GRENATS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Signification pétrologique et conditions de gisement

La nature et la composition des grenats dépendent de la composition chimique globale des roches où ils sont apparus et des conditions physiques (température, pression, potentiel d'oxygène) régnant au moment de leur formation. A. Miyashiro a, le premier, souligné le rôle de la température et de la pression sur la composition des grenats. Passant en revue les conditions de gisement, il a montré que la spessartine et le grossulaire devaient avoir un domaine de stabilité très étendu. Avec l'augmentation de la température, la structure du grenat peut accepter les cations Fe et Mg de faible rayon ionique, au détriment de Ca et Mn dont le rayon ionique est plus grand. L'almandin ne peut exister qu'à partir d'une certaine température. À pression fixée, l'augmentation progressive de la température enrichit un grenat en almandin et pyrope. Mais une conséquence de la substitution Fe, Mg → Ca, Mn est de diminuer le volume moléculaire du grenat : une forte pression tend à stabiliser un grenat riche en almandin ou en pyrope. En somme, la température et la pression jouent dans le même sens. Cette interprétation a été confirmée par les données expérimentales. Ainsi, on pourra comparer l'étendue des domaines de stabilité respectifs de la spessartine et de l'almandin en fonction de la température et de la pression sur la figure : le domaine de l'almandin est le plus restreint. Quant au pyrope, pour une composition correspondant au pôle pur, il n'est guère stable qu'à très haute pression, au-dessus de 15 × 106 hPa, en présence d'eau.

Spessartine et almandin : domaine de stabilité

Spessartine et almandin : domaine de stabilité

Dessin

Diagramme température-pression montrant le domaine de stabilité de la spessartine (a) pour la composition globale 3 MnO, Al2O3, 3 SiO2 + H2O et de l'almandin (b) pour la composition globale 3 FeO, Al2O3, 3 SiO2 + H2O, avec la pression de l'eau égale à la pression solide (d'après Hsu,... 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Au cours du métamorphisme régional l'almandin est un minéral fréquent, spécialement dans les micaschistes et les gneiss alumineux. Dans des conditions de métamorphisme correspondant à un certain intervalle de température, son développement est influencé par la pression, cette dernière tendant à stabiliser le minéral pour des compositions globales de roches de plus en plus étendues. Ainsi, dans les micaschistes mésozonaux, le grenat almandin se forme en général par réaction entre les [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages



Médias de l’article

Grenat almandin

Grenat almandin
Crédits : Y. Gautier/ Collection Gautier

photographie

Grenats : principales espèces

Grenats : principales espèces
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Grossulaire

Grossulaire
Crédits : C. Bevilacqua/ De Agostini/ Getty Images

photographie

Andradite

Andradite
Crédits : fabreminerals.com

photographie

Afficher les 11 médias de l'article





Écrit par :

Classification


Autres références

«  GRENATS  » est également traité dans :

ALMANDIN

  • Écrit par 
  • Yves GAUTIER
  •  • 330 mots

Nésosilicate de fer et d'aluminium, l'almandin est le grenat le plus commun. Il se présente sous forme de cristaux rhombododécaédriques, souvent centimétriques, de couleur rouge à rouge foncé avec des nuances violacées ou brunes. Formule : Fe 3 Al 2 (SiO 4 ) 3  ; système : cubique ; dureté : 7-7,5 ; poids spécifique : 4,1-4,3 ; éclat : vitreux ; transparence : transparent à translucide ; cassure : […] Lire la suite

COULEUR DES MINÉRAUX

  • Écrit par 
  • André JULG
  •  • 3 539 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Quelques exemples »  : […] Voyons maintenant quelques exemples qui montrent l'importance des impuretés. Commençons par le diamant, une des gemmes les plus prestigieuses, qui est du carbone pur. En l'absence d'atomes étrangers, il est incolore. La présence de bore, à la concentration de quelques millionièmes, lui confère une délicate teinte bleue qui peut aller jusqu'au bleu-noir pour des concentrations de l'ordre du millièm […] Lire la suite

ÉCLOGITES

  • Écrit par 
  • Gérard GUITARD
  •  • 1 520 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Constitution et gisements »  : […] Le grenat des éclogites renferme des proportions variables d'almandin (Fe 3 Al 2 Si 3 O 12 ), de pyrope (Mg 3 Al 2 Si 3 O 12 ) et de grossulaire (Ca 3 Al 2 Si 3 O 12 ), sous forme de solutions solides ; la quantité de grossulaire y est toujours inférieure à 50 moles p. 100. Le clinopyroxène, nommé omphacite , est aussi une solution solide formée de diopside (CaMgSi 2 O 6 ) et de jadéite (NaAlSi 2 […] Lire la suite

GEMMES

  • Écrit par 
  • Jean-Paul POIROT, 
  • Henri-Jean SCHUBNEL
  •  • 6 256 mots
  •  • 26 médias

Dans le chapitre « Silicates autres que les béryls »  : […] Le péridot est très anciennement connu. On y distingue trois nuances de vert : vert-jaune à jaune-vert (chrysolite) ; vert olive (olivine) ; vert mousse (péridot stricto sensu ). Ce minéral existe dans les roches ultrabasiques (Égypte, Birmanie). La famille des grenats donne plusieurs gemmes : le pyrope , rouge violacé, qu'on rencontre dans des roches ultrabasiques (Afrique du Sud, Bohême) ; l' […] Lire la suite

GROSSULAIRE

  • Écrit par 
  • Yves GAUTIER
  •  • 318 mots
  •  • 2 médias

Nésosilicate de calcium et d'aluminium, le grossulaire est le grenat calcique le plus commun. Il se présente sous forme de cristaux rhomboédriques, souvent centimétriques, de couleur jaunâtre, verte, rose à orangée , mais non rouge. Formule : Ca 3 Al 2 (SiO 4 ) 3  ; système : cubique ; dureté : 7-7,5 ; poids spécifique : 3,6-3,7 ; éclat : vitreux ; transparence : transparent à translucide ; cassur […] Lire la suite

MAGNÉTISME

  • Écrit par 
  • Damien GIGNOUX, 
  • Étienne de LACHEISSERIE, 
  • Louis NÉEL
  •  • 15 766 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Ferrimagnétisme »  : […] Lorsque les atomes magnétiques, qui peuvent être de nature différente, sont situés sur des sites cristallographiques distincts, ils sont soumis à des champs moléculaires différents. On est ainsi conduit à diviser le réseau cristallin en sous-réseaux A, B, C, ..., d'aimantation partielle M A , M B , M C , ..., correspondant chacun à des sites identiques et soumis à des champs moléculaires H A , H B […] Lire la suite

MINÉRALOGIE

  • Écrit par 
  • Claude GUILLEMIN
  •  • 12 132 mots
  •  • 22 médias

Dans le chapitre « Les phénomènes de remplacement dans les minéraux »  : […] Les résultats analytiques montrent que les espèces minérales ont rarement leur composition idéale. Les écarts constatés, souvent dus à des impuretés dans la prise d'essai, peuvent aussi résulter de substitutions dans les réseaux. Les minéralogistes utilisent des formules indiquant les variations de la composition chimique, formules dans lesquelles tous les composants chimiques structuralement équi […] Lire la suite

MINÉRAUX LOURDS

  • Écrit par 
  • Jocelyne VUILLEUMIER
  •  • 505 mots
  •  • 1 média

On définit le groupe des minéraux lourds par leur densité supérieure à 2,87. Ce sont le plus souvent des silicates complexes inclus dans les sédiments et provenant directement ou indirectement de l'érosion de roches endogènes. Les minéraux lourds étant relativement rares, il est nécessaire de les extraire du sédiment pour qu'ils puissent être observés soit par transmission au microscope polarisant […] Lire la suite

ROCHES (Classification) - Roches métamorphiques

  • Écrit par 
  • Gérard GUITARD
  •  • 4 369 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Textures microscopiques »  : […] Examinons maintenant les effets du métamorphisme à l'échelle des grains minéraux de la roche. Dans les schistes cristallins, la « recristallisation métamorphique » s'accompagne généralement d'un accroissement du grain quand le matériau initial est d'origine sédimentaire ou volcanique, mais il n'en est pas nécessairement ainsi s'il existait au départ une roche plutonique, tel un granite ou un gabbr […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Gérard GUITARD, Ramanathan KRISHNAN, « GRENATS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 juillet 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/grenats/