUERRE FROIDE (notions de base)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 3 551 mots

L’expression « guerre froide » désigne le conflit qui opposa les États-Unis et l’URSS durant la seconde moitié du xxe siècle. Trois traits fondamentaux la caractérisent : d’abord, la nature indirecte de l’affrontement, d’où l’adjectif « froide » qui qualifie cette « guerre » ; ensuite, la dimension de ses enjeux, qui opposent deux superpuissances pour […] Lire la suite

MISE EN PLACE D'UN MONDE BIPOLAIRE - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Vincent GOURDON
  •  • 447 mots

1945 Conférence de Yalta (4-11 février). Capitulation allemande à Berlin (8 mai). Signature de la capitulation sans condition du Japon (2 septembre).1946 Discours de Churchill à Fulton dénonçant le « rideau de fer » s'abattant sur le continent européen (5 mars).1947 Discours de Truman […] Lire la suite

ACHESON DEAN (1893-1971)

  • Écrit par 
  • André KASPI
  •  • 322 mots
  •  • 1 média

Diplomate américain de la vieille école dont l'élégance britannique faisait dire de lui qu'il était plus anglais que l'ambassadeur de Sa Majesté. Né dans le Connecticut, Dean Acheson était d'origine modeste : un père clergyman né en Angleterre et une mère canadienne. C'est à l'université Yale qu'il devient avocat. En 1933, il entre dans le gouvernement fédéral comme sous-secrétaire au Trésor ; dés […] Lire la suite

ACTION HUMANITAIRE INTERNATIONALE

  • Écrit par 
  • Pierre GARRIGUE
  • , Universalis
  •  • 7 272 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'humanitaire dans la guerre froide »  : […] Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, deux événements de nature très différente ouvrent une nouvelle phase dans l'histoire du mouvement humanitaire. Le premier est l'adoption, le 10 décembre 1948, par les Nations unies de la Déclaration universelle des droits de l'homme. L'acte de 1948, s'il s'inspire des précédents des révolutions française et américaine, représente dans la vie internation […] Lire la suite

SUEZ AFFAIRE DE (1956)

  • Écrit par 
  • Vincent GOURDON
  •  • 280 mots
  •  • 1 média

Le 22 décembre 1956, le rembarquement du corps expéditionnaire franco-britannique à Port-Saïd (Égypte) illustre les nouveaux rapports de forces internationaux de l'après-1945. En nationalisant le 26 juillet 1956 le canal de Suez, le leader égyptien Nasser entendait affirmer la force du monde arabe et la fierté des nations ex-colonisées, au détriment des intérêts et de l'orgueil des puissances impé […] Lire la suite

ALLEMAGNE (Histoire) - Allemagne moderne et contemporaine

  • Écrit par 
  • Michel EUDE, 
  • Alfred GROSSER
  •  • 26 839 mots
  •  • 39 médias

Dans le chapitre « La guerre froide et ses conséquences »  : […] En France, en Italie, la naissance de la guerre froide a entraîné le départ des communistes du gouvernement et la scission politique à l'intérieur du pays. En Allemagne, elle a accéléré la division géographique du pays, à la fois cause et conséquence de la division du monde. Elle a également entraîné le cheminement progressif des deux parties de l'Allemagne – de toute façon de plus en plus distin […] Lire la suite

ALLEMAGNE (Politique et économie depuis 1949) - République démocratique allemande

  • Écrit par 
  • Georges CASTELLAN, 
  • Rita THALMANN
  •  • 19 312 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Création du Parti socialiste unifié »  : […] À partir du printemps de 1946, le climat international se détériora : l'Allemagne devenait progressivement un enjeu de la rivalité entre l'U.R.S.S. et les Anglo-Saxons. Molotov en juillet 1946, Byrnes, en septembre, se prononçaient l'un et l'autre en faveur de la reconstruction d'une Allemagne unifiée et démocratique ; mais il était clair que les deux hommes ne donnaient pas le même sens au mot […] Lire la suite

ALLEMAGNE (Politique et économie depuis 1949) - Le processus de réunification

  • Écrit par 
  • Henri MÉNUDIER
  •  • 2 708 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Unité et division »  : […] L'Allemagne unie de 1990 est beaucoup plus petite que celle de 1871, déjà amputée de 11 p. 100 de son territoire après le traité de Versailles, en 1919. L'Allemagne « dans les frontières de 1937 », à laquelle se réfèrent les quatre vainqueurs du III e  Reich hitlérien à partir de 1945, correspond au territoire amputé de 1919, auquel s'ajoute la Sarre, rattachée au Reich après un plébiscite ; les a […] Lire la suite

ALLEMAGNE (Politique et économie depuis 1949) - L'Allemagne unie

  • Écrit par 
  • Anne-Marie LE GLOANNEC
  •  • 7 695 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La multiplication des engagements à l'Est et à l'Ouest »  : […] En matière de politique étrangère, dans le contexte de la guerre froide, le chancelier Kohl appelle, dès son accession au pouvoir, au stationnement dans son pays de fusées américaines à moyenne portée afin de faire échec au déploiement, par le Kremlin, de fusées qui peuvent atteindre le sol allemand. Son prédécesseur, Helmut Schmidt, l'avait appelé de ses vœux dès 1977, causant sa propre perte fa […] Lire la suite

AMÉRIQUE LATINE - Évolution géopolitique

  • Écrit par 
  • Georges COUFFIGNAL
  •  • 7 468 mots

Dans le chapitre « Guérillas et dictatures militaires »  : […] La guerre froide vint renforcer ces données traditionnelles, fournissant une justification géopolitique à une relation de domination jusqu'alors fondée avant tout sur un intérêt national bien compris. Le facteur politico-stratégique va désormais primer sur le facteur économique. Elle rendit aussi les phénomènes politiques beaucoup plus complexes, particulièrement en Amérique centrale et dans la […] Lire la suite

AMÉRIQUE LATINE - Rapports entre Églises et États

  • Écrit par 
  • Jean Jacques KOURLIANDSKY
  •  • 6 706 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'entrée en lice des protestantismes »  : […] Dans les années 1950, la montée en puissance de confessions protestantes conquérantes correspond à l'établissement d'un tutorat nord-américain global sur la région. Cette double pénétration eut une incidence puissamment déstabilisatrice. L'antagonisme traditionnel entre une Église en quête d'indépendance soutenue par le Vatican et des États soucieux de promouvoir un clergé national a été rapidemen […] Lire la suite

ARCTIQUE (géopolitique)

  • Écrit par 
  • François CARRÉ
  •  • 6 915 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'intérêt stratégique et militaire de l'Arctique et son évolution »  : […] Avant la Seconde Guerre mondiale, l'Arctique était considéré comme un milieu très hostile, difficilement pénétrable et dépourvu de véritable signification stratégique, du moins du côté américain, bien qu'il ait été le théâtre de quelques opérations militaires dans des détroits. L'intérêt stratégique de ces régions s'est véritablement révélé après 1945, à la suite des progrès techniques de l'aviati […] Lire la suite

ASIE (Géographie humaine et régionale) - Espaces et sociétés

  • Écrit par 
  • Philippe PELLETIER
  •  • 23 138 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Le champ de bataille de la guerre froide »  : […] La découverte des immenses ressources en hydrocarbures du golfe Arabo-Persique et des rivages de la mer Caspienne a complètement bouleversé une situation régionale déjà malmenée, au Moyen-Orient, par le démembrement de l'Empire ottoman (1919-1923), et concernée par le passage stratégique du canal de Suez (1869) ou par ses alternatives (projets de chemin de fer en Mésopotamie). La fin de la Second […] Lire la suite

ASIE (Géographie humaine et régionale) - Dynamiques régionales

  • Écrit par 
  • Manuelle FRANCK, 
  • Bernard HOURCADE, 
  • Georges MUTIN, 
  • Philippe PELLETIER, 
  • Jean-Luc RACINE
  •  • 24 809 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Une terre de conflits : le prix à payer »  : […] Depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, le Moyen-Orient est le théâtre de nombreux conflits de nature diverse. Les facteurs de crise sont multiples et s'entremêlent étroitement. Jusqu'en 1990, les conflits restent cantonnés dans un strict cadre régional, les puissances extrarégionales n'interviennent pas ouvertement ; depuis lors, ils ont pris une dimension internationale. La création de l' […] Lire la suite

ATLANTIQUE HISTOIRE DE L'OCÉAN

  • Écrit par 
  • Jacques GODECHOT, 
  • Clément THIBAUD
  •  • 13 632 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « L'Atlantique depuis le début du XXe siècle »  : […] L'Atlantique joue encore pleinement, au xx e  siècle, son rôle de trait d'union entre les trois continents qui le bordent. Mais si son importance stratégique et politique se maintient au cours des deux Guerres mondiales et lors de la guerre froide, le réveil économique du monde asiatique, du Japon à la Chine et à l'Inde, rééquilibre progressivement, après les années 1960, les échanges à l'échelle […] Lire la suite

BLINDÉS MATÉRIELS

  • Écrit par 
  • Patrice VENTURA
  •  • 7 276 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « De l'après-guerre à la période actuelle »  : […] À l'issue de la Seconde Guerre mondiale, les industries d'armement reprennent petit à petit leurs activités, certaines dans des conditions difficiles (locaux parfois entièrement détruits, manque de personnel qualifié). L'armée française revient à son idée de disposer, en plus de chars, d'automoteurs d'artillerie. La France avait été parmi les premières nations à en construire, au cours du premier […] Lire la suite

BYRNES JAMES FRANCIS (1879-1972)

  • Écrit par 
  • André KASPI
  •  • 344 mots

D'origine modeste, James F. Byrnes est élu, en 1910, représentant démocrate de la Caroline du Sud. En 1924, il abandonne la Chambre, se présente sans succès aux élections sénatoriales, mais prend sa revanche en 1930. Solide partisan du New Deal au cours du premier mandat de Franklin D. Roosevelt, Byrnes désapprouve ce qu'on appelle le deuxième New Deal, plus radical, condamne la campagne menée con […] Lire la suite

CHINE, histoire, de 1949 à nos jours

  • Écrit par 
  • Jean-Philippe BÉJA, 
  • François GODEMENT
  •  • 19 149 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « Mao Zedong à Moscou »  : […] Soviétiques et communistes chinois avaient un passé chargé à apurer. La lourdeur, et en même temps les volte-face et les maladresses, de Staline et des bolcheviks dans la conduite des affaires chinoises de 1920 à 1929 (après cette date, ils perdirent tout contrôle du Parti communiste chinois), les exigences diplomatiques de la « construction du socialisme dans un seul pays » par l'Union soviétique […] Lire la suite

CINQUIÈME RÉPUBLIQUE - La période gaullienne (1958-1969)

  • Écrit par 
  • Pierre BRÉCHON
  •  • 8 834 mots
  •  • 19 médias

Dans le chapitre « Le bilan »  : […] Pendant près de onze années de pouvoir, le plus important pour le général de Gaulle a toujours été de mettre en valeur la grandeur de la France, de faire preuve d'indépendance dans le concert des nations et de refuser l'alignement atlantique. Toutes les politiques conduites l'ont été pour affirmer la puissance française, aussi bien en matière économique qu'en ce qui concerne l'Europe, la défense o […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

2-19 août 2019 • États-Unis • Test d’un missile de portée intermédiaire.

le premier tir de ce type depuis la fin de la guerre froide. Le missile tiré depuis d’île de San Nicolas, au large de la Californie, a atteint son objectif éloigné de cinq cents kilomètres. Le traité FNI interdisait les missiles d’une portée de cinq cents à cinq mille cinq cents kilomètres, mettant [...] Lire la suite

25 octobre - 7 novembre 2018 • Vastes manœuvres militaires en Europe.

Du 25 au 7 novembre, l’OTAN organise en Norvège les plus importantes manœuvres militaires depuis la fin de la guerre froide. L’exercice « Trident Juncture », qui mobilise cinquante mille soldats, dix mille véhicules, deux cent cinquante aéronefs et soixante-cinq navires de trente et un pays – dont la Suède et la Finlande, non membres de l’OTAN –, est destiné à figurer la défense d’un État membre agressé.  [...] Lire la suite

8-9 juillet 2016 • O.T.A.N. • Réunion du sommet de Varsovie.

Les 8 et 9, l’OTAN se réunit en sommet à Varsovie – pour la première fois dans un pays de l’ancien bloc soviétique. Ses vingt-huit membres approuvent « le renforcement de notre défense collective le plus significatif depuis la guerre froide », selon les termes du président américain Barack Obama [...] Lire la suite

7-31 août 2014 • Ukraine • Contre-offensive séparatiste et surenchère russe.

Obama déclare que « la Russie est plus isolée que jamais depuis la fin de la guerre froide ». Le 28 également, les séparatistes prennent le contrôle de Novoazovsk. Le 29, Vladimir Poutine fait de nouveau référence, dans un discours, à la « Nouvelle Russie » – « Novorossia » –, terme utilisé [...] Lire la suite

7-26 août 2008 • Géorgie - Russie • Offensive militaire géorgienne contre l'Ossétie du Sud et riposte russe.

l'indépendance des républiques séparatistes géorgiennes, comme les dirigeants de celles-ci en ont émis le vœu. Le 26, le président Medvedev reconnaît l'indépendance de l'Ossétie du Sud et de l'Abkhazie. Il justifie sa décision en évoquant « la proclamation illégale de l'indépendance du Kosovo à l'égard de la Serbie ». Face aux vives condamnations des pays occidentaux, il dit ne pas craindre « une nouvelle guerre froide ».  [...] Lire la suite

8-27 avril 2008 • Irak • Rapport sur les résultats de la stratégie américaine.

en Irak en estimant que les dépenses militaires américaines à l'époque de la guerre froide étaient supérieures. Le 27, l'imam radical Moqtada Al-Sadr rejette les conditions posées par le gouvernement pour arrêter son offensive. Malgré l'accord conclu fin mars, les combats entre les miliciens chiites [...] Lire la suite

3 février - 3 mars 2006 • États-Unis • Les méthodes antiterroristes en question.

Le 3, le Pentagone publie son programme quadriennal dans lequel la lutte antiterrorisme est qualifiée de « guerre longue » – « tout comme la guerre froide », selon le secrétaire à la Défense Donald Rumsfeld. Le 7, le directeur du centre antiterrorisme de la C.I.A. Robert Grenier est limogé [...] Lire la suite

19 janvier 2006 • France • Discours du président Jacques Chirac sur la dissuasion nucléaire.

Dans un discours prononcé à l'île Longue (Finistère), siège de l'état-major de la Force océanique stratégique, le président de la République justifie le maintien d'une force de dissuasion nucléaire dans l'après-guerre froide. Il indique que la menace de certaines puissances traditionnelles [...] Lire la suite

23-28 mai 2002 • États-Unis - Russie • Signature d'un traité de désarmement et création du Conseil O.T.A.N.-Russie.

globale », déclare-t-il. Le 24, à Moscou, où le président américain se rend pour la première fois, George W. Bush et son homologue russe Vladimir Poutine signent un traité de désarmement destiné à « mettre fin à la guerre froide ». Plus ambitieux que les traités S.T.A.R.T.-I et S.T.A.R.T.-II signés [...] Lire la suite

Pour citer l’article

André FONTAINE, « GUERRE FROIDE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 10 août 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/guerre-froide/