GUÉRILLA

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les ambiguïtés de la « petite guerre »

Guérilla et guerre classique

La guerre classique, dominée par la notion de bataille décisive, cette « Marseillaise prussienne » chère à Clausewitz, ne se réduit pas à un choc frontal. Elle implique de manœuvrer l'ennemi, qu'on le surprenne, l'attaque de flanc, le fragmente, tel Horace contre les Curiaces, ou l'encercle, voire, comme disait Jomini, grand observateur des batailles napoléoniennes, « qu'on porte le gros de ses forces sur une seule de ses ailes... clef de voûte de la science de la guerre ».

La défensive, de son côté, est l'« art complet » qui permet de temporiser, d'étirer et d'affaiblir l'adversaire en attendant la contre-offensive propre à le terrasser ; la ruse, même si Clausewitz en minimise la portée, est le ressort de la surprise et de la guerre psychologique ; les corps francs s'infiltrent dans les lignes pour chercher le renseignement ou semer la panique ; enfin, la « défense en surface », enchevêtrement de centres de résistance assiégés sans front ni arrières, mêle les genres et emprunte déjà nombre de ses traits à la guérilla.

Entre celle-ci et la bataille conventionnelle, on voit donc que, sur le plan tactique, le hiatus est loin d'être absolu. Il l'est moins encore lorsque, passant sur le plan stratégique et quittant les affrontements directs pour les manœuvres périphériques, on aborde, sans quitter les rangs militaires, le domaine de l'« approche indirecte ». C'est le cas notamment de la stratégie insulaire de l'Angleterre qui, privée naguère d'armée permanente, dressait des obstacles face à l'ennemi principal, l'attaquait sur ses lignes extérieures avec les Raleigh et les Drake, l'isolait, le harcelait, cherchait ses points faibles, en privilégiant les débarquements excentriques et l'action sur les arrières. Stratégie d'attrition ou, comme disait Liddell Hart, maître en la matière, stratégie de « coup de bec », préfiguration de la vision de Lénine : la stratégie la plus saine consiste à retarder la bataille jusqu'à ce que la dislocation de l'ennemi permette de lui asséner un coup mortel.

À ce stade, on ne parle pas de « guérilleros », mais de corsaires, de commandos, de rangers, d'agents des services spéciaux, parachutistes de tous acabits lancés sur les franges de l'armée adverse pour l'effriter et la démoraliser. Dans leur règlement d'avant 1940, les Allemands avaient, d'ailleurs, codifié cette forme d'engagement avant de la mettre, non sans succès, au service de Tchang Kaï-chek au début de la guerre sino-japonaise. La guérilla, « moyen de soutenir par des actions secondaires les opérations amies », ne sortait pas, toutefois, même si l'on cautionnait la « tromperie », du cadre martial traditionnel, l'objectif restant la victoire militaire. Il en est de même lorsqu'on parlait, ces dernières années, de « techno-guérilla », mode défensif préconisé par certains pour préserver, face aux armées soviétiques, l'Europe de l'Ouest, sans utilisation de l'arme nucléaire : réseaux antichars et antipersonnels échelonnés sur la profondeur du dispositif allié..., système purement militaire n'ayant d'autre objectif que de barrer la route aux forces ennemies.

Or la vraie guérilla est plus subtile. S'en prenant davantage aux assises du pouvoir qu'à son armée, elle ne doit pas, pour être significative, être trop liée aux opérations centrales ; il lui faut, en quelque sorte, se déprofessionnaliser, se démilitariser, se rendre autonome, cesser enfin d'être à dominante technique pour prendre un caractère populaire et politique. Hitler, qui avait, sur ce plan, des notions d'avant-garde, voyait fort bien le problème : « La guerre n'est pas, disait-il à Forster, cette science hermétique entourée d'un appareil solennel que les généraux persistent à considérer comme un tournoi du Moyen Âge. Je n'ai que faire de chevaliers ! La confusion des sentiments, les conflits moraux, la panique, l'indécision, telles seront nos armes ! » Le résultat, il est vrai, fut pour le moins mitigé. En dehors du rôle joué par quelques « cinquièmes colonnes » durant la campagne de Norvège, le système souffrit du sectarisme et de la rigidité des nazis qui, en revanche, eurent à combattre durement les mouvements de guérilla surgis des profondeurs des pays occupés : partisans russes – héritiers des supplétifs de Koutouzov –, favorisés par le climat, l'espace et le morcellement des fronts ; maquisards grecs et yougoslaves, qui fournirent un appoint non négligeable à la victoire de Stalingrad en immobilisant une [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 13 pages

Médias de l’article

Draza Mihajlovic

Draza Mihajlovic
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Tranchée au Vietnam

Tranchée au Vietnam
Crédits : Hulton Getty

photographie

Partisans vietcong

Partisans vietcong
Crédits : MPI/ Archive Photos/ Getty Images

photographie

Prise d'Inchon

Prise d'Inchon
Crédits : Bert Hardy/ Getty Images

photographie

Afficher les 5 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur à l'université de Paris-I, ancien président de la Fondation pour les études de défense nationale

Classification

Autres références

«  GUÉRILLA  » est également traité dans :

AFGHANISTAN

  • Écrit par 
  • Daniel BALLAND, 
  • Gilles DORRONSORO, 
  • Mir Mohammad Sediq FARHANG, 
  • Pierre GENTELLE, 
  • Sayed Qassem RESHTIA, 
  • Olivier ROY, 
  • Francine TISSOT
  • , Universalis
  •  • 34 335 mots
  •  • 21 médias

Dans le chapitre « La « révolution de Saur » »  : […] Le coup d'État communiste du 27 avril 1978, couramment appelé en Afghanistan la « révolution de Saur » ( Saur est le mois du calendrier afghan qui va du 22 avril au 22 mai), ne mit pas tout de suite en éveil la majorité des forces conservatrices du pays. On peut d'ailleurs penser que, si elles avaient été capables de réagir instantanément à ce type de coup d'État, elles auraient pu mettre auparav […] Lire la suite

ALMEIDA JUAN (1927-2009)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 268 mots

Révolutionnaire et homme politique cubain. Compagnon d'armes de Fidel Castro dès 1953, Juan Almeida Bosque participe à l'attaque de la caserne du Moncada à Santiago de Cuba pour renverser le régime de Fulgencio Batista, à la suite de laquelle il est condamné à dix ans de prison. Amnistié deux ans plus tard, il participe à la fondation du Mouvement du 26-Juillet et s'exile au Mexique en 1956 avec […] Lire la suite

AMÉRIQUE LATINE - La question indienne

  • Écrit par 
  • David RECONDO
  •  • 2 811 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le recours aux armes : une exception »  : […] Comme d'autres mouvements sociaux paysans ou urbains, les mouvements indiens ont parfois basculé dans l'action armée. Souvent prises entre deux feux –  celui des guérillas marxistes-léninistes et celui des forces armées et de leurs alliés paramilitaires –, les organisations indiennes ont parfois eu recours aux armes pour se défendre, mais aussi pour s'allier à l'une des parties en conflit, le plu […] Lire la suite

ARAFAT YASSER (1929-2004)

  • Écrit par 
  • Nadine PICAUDOU
  •  • 1 390 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le temps de la lutte armée »  : […] Le Mouvement de libération de la Palestine, communément appelé Fatah (la conquête), naît en réalité de la fusion de plusieurs groupuscules qui ont vu le jour dans le Golfe. Le mouvement, qui obtient le soutien initial de l'Irak et de l'Algérie de Ben Bella, lance sa première opération de commando en janvier 1965 sous l'impulsion de Khalil al-Wazir (le futur Abou Jihad), le seul à avoir déjà fait […] Lire la suite

ARMÉE - Doctrines et tactiques

  • Écrit par 
  • Jean DELMAS
  •  • 7 994 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Atome et foules »  : […] Arme de destruction massive, aux effets instantanés et éventuellement durables (radioactivité résiduelle), dégageant une énergie énorme contenue dans une masse très faible, n'exigeant donc qu'une faible logistique, facilement mise en œuvre, l'arme atomique apparaît, après Hiroshima, comme un facteur de rupture dans l'évolution de l'art de la guerre, aussi bien sur le plan stratégique que tactiqu […] Lire la suite

ASIE (Géographie humaine et régionale) - Espaces et sociétés

  • Écrit par 
  • Philippe PELLETIER
  •  • 23 140 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Les poudrières de l'Asie »  : […] La concentration d'armes en Asie témoigne des séquelles du partage de Yalta (1945) entre les États-Unis et l'Union soviétique, de la décolonisation et de l'affrontement entre blocs (divisions de la Corée et de la Chine). Au début du xxi e  siècle, l'Asie orientale et méridionale est traversée par trois tendances géopolitiques qui semblent contradictoires. Le cas de Cuba mis à part, elle apparaît, […] Lire la suite

BARCO VIRGILIO (1921-1997)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 499 mots

Président de la Colombie de 1986 à 1990. Né le 17 septembre 1921 à Cúcuta, dans le département de Santander au nord-est du pays, Virgilio Barco est issu d'une riche famille ayant fait fortune dans le pétrole. Après avoir fréquenté l'université nationale de Colombie à Bogotá, il obtient un diplôme d'ingénieur en génie civil au Massachusetts Institute of Technology (M.I.T.) en 1943. Partisan des idé […] Lire la suite

BOLIVIE

  • Écrit par 
  • Virginie BABY-COLLIN, 
  • Jean-Pierre BERNARD, 
  • Jean-Pierre LAVAUD
  • , Universalis
  •  • 11 762 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « L'emprise militaire »  : […] En novembre 1964, l'armée, encouragée et réorganisée grâce aux appuis techniques et aux subsides des États-Unis, généreusement dispensés à la suite de la révolution cubaine, revient au pouvoir par un coup d'État. Elle y reste pendant dix-huit années, qui sont marquées par une instabilité permanente puisque dix-sept présidents se succèdent durant cette période. La première junte militaire du génér […] Lire la suite

BRÉSIL - Le Brésil contemporain

  • Écrit par 
  • Luiz Felipe de ALENCASTRO
  •  • 5 659 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « La dictature militaire »  : […] Sous la présidence du maréchal Castelo Branco (1964-1967), les partis politiques furent remplacés par deux formations imposées par la dictature. L'Alliance rénovatrice nationale (Arena) regroupait les élus ralliés au régime, tandis que le Mouvement démocratique brésilien (M.D.B.) rassemblait une opposition brisée par les arrestations et l'exil de ses leaders. Pendant la présidence du général Cos […] Lire la suite

CASTRO FIDEL (1926-2016)

  • Écrit par 
  • Marie Laure GEOFFRAY
  •  • 2 546 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Premières armes militantes »  : […] Né le 13 août 1926 près de Birán, dans la province d'Oriente, Fidel Alejandro Castro Ruz est le fils d'un paysan galicien, arrivé à Cuba à la fin du xix e  siècle, et de sa servante. La fratrie de neuf enfants, issue de deux unions, vit dans un grand domaine agricole. Parti étudier à Santiago de Cuba en 1934, Fidel Castro est un élève turbulent, prompt à la bagarre, mais la vie au collège lui ense […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

29 mai 2022 Colombie. Premier tour de l'élection présidentielle.

Ancien militant du mouvement de guérilla M-19, Gustavo Petro a été maire de Bogotá de 2012 à 2015. Il brigue la présidence pour la troisième fois. L’homme d’affaires Rodolfo Hernández, candidat populiste de la Ligue des gouvernants anticorruption, crée la surprise en se qualifiant pour le second tour avec 28,2 % des voix. Federico Gutiérrez, ancien maire de Medellín et candidat de la coalition de droite Équipe pour la Colombie, arrive en troisième position avec 23,9 % des suffrages. […] Lire la suite

13 mars 2022 Colombie. Élections législatives.

Le Parti des communs, issue de l’ancienne guérilla des Forces armées révolutionnaires de Colombie (FARC), obtient moins de 1 % des suffrages, mais dispose d’office de 5 sièges dans chacune des chambres en application de l’accord de paix de novembre 2016. En vertu de ce même accord, 16 sièges sont attribués aux représentants des « circonscriptions spéciales transitoires pour la paix » correspondant aux zones particulièrement affectées par le conflit interne. […] Lire la suite

6 octobre 2021 Pérou. Démission du Premier ministre Guido Bellido.

Membre de l’aile gauche de son parti, Guido Bellido est visé par trois enquêtes préliminaires pour terrorisme, apologie du terrorisme – pour ses liens présumés avec la guérilla du Sentier lumineux – et blanchiment – dans le cadre du financement de la campagne électorale de son parti. Critiqué pour ses désaccords affichés avec certains ministres, il est également accusé d’agression verbale envers une députée et de propos homophobes et sexistes. […] Lire la suite

7 septembre 2021 Birmanie. Déclaration de guerre de l'opposition contre la junte.

Cet appel s’adresse également à la Force de défense populaire qui regroupe des groupuscules armés menant des actions de guérilla contre le régime, ainsi qu’aux armées ethniques contrôlant des zones de peuplement des minorités situées aux frontières avec la Chine, l’Inde et la Thaïlande.  […] Lire la suite

28 janvier - 18 février 2021 Colombie. Premières décisions de la Juridiction spéciale pour la paix.

Le 28, la Juridiction spéciale pour la paix (JEP) inculpe de crimes de guerre et crimes contre l’humanité huit anciens chefs de la guérilla des Forces armées révolutionnaires de Colombie (FARC), pour les quelque vingt et un mille enlèvements commis entre 1990 et 2016, lors du conflit armé qui l’opposait aux autorités. Créée dans le cadre de l’accord de paix signé en novembre 2016 entre le gouvernement et les FARC, la JEP est un organe de justice transitionnelle chargé d’enquêter sur les crimes commis durant le conflit et de juger leurs auteurs. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Pierre DABEZIES, « GUÉRILLA », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/guerilla/