GUERRE FROIDE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La rupture de l'alliance

Le discours de Fulton

On a souvent dit que le coup d'envoi de la guerre froide avait été donné par Winston Churchill dans son discours du 5 mars 1946 à Fulton (Missouri). Se déclarant convaincu que les Russes « ne respectaient que la force », il invitait « les peuples de langue anglaise à s'unir d'urgence pour enlever toute tentation à l'ambition ou à l'aventure ». Bien qu'il ne fût plus Premier ministre, il parlait avec l'autorité qui s'attachait à son nom et avec le complet accord du président Truman. Staline ne s'y trompa pas et répliqua peu après sur le même ton. C'était la fin de la conception qui inspirait les accords anglo-soviéto-américains de Yalta (11 févr. 1945) : un monde vivant définitivement en paix, dans le cadre des Nations unies, sous la surveillance des trois grandes puissances ; une Allemagne administrée conjointement par ses vainqueurs jusqu'au jour où elle se serait définitivement reconvertie à la démocratie.

Conférence de Yalta, 1945

Conférence de Yalta, 1945

Photographie

Winston Churchill, Franklin Roosevelt et Staline durant la conférence de Yalta, en février 1945. 

Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

Les causes de cette détérioration sont multiples. Les historiens soviétiques et, dans une plus ou moins grande mesure, les « révisionnistes » américains en attribuent la responsabilité essentielle à Truman. Celui-ci, devenu président à la mort de Roosevelt (avr. 1945), avait rompu, en effet, avec la politique de bonne entente avec l'U.R.S.S. suivie par son prédécesseur. À ce changement, deux raisons principales : la crainte du communisme – que rien selon eux ne justifiait, Staline menant une politique nationale et non idéologique – et la conviction, née de la possession de l'arme atomique, que les États-Unis, débarrassés de l'Allemagne comme du Japon et devenus la plus grande puissance de tous les temps, n'avaient plus aucune raison de « faire des cadeaux » aux Russes. Pour les dirigeants américains et leurs alliés, c'est le refus de Staline d'appliquer l'accord de Yalta sur le droit des peuples libérés à disposer d'eux-mêmes et la menace qu'il faisait planer sur ses voisins qui sont à l'origine de la guerre froide.

Les deu [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 17 pages



Médias de l’article

Navire américain pendant la guerre de Corée

Navire américain pendant la guerre de Corée
Crédits : Hulton Getty

photographie

Guérilla vietcong

Guérilla vietcong
Crédits : Central Press/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Intervention soviétique à Budapest

Intervention soviétique à Budapest
Crédits : Hulton Getty

photographie

Retrait des fusées soviétiques de Cuba, 1962

Retrait des fusées soviétiques de Cuba, 1962
Crédits : Hulton Getty

photographie

Afficher les 29 médias de l'article





Écrit par :

Classification

Voir aussi

Les derniers événements

2-19 août 2019 • États-Unis • Test d’un missile de portée intermédiaire.

le premier tir de ce type depuis la fin de la guerre froide. Le missile tiré depuis d’île de San Nicolas, au large de la Californie, a atteint son objectif éloigné de cinq cents kilomètres. Le traité FNI interdisait les missiles d’une portée de cinq cents à cinq mille cinq cents kilomètres, mettant [...] Lire la suite

25 octobre - 7 novembre 2018 • Vastes manœuvres militaires en Europe.

Du 25 au 7 novembre, l’OTAN organise en Norvège les plus importantes manœuvres militaires depuis la fin de la guerre froide. L’exercice « Trident Juncture », qui mobilise cinquante mille soldats, dix mille véhicules, deux cent cinquante aéronefs et soixante-cinq navires de trente et un pays – dont la Suède et la Finlande, non membres de l’OTAN –, est destiné à figurer la défense d’un État membre agressé.  [...] Lire la suite

8-9 juillet 2016 • O.T.A.N. • Réunion du sommet de Varsovie.

Les 8 et 9, l’OTAN se réunit en sommet à Varsovie – pour la première fois dans un pays de l’ancien bloc soviétique. Ses vingt-huit membres approuvent « le renforcement de notre défense collective le plus significatif depuis la guerre froide », selon les termes du président américain Barack Obama [...] Lire la suite

7-31 août 2014 • Ukraine • Contre-offensive séparatiste et surenchère russe.

Obama déclare que « la Russie est plus isolée que jamais depuis la fin de la guerre froide ». Le 28 également, les séparatistes prennent le contrôle de Novoazovsk. Le 29, Vladimir Poutine fait de nouveau référence, dans un discours, à la « Nouvelle Russie » – « Novorossia » –, terme utilisé [...] Lire la suite

7-26 août 2008 • Géorgie - Russie • Offensive militaire géorgienne contre l'Ossétie du Sud et riposte russe.

l'indépendance des républiques séparatistes géorgiennes, comme les dirigeants de celles-ci en ont émis le vœu. Le 26, le président Medvedev reconnaît l'indépendance de l'Ossétie du Sud et de l'Abkhazie. Il justifie sa décision en évoquant « la proclamation illégale de l'indépendance du Kosovo à l'égard de la Serbie ». Face aux vives condamnations des pays occidentaux, il dit ne pas craindre « une nouvelle guerre froide ».  [...] Lire la suite

8-27 avril 2008 • Irak • Rapport sur les résultats de la stratégie américaine.

en Irak en estimant que les dépenses militaires américaines à l'époque de la guerre froide étaient supérieures. Le 27, l'imam radical Moqtada Al-Sadr rejette les conditions posées par le gouvernement pour arrêter son offensive. Malgré l'accord conclu fin mars, les combats entre les miliciens chiites [...] Lire la suite

3 février - 3 mars 2006 • États-Unis • Les méthodes antiterroristes en question.

Le 3, le Pentagone publie son programme quadriennal dans lequel la lutte antiterrorisme est qualifiée de « guerre longue » – « tout comme la guerre froide », selon le secrétaire à la Défense Donald Rumsfeld. Le 7, le directeur du centre antiterrorisme de la C.I.A. Robert Grenier est limogé [...] Lire la suite

19 janvier 2006 • France • Discours du président Jacques Chirac sur la dissuasion nucléaire.

Dans un discours prononcé à l'île Longue (Finistère), siège de l'état-major de la Force océanique stratégique, le président de la République justifie le maintien d'une force de dissuasion nucléaire dans l'après-guerre froide. Il indique que la menace de certaines puissances traditionnelles [...] Lire la suite

23-28 mai 2002 • États-Unis - Russie • Signature d'un traité de désarmement et création du Conseil O.T.A.N.-Russie.

globale », déclare-t-il. Le 24, à Moscou, où le président américain se rend pour la première fois, George W. Bush et son homologue russe Vladimir Poutine signent un traité de désarmement destiné à « mettre fin à la guerre froide ». Plus ambitieux que les traités S.T.A.R.T.-I et S.T.A.R.T.-II signés [...] Lire la suite

Pour citer l’article

André FONTAINE, « GUERRE FROIDE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 février 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/guerre-froide/