GRÊLE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Caractéristiques des chutes de grêle

Avec 300 à 400 grêlons au mètre carré, une chute de grêle moyenne dure environ 15 minutes et recouvre 15 kilomètres carrés de quelque 5 milliards de grêlons de dimensions inférieures à 10 millimètres, représentant une masse totale de près de 1 000 tonnes. Mais les chutes les plus importantes peuvent parfois atteindre, voire dépasser, des densités de 20 000 grêlons au mètre carré et des superficies de 500 kilomètres carrés. À titre d’exemple, à Seldon, au Kansas (États-Unis), le 3 juin 1959, un orage quasi stationnaire aurait déversé une couche de grêle de 45 centimètres d’épaisseur sur une superficie de 140 kilomètres carrés, ce qui représente une masse totale de près de 50 millions de tonnes. Le 30 juin 2019, à Guadalajara au Mexique, une couche de près de deux mètres d’épaisseur par endroits endommage 200 habitations et commerces, et ensevelit une cinquantaine de véhicules dont certains, emportés par un torrent de glace, sont retrouvés empilés.

En raison de leurs faibles dimensions et de leur faible durée de vie, la plupart des précipitations de grêle sont extrêmement difficiles à localiser, à observer et à prévoir, même avec les moyens les plus élaborés (radars météorologiques, satellites, modèles numériques…). Ainsi, si l’on possède une assez bonne climatologie de leurs caractéristiques dans les régions sensibles, comme les régions agricoles et les zones urbaines, dont témoignent les déclarations aux compagnies d’assurances, les informations disponibles dans les régions boisées ou montagneuses sont réduites. Par ailleurs, diverses méthodes ont été proposées pour classifier les chutes de grêle, fondées sur la taille des plus gros grêlons tombés à proximité d’un observateur, mais ce type de mesure reste beaucoup trop local pour être vraiment représentatif.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Médias de l’article

Coupe de grêlons

Coupe de grêlons
Crédits : Fireflyphoto/ Fotosearch LBRF/ Age Fotostock

photographie

Coupe verticale d’une supercellule orageuse

Coupe verticale d’une supercellule orageuse
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Géographie des chutes de grêle en France

Géographie des chutes de grêle en France
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Afficher les 3 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  GRÊLE  » est également traité dans :

AGROMÉTÉOROLOGIE

  • Écrit par 
  • Emmanuel CHOISNEL, 
  • Emmanuel CLOPPET
  •  • 6 609 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Les effets destructeurs (gel, grêle, vents forts, fortes chaleurs) »  : […] Certains phénomènes météorologiques peuvent provoquer la destruction d'organes végétaux sensibles. On pense, bien entendu, en premier lieu aux effets destructeurs de chutes de grêle sous les cumulo-nimbus (nuages à fort développement vertical), générateurs d'orages. Un tel phénomène a une durée de vie de l'ordre de l'heure, et une extension spatiale (zone concernée) de quelques kilomètres. Il est […] Lire la suite

ATMOSPHÈRE - Thermodynamique

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre CHALON
  •  • 7 720 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Les systèmes convectifs organisés : orages et cyclones »  : […] Les orages et les systèmes nuageux les plus violents prennent ainsi naissance et se développent dans une atmosphère où existe un fort déséquilibre énergétique entre les couches d’air chaud et humide voisines de la surface terrestre et les couches d’air plus froid et plus sec situées dans la moyenne troposphère (entre 3 et 6 km d'altitude). Avec un gradient vertical de température proche de 0  0 C […] Lire la suite

MÉTÉORES

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre CHALON
  •  • 6 608 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « Les précipitations de particules givrées  »  : […] Les précipitations de particules givrées se forment dans des nuages composés à la fois d'eau liquide et de glace, lorsque les particules de glace (dendrites, aiguilles, plaquettes, gouttes congelées, etc.) peuvent grossir en collectant des gouttelettes d’eau liquide surfondue qui congèlent à leur contact. Ce mécanisme est dénommé croissance par accrétion (ou par givrage). Lorsque l’air est très f […] Lire la suite

ORAGES

  • Écrit par 
  • René CHABOUD
  •  • 3 247 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les orages de pluie, de neige, de grêle »  : […] Les orages de pluie peuvent être d'une intensité peu commune. Selon qu'ils éclatent à la campagne, sur la ville ou bien sur un camping, leurs conséquences peuvent être très différentes. Les uns passeront inaperçus, alors que les autres seront à l'origine de sérieux dégâts, voire de catastrophes. Les pluies les plus fortes recueillies à la surface de la planète ont toujours un caractère orageux tr […] Lire la suite

PRÉCIPITATIONS, météorologie

  • Écrit par 
  • Léopold FACY
  •  • 5 280 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Mécanisme de formation de la grêle »  : […] La grêle est un phénomène mal connu et très combattu dans toutes les régions du monde en raison de ses effets dévastateurs sur les récoltes. De plus, la grêle est un phénomène capricieux : présente chaque année ou presque dans certaines régions, elle est rarissime ailleurs. Des grêlons ou amas de grêlons dépassant le kilogramme ont parfois été signalés, mais le physicien des nuages se refuse parf […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean-Pierre CHALON, « GRÊLE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 avril 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/grele/