FARINES GUERRE DES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Troubles provoqués en 1775 par l'édit de Turgot libérant le commerce des grains à l'intérieur du royaume. La crainte de la disette avait conduit à la tradition d'« emprisonner les blés » par une réglementation étroite du marché. Des droits de douane empêchaient la circulation des grains ; de ce fait, le blé pourrissait dans les provinces où la récolte avait été abondante, alors qu'on mourait de faim dans les provinces voisines. La production n'était pas stimulée.

Disciple de Quesnay et de Gournay, auteur des Lettres sur la liberté du commerce des grains (1770), Turgot, devenu ministre, abolit toute réglementation. Le succès de la mesure fut mitigé, mais l'opinion était généralement hostile au dirigisme. En 1774, une récolte médiocre causa le renchérissement des blés à Caen et à Paris. Les autorités redoutèrent que l'inquiétude des esprits n'aboutît à des désordres. Les marchands de Nevers accaparent les grains et font monter les prix, les difficultés de ravitaillement s'annoncent en Champagne, l'agitation règne en Brie. À la mi-avril, l'attention du contrôleur général est attirée par la Bourgogne, généralement bien pourvue, mais où la demande lyonnaise et méridionale a épuisé les réserves. Des troubles éclatent au marché de Dijon, les femmes pillent le moulin, des émeutiers vident la cave d'un magistrat : sédition typique de la crise des subsistances dans laquelle Turgot intervient avec fermeté. Le calme revient avec la bonne récolte et les profits.

La guerre des farines, au sens strict, se déclenche en avril 1775. Les prix montent, on parle de manœuvres d'accaparement, de complot. La région parisienne connaît une série d'incidents en chaîne (27 avr.-10 mai) culminant à Versailles et à Paris. Partout, la même revendication : du pain à prix abordable. Des violences se produisent à Beaumont-sur-Oise, autour de blatiers, portefaix, porte-sacs ; des pillages ont lieu à Beauvais, à Pontoise et à Saint-Germain. La foule demande la taxation. Des villages du voisinage arrivent des manifestants qui [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

  • : docteur ès lettres, professeur à l'université de Lille

Classification


Autres références

«  FARINES GUERRE DES  » est également traité dans :

RURALE CIVILISATION

  • Écrit par 
  • Emmanuel LE ROY LADURIE
  •  • 14 397 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les révoltes rurales »  : […] Sur un autre plan, la civilisation rurale se trouve placée devant des problèmes de pouvoir, de politique, de contestation et de révolte. Elle possède ses cellules de sociabilité politique (la communauté d'habitants), et même ses cellules de sociabilité militaire (le groupe des jeunes gens non mariés du village, organisé en association folklorique, qui peut, éventuellement, contribuer à fournir la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/civilisation-rurale/#i_42297

Pour citer l’article

Louis TRENARD, « FARINES GUERRE DES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/guerre-des-farines/