PLEKHANOV GUEORGUI VALENTINOVITCH (1856-1918)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le groupe « Libération du travail » (1880-1900)

Plekhanov étudie l'œuvre de Marx et d'Engels, découvre l'importance du socialisme scientifique et la nécessité d'en appliquer les conclusions à la Russie ; contrairement à ce qu'affirmait la « théorie » populiste, la révolution implique le développement du capitalisme en Russie, et la victoire du prolétariat sur les bourgeois. Le problème politique le plus urgent est donc de réaliser la fusion du mouvement ouvrier russe et de la théorie marxiste, en organisant un parti de la classe ouvrière.

C'est pour réaliser cet objectif que Plekhanov fonde à Genève, en 1883, avec Vera Zassoulitch, Deutsch, Axelrod et Ignatov, le groupe « Libération du travail », qui se fixe comme programme la diffusion du marxisme en Russie, la critique du populisme, l'analyse scientifique de la société russe. C'est la première organisation marxiste russe.

Elle réalise un énorme travail de diffusion et de développement de la pensée marxiste, notamment par la traduction des œuvres de Marx et d'Engels : le Manifeste du Parti communiste (publié en 1882 avec une préface de Marx et Engels), Travail salarié et capital, Misère de la philosophie, Ludwig Feuerbach, Socialisme utopique et socialisme scientifique. Plekhanov écrit des livres qui seront les premiers ouvrages marxistes russes : Le Socialisme et la lutte politique (1883), qui développe la thèse de Marx selon laquelle toute lutte de classe est une lutte politique ; Nos Controverses (1884), qui réfute la théorie populiste et esquisse une analyse du développement du capitalisme en Russie ; Essais sur l'histoire du matérialisme (1892-1896) ; Essai sur le développement de la conception moniste de l'histoire (1895), exposé des sources du marxisme et des lois du matérialisme historique, publié légalement en Russie sous le pseudonyme de Beltov, livre qui « a éduqué toute une génération de marxistes russes » (Lénine).

Pendant cette période, Plekhanov est le représentant indiscuté du marxisme russe : il est reconnu comme tel par Engels et par les organisations révolutionnaires en Russie, avec lesquelles il collabore à partir de 1885 pour la diffusion clandestine de la littérature marxiste. En 1889, il participe à la fondation de la IIe Internationale, et est élu membre de son bureau. Il lutte pour l'organisation du mouvement ouvrier, contre toutes les conceptions erronées de la révolution et du socialisme : contre les populistes et les anarchistes, contre les opportunistes (Strouvé), contre les économistes (Eduard Berstein). En mai 1895, il rencontre pour la première fois Lénine, venu à Genève comme représentant des organisations marxistes de Saint-Pétersbourg. En avril 1898, il se retire de l'Union des social-démocrates russes à l'étranger, où domine la tendance économiste du Rabotcheie Delo (« La Cause ouvrière »).

Le rôle de Plekhanov dans la période de la constitution de la social-démocratie russe est donc très important, mais il reste limité : « Avant 1894-1895, la liaison du marxisme avec le mouvement ouvrier de masse en Russie n'existait pas. Le groupe « Libération du travail » ne fonda la social-démocratie que théoriquement et fit un premier pas à la rencontre du mouvement ouvrier » (Lénine, Œuvres, t. XX). La « théorie » de Plekhanov reste elle-même marquée par les conditions propres de cette période initiale : parce que, contre les populistes, elle affirme le rôle dirigeant de la classe ouvrière, elle refuse toute participation de la paysannerie à la révolution, toute alliance entre la paysannerie et le prolétariat ; parce que, contre les populistes, elle affirme la nécessité du capitalisme et d'une révolution bourgeoise en Russie, elle préconise l'alliance avec la bourgeoisie libérale qui doit jouer un rôle important dans cette première phase historique. De là toute une série d'hésitations et de contradictions qui, jusqu'à la fin de sa vie, placeront Plekhanov tantôt du côté des opportunistes, tantôt du côté des révolutionnaires, sans qu'il se fixe jamais dans l'un des deux camps.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  PLEKHANOV GUEORGUI VALENTINOVITCH (1856-1918)  » est également traité dans :

AXELROD PAVEL BORISSOVITCH (1850-1928)

  • Écrit par 
  • Paul CLAUDEL
  •  • 397 mots
  •  • 1 média

Né à Chklov dans une famille de paysans juifs, Axelrod suit les cours de l'école secondaire tout en organisant une école pour enfants de Juifs pauvres. À dix-huit ans il découvre Lassalle et s'engage dans le mouvement révolutionnaire. Populiste, il tente d'organiser à Kiev des cercles d'étudiants révolutionnaires. En 1872-1874, il participe à la croisade populiste des jeunes intellectuels vers le […] Lire la suite

ISKRA

  • Écrit par 
  • Vladimir Claude FISERA
  •  • 1 018 mots

Journal du Parti social-démocrate ouvrier russe (P.O.S.D.R.), l' Iskra ( L'Étincelle ) paraît du 11 décembre 1900 au 8 octobre 1905. En tout 112 numéros seront publiés à un rythme mensuel puis bimensuel à partir de 1902. Son histoire se confond avec celle de la social-démocratie russe, et l'on doit distinguer la vieille Iskra , dirigée conjointement par Lénine et Plekhanov (jusqu'au numéro 52 du 1 […] Lire la suite

LÉNINE (1870-1924)

  • Écrit par 
  • Nicolas WERTH
  •  • 6 882 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre «  Le fondateur du bolchevisme »  : […] En 1902, Lénine publie un texte fondamental, Que faire ? , premier manifeste de ce qui deviendra, l'année suivante, le bolchevisme. Lénine y expose sa conception d'un parti révolutionnaire d'avant-garde, discipliné et centralisé, composé d'un noyau de révolutionnaires professionnels, chargés d'encadrer les masses ouvrières trop facilement tentées par la seule action quotidienne spontanée et incap […] Lire la suite

MENCHEVISME

  • Écrit par 
  • Georges HAUPT
  •  • 2 711 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La scission de la social-démocratie russe »  : […] À la fin de 1903, la rédaction de l'organe central du Parti, l' Iskra , était passée aux mains de mencheviks qui contrôlaient également la Ligue des social-démocrates russes à l'étranger. Animé originellement d'un désir de conciliation des deux fractions rivales, Plekhanov, « le père du marxisme russe », abandonna Lénine, son allié d'hier, pour rejoindre à la fin de 1903 les mencheviks : Martov, […] Lire la suite

RUSSIE (Le territoire et les hommes) - Histoire

  • Écrit par 
  • Michel LESAGE, 
  • Roger PORTAL
  •  • 20 260 mots
  •  • 27 médias

Dans le chapitre « Apparition du marxisme »  : […] La poussée industrielle des années 1880-1890, mettant au premier plan l'agitation ouvrière (la première grande grève éclate à Orekhovo-Zouiévo en 1885) et apparaissant comme une nécessité, avait cependant converti au socialisme scientifique un certain nombre de populistes (réfugiés en Suisse) et entraîné en Russie la formation de cercles marxistes, qui comptaient davantage d'intellectuels que d' […] Lire la suite

ZASSOULITCH VERA IVANOVNA (1849-1919)

  • Écrit par 
  • Paul CLAUDEL
  •  • 100 mots

D'origine noble, la Russe Vera Zassoulitch est d'abord une militante du mouvement populiste terroriste Narodnaja Volja (Liberté du peuple) ; elle devient célèbre le jour de 1878 où elle tire un coup de revolver sur le grand maître de la police pétersbourgeoise, Trepov, qu'elle manque. Acquittée, elle émigre. À Genève elle se lie avec Plekhanov, Pavel et Axelrod, et adhère à leur Groupe pour la lib […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Étienne BALIBAR, Pierre MACHEREY, « PLEKHANOV GUEORGUI VALENTINOVITCH - (1856-1918) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 juin 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/gueorgui-valentinovitch-plekhanov/