GU WEN [KOU WEN]

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La nouvelle prose

Han Yu (768-824) est considéré comme le véritable créateur de la nouvelle prose, à tort intitulée gu wen. Ennemi déclaré aussi bien du taoïsme que du bouddhisme, il se crut la mission de reprendre la tradition confucéenne. Toutefois, il fit plus qu'un simple retour à l'antique : il vilipendait au contraire l'imitation servile du style archaïque et la répétition mécanique des phrases-clichés. Le style gu wen dégagé des règles qui entravaient le pian wen se prêtait mieux que celui-ci aux exposés logiques. Rompant délibérément avec la prose cadencée qui était à la mode depuis plusieurs siècles, il se caractérise par le choix très précis des termes et par l'emploi rigoureux des particules grammaticales. La syntaxe chinoise y gagne en précision, mais la langue, moins rythmée, se trouve alourdie.

Han Yu était trop passionné pour être un vrai philosophe confucianiste. Son titre de gloire est cette langue qu'il a sinon créée du moins portée à la perfection. Alors qu'il avait voulu en faire un instrument didactique, elle permit surtout, de son vivant, une reviviscence de la narration, du conte, auxquels ne se prêtait guère le style pian wen. Ainsi Liu Zongyuan (773-819), qui participa avec talent à cette élaboration de la prose gu wen, est l'auteur prestigieux de courts récits descriptifs.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : maître assistant honoraire de l'Institut national des langues et civilisations orientales

Classification


Autres références

«  GU WEN [ KOU WEN ]  » est également traité dans :

HAN YU (768-824)

  • Écrit par 
  • Pierre RYCKMANS
  •  • 1 995 mots

Dans le chapitre « La libération par l'Antique »  : […] Le nom de Han Yu est étroitement lié au « mouvement de la prose antique » ( guwen yundong ), dont il fut le chef de file et le propagandiste le plus éloquent. Ce mouvement s'insurgeait contre la littérature formaliste et raffinée qui s'était élaborée sous les Six Dynasties, et préconisait un retour au naturel et à la sobriété des modèles anciens, c'est-à-dire la prose simple et robuste des philoso […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/han-yu/#i_17812

JIA YI [KIA YI] (201-169 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Yves HERVOUET
  •  • 684 mots

Le premier des auteurs connus de fu est Jia Yi, dont la biographie nous est retracée dans le Shi ji de Sima Qian, à la suite de celle de son grand modèle, Qu Yuan. L'historien nous trace les grandes lignes d'une existence qui a été, elle aussi, un archétype. Homme du nord de la Chine, Jia Yi était capable à dix-huit ans de réciter les classiques des documents et de la poésie, et la renommée de so […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jia-yi-kia-yi/#i_17812

LIU ZONGYUAN [LIEOU TSONG-YUAN] (773-819)

  • Écrit par 
  • Donald HOLZMAN
  •  • 476 mots

Par son haut lignage, son intelligence et ses talents littéraires, Liu Zongyuan semblait destiné à jouer un grand rôle dans la vie politique des Tang. En effet, à l'avènement de l'empereur Shunzong en 805, devenu le protégé du chef du gouvernement Wang Shuwen, il se trouve au centre du pouvoir. Mais la chute de Wang Shuwen et de sa clique huit mois après leur accession porte un coup fatal aux espé […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/liu-zongyuan-lieou-tsong-yuan/#i_17812

Pour citer l’article

Odile KALTENMARK, « GU WEN [KOU WEN] », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 janvier 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/gu-wen-kou-wen/