GU WEN [KOU WEN]

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Avant Han Yu

On applique pour la première fois l'expression gu wen (écriture ancienne) à des manuscrits des Classiques apparus sous les premiers Han, qui n'étaient compris que de certains érudits et étaient considérés comme des faux par les tenants du jin wen (écriture moderne). Cette dernière expression désignait les classiques reconstitués en langue non archaïque qui faisaient l'objet de l'enseignement officiel du Collège impérial. L'école du gu wen donnait un enseignement privé rival. Il y avait entre les deux tendances de sérieuses divergences : le jin wen, qui restera longtemps le texte orthodoxe, utilise les wei shu et les théories du yin et du yang, alors que les lettrés du gu wen s'en tiennent à la philologie et rejettent toute « superstition ».

Plusieurs de ces classiques sont d'ailleurs tenus pour apocryphes par les savants modernes, et plus particulièrement certains chapitres du Shu jing, suspects depuis des siècles, probablement fabriqués par l'auteur du Jia yu (Entretiens familiers de Confucius), un des maîtres du gu wen au iiie siècle après J.-C.

Entre le iiie et le viie siècle, poètes et prosateurs abusent d'un style orné et rhétorique : le pian wen (attelage de deux chevaux en flèche) que l'on peut traduire par « prose parallèle » ou « antithétique », la phrase étant de quatre ou six mots disposés symétriquement. En réaction s'élabore le gu wen, style « à la manière antique ».

Dès le vie siècle, quelques mouvements précurseurs se dessinent. Par exemple, un Chinois du Nord au service d'un monarque tabghatch (toba) écrit une proclamation dans le style du Shu jing. Cette tentative surtout politique ne porte pas de fruit dans le domaine de la littérature. D'autres écrivains, dès le temps des Sui, avaient renoncé aux phrases savamment balancées du pian wen et essayé de restaurer le vieux style classique.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages





Écrit par :

  • : maître assistant honoraire de l'Institut national des langues et civilisations orientales

Classification


Autres références

«  GU WEN [ KOU WEN ]  » est également traité dans :

HAN YU (768-824)

  • Écrit par 
  • Pierre RYCKMANS
  •  • 1 995 mots

Dans le chapitre « La libération par l'Antique »  : […] Le nom de Han Yu est étroitement lié au « mouvement de la prose antique » ( guwen yundong ), dont il fut le chef de file et le propagandiste le plus éloquent. Ce mouvement s'insurgeait contre la littérature formaliste et raffinée qui s'était élaborée sous les Six Dynasties, et préconisait un retour au naturel et à la sobriété des modèles anciens, c'est-à-dire la prose simple et robuste des philoso […] Lire la suite

JIA YI [KIA YI] (201-169 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Yves HERVOUET
  •  • 684 mots

Le premier des auteurs connus de fu est Jia Yi, dont la biographie nous est retracée dans le Shi ji de Sima Qian, à la suite de celle de son grand modèle, Qu Yuan. L'historien nous trace les grandes lignes d'une existence qui a été, elle aussi, un archétype. Homme du nord de la Chine, Jia Yi était capable à dix-huit ans de réciter les classiques des documents et de la poésie, et la renommée de so […] Lire la suite

LIU ZONGYUAN [LIEOU TSONG-YUAN] (773-819)

  • Écrit par 
  • Donald HOLZMAN
  •  • 476 mots

Par son haut lignage, son intelligence et ses talents littéraires, Liu Zongyuan semblait destiné à jouer un grand rôle dans la vie politique des Tang. En effet, à l'avènement de l'empereur Shunzong en 805, devenu le protégé du chef du gouvernement Wang Shuwen, il se trouve au centre du pouvoir. Mais la chute de Wang Shuwen et de sa clique huit mois après leur accession porte un coup fatal aux espé […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Odile KALTENMARK, « GU WEN [KOU WEN] », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 février 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/gu-wen-kou-wen/