GUAN HANQING [KOUAN HAN-K'ING] (1210 env.-env. 1300)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un dramaturge

N'ayant voulu occuper aucun poste officiel, il se consacra à une intense activité littéraire. On connaît de lui de nombreuses chansons, parfois groupées en suites, mais surtout il fut l'auteur de soixante-six pièces de théâtre, dont dix-huit seulement nous sont parvenues. De plus, il dirigeait des troupes dramatiques et montait parfois lui-même en scène. Sa renommée était si grande que son nom personnel devint synonyme de « dramaturge » ; ainsi deux de ses contemporains furent appelés, l'un Hanqing le Jeune, l'autre Hanqing du Sud.

Son mérite essentiel est d'avoir transformé le zaju, ou « jeux variés », qui désignait, sous les Song du Nord (920-1126), un spectacle joué par quatre ou cinq acteurs et composé de quatre morceaux indépendants : une ouverture, deux courtes pièces souvent comiques, et un finale. Avec l'aide de contemporains, Guan Hanqing en fit une véritable pièce en quatre actes, développant un même sujet. Grâce à cette innovation, le siècle des Yuan a vu naître les chefs-d'œuvre du théâtre chinois.

Les dix-huit pièces conservées peuvent se diviser en trois catégories selon leur contenu : cinq pièces sociales, six pièces historiques, sept pièces d'amour.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : maître assistant honoraire à l'université de Paris-VIII

Classification

Autres références

«  GUAN HANQING [ KOUAN HAN-K'ING ] (1210 env.-env. 1300)  » est également traité dans :

QU [K'IU]

  • Écrit par 
  • Odile KALTENMARK
  •  • 1 225 mots

Dans le chapitre « Les qu des Yuan ou sanqu »  : […] On applique plus spécialement l'appellation qu à un autre genre plus tardif, puisque né sous les Yuan ( xiii e - xiv e  s.) et qui a une double origine : le ci et le théâtre. Les qu de l'époque Yuan s'appellent sanqu, ce qui veut dire « chansons séparées, détachées », car elles s'opposent aux qu des opéras qui font partie d'un ensemble organisé. Le qu est tout d'abord héritier du ci des Song. Cel […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

 LI TCHE-HOUA, « GUAN HANQING [KOUAN HAN-K'ING] (1210 env.-env. 1300) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/guan-hanqing-kouan-han-k-ing/