HERBACÉS GROUPEMENTS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Types biologiques

Le milieu modèle les formes végétales par le jeu des transformations génétiques aléatoires rigoureusement sélectionnées par l'écologie. C. Raunkiaer, en particulier, a regroupé ces formes en types biologiques dont chacun traduit un équilibre adaptatif avec les conditions de milieu.

Selon le degré décroissant de protection des bourgeons durant la saison défavorable (froide ou sèche), les plantes herbacées sont des cryptophytes ou des hémicryptophytes, plantes généralement vivaces qui développent à la belle saison des organes aériens caducs, et des thérophytes, végétaux annuels persistant sous forme de graine. Ce sont parfois aussi des chaméphytes (végétaux nains) caractérisés par leurs bourgeons dormant au-dessus du sol mais à faible distance ; leur port est érigé (thym vulgaire), prostré (serpolet) ou en coussinet, traduisant dans chaque cas un mode déterminé de résistance aux conditions extrêmes. Un exemple particulièrement remarquable de ces convergences morphologiques (et souvent anatomiques) est fourni par les touffes hémisphériques compactes d'Androsace (Primulacées : Alpes), Silene acaulis (Caryophyllacées : Alpes et Arctique), Azorella (Ombellifères : Andes et îles antarctiques), etc., des milieux froids et physiologiquement secs.

Les cryptophytes (plantes cachées) supportent les conditions extrêmes sous formes d'organes végétatifs profondément enfouis dans le sol (géophytes), dans la vase périodiquement exondée (hélophytes) ou toujours recouverte d'eau (hydrophytes). Les géophytes sont particulièrement adaptés à une période végétative courte, mais très favorable à la constitution rapide d'abondantes réserves dans leurs rhizomes (sceau-de-Salomon), leurs tubercules (Orchis), leurs bulbes (narcisse). Les hélophytes, dont les convergences morphologiques et biologiques se traduisent par leur port de roseau et leur croissance estivale, forment les peuplements de bords des eaux, des fleuves tropicaux aux mares arctiques. Les hydrophytes, d'une extrême variété contrairement aux précédents, depuis les Victoria regia aux feuilles géantes jusqu'à Wolffia arrhiza, minuscule lentille-d'eau (0,5 mm, le plus petit Spermaphyte connu), n'en présentent pas moins des structures étonnamment semblables : développement de l'appareil lacunaire, réduction des tissus lignifiés, reflets de leur physiologie originale.

Les thérophytes constituent surtout des peuplements ouverts sur sol sec (dunes, cultures).

Les hémicryptophytes (plantes à demi cachées) ont leurs bourgeons dormant au ras du sol, souvent entourés de feuilles protectrices actives ou sèches. Leur développement à la belle saison est rapide, grâce à l'utilisation de réserves contenues dans un appareil souterrain très développé, généralement un rhizome (iris), parfois une racine pivotante (pissenlit) ; les hémicryptophytes sont souvent vivaces, certains bisannuels (carotte).

Les plantes sous-ligneuses sont des végétaux ligneux bas, classés dans les chaméphytes à feuillage persistant (Empetrum) ou non (myrtille), ou dans les nanophanérophytes (bruyères, saules buissonnants des hautes montagnes).

La proportion des divers types biologiques traduit très souvent le degré d'évolution d'un groupement au sein d'une série de végétation. Ainsi, quand la forêt reconquiert un champ abandonné, les annuelles adventices de cultures sont peu à peu éliminées par les hémicryptophytes bisannuels, puis vivaces (stade friche) ; dans la pelouse herbeuse ensuite constituée s'étendent les chaméphytes, puis des nanophanérophytes formant une fruticée basse, berceau de la forêt. Cette évolution, constante, se termine par un stade forestier stable (climax), sauf sous certains climats dont les caractères s'opposent à l'installation de la forêt.

Enfin, même sous climat forestier, il n'est pas rare d'observer des groupements herbacés, parfaitement permanents, à déterminisme édaphique.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages

Médias de l’article

Parc national de Wapusk, Canada

Parc national de Wapusk, Canada
Crédits : N. Rosing/ National Geographic/ Getty

photographie

Groupements alpins

Groupements alpins
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Aires ombrothermiques

Aires ombrothermiques
Crédits : Encyclopædia Universalis France

graphique

Variation de la végétation nord-américaine en fonction du sol

Variation de la végétation nord-américaine en fonction du sol
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Afficher les 11 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  HERBACÉS GROUPEMENTS  » est également traité dans :

FORÊTS - La forêt, un milieu naturel riche et diversifié

  • Écrit par 
  • Yves BASTIEN, 
  • Marcel BOURNÉRIAS
  •  • 8 223 mots
  •  • 15 médias

Dans le chapitre « Évolution régressive »  : […] Dans toutes les régions du globe à climats en principe favorables à la forêt, on observe des formations végétales où les arbres sont dispersés ou absents et où prédominent les herbes (prairies, savanes...) ou les buissons (maquis...). L'origine de ces formations peut être indépendante de toute destruction forestière ; c'est le cas de certaines savanes sur inselbergs au milieu de la forêt tropical […] Lire la suite

HALOPHYTES

  • Écrit par 
  • Paul BINET
  •  • 2 675 mots

Dans le chapitre « Les associations d'halophytes »  : […] Les halophytes sont représentées par de très nombreuses algues et par quelques espèces appartenant aux autres groupes végétaux. Dans les milieux salés, en dehors des Algues (cf. algues , océan et mers ), seules les Phanérogames appartenant à quelques familles (Chénopodiacées, Plombaginacées, Graminées, Composées, Crucifères) forment des ensembles importants et caractéristiques dont on étudiera qu […] Lire la suite

HÊTRAIES

  • Écrit par 
  • Marcel BOURNÉRIAS
  •  • 2 509 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Hêtraies de plaine »  : […] Les grands massifs de hêtres du nord et de l'ouest du Bassin parisien ont au premier abord un aspect uniforme. Sous la futaie régulière, due en réalité à l'action du forestier, les arbustes sont rares ou absents, à l'exception parfois de quelques houx ou même de l'if, sempervirents. La strate herbacée, rare ou dispersée dans les hêtraies sèches (parfois presque nues), dense quand elle dispose de […] Lire la suite

PLANTES

  • Écrit par 
  • Marie POTAGE, 
  • Arnaud VAN HOLT
  •  • 6 779 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Diversité structurale des plantes »  : […] Les plantes, quoique de morphologies très variées, ont en commun (à l’exception de quelques rares groupes) de posséder des organes différenciés : une tige portant elle-même des feuilles et des bourgeons, ainsi que, pour la plupart d’entre elles, des racines . Ces organes sont eux-mêmes constitués de tissus, ensembles organisés de cellules spécialisées. Parmi les plus petites plantes se trouvent le […] Lire la suite

PORT, botanique

  • Écrit par 
  • Christian BOCK
  •  • 1 190 mots

On désigne sous le nom de port l'aspect général d'une plante. La diversité du monde végétal se manifeste notamment par la diversité du port des différentes espèces contribuant, en participant à des formations végétales différentes, à caractériser les paysages naturels et ceux qu'a créés l'homme. Vis-à-vis du fonctionnement de la biosphère, le port des végétaux intervient dans l'efficacité de capt […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Marcel BOURNÉRIAS, « HERBACÉS GROUPEMENTS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/groupements-herbaces/