GRINGOIRE, journal

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Reprenant la formule du Candide de Fayard, Horace de Carbuccia fonda Gringoire en 1928. Né à Paris en 1891, d'origine corse — il fut même député d'Ajaccio en 1932 —, apparenté au romancier Marcel Prévost et au préfet de police Jean Chiappe, Carbuccia était déjà directeur de la Revue de France, lancée en 1921, et propriétaire des Éditions de France, fondées en 1924. Carbuccia fut toujours pratiquement le seul propriétaire de Gringoire et son vrai directeur, car la direction littéraire attribuée à Joseph Kessel et la direction politique confiée à Georges Suarez furent supprimées en 1932. Le succès fut rapide : dès 1929, le tirage moyen fut de 135 000 exemplaires ; il dépassait le demi-million en 1940, après avoir atteint son apogée en 1936 avec 650 000 exemplaires.

La partie littéraire de Gringoire fut assez éclectique et attira de bonnes plumes que Carbuccia payait bien. Pourtant, c'est par ses articles politiques que l'hebdomadaire attirait les lecteurs. Tous les leaders de la droite nationaliste y écrivirent, mais c'est Henri Béraud, prix Goncourt en 1922 avec Le Martyre de l'obèse, qui y joua de 1928 à la fin de 1943 le rôle de leader. Les campagnes animées par cet ancien journaliste de L'Œuvre radicale, au redoutable talent de polémiste, furent pour beaucoup dans le succès de Gringoire. André Tardieu y collabora régulièrement dès 1936 et jusqu'à la Seconde Guerre mondiale ; ses articles y furent curieusement en opposition avec la ligne pacifiste et munichoise des autres parties du journal.

En politique étrangère, cette feuille volontiers chauvine exaltait l'Italie de Mussolini et l'Espagne de Franco, n'osait pas juger l'Allemagne hitlérienne, s'opposait à l'Angleterre et haïssait l'U.R.S.S. En politique intérieure, Gringoire cultivait l'antisémitisme, l'antiparlementarisme, l'antimarxisme ; il fut un des plus dangereux ennemis du [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : professeur émérite de l'université Panthéon-Assas

Classification


Autres références

«  GRINGOIRE, journal  » est également traité dans :

ACTION FRANÇAISE

  • Écrit par 
  • Jean TOUCHARD
  • , Universalis
  •  • 5 169 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les raisons d'une influence »  : […] L'influence de L'Action française a certainement été beaucoup plus profonde que le nombre de ses lecteurs ne le laisse supposer. Avant la Première Guerre mondiale, au temps de l'enquête d'Agathon, les frontières ne sont pas nettes entre l'Action française et les autres formations de droite. Entre les deux guerres, à l'époque où l'Action française tend de plus en plus à se re […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/action-francaise/#i_16890

CARBUCCIA HORACE DE (1891-1975)

  • Écrit par 
  • Paul MORELLE
  •  • 522 mots

Issu d'une famille de bourgeois fortunés, Horace de Carbuccia, futur « patron » de presse, eut une jeunesse dorée. Il poursuivit ses études à l'Université et devint un brillant docteur en droit sous l'élégance duquel perçait déjà une insolence hautaine et agressive. Pendant la Première Guerre mondiale, il se distingue dans l'infanterie, puis dans l'aviation, ce qui lui vaut la médaille militaire. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/horace-de-carbuccia/#i_16890

Pour citer l’article

Pierre ALBERT, « GRINGOIRE, journal », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/gringoire-journal/