GRÊLE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Structure et formation des particules de grêle

Les précipitations de grêle sont composées d’une multitude de grêlons, des particules de glace, soit transparentes, soit partiellement ou complètement opaques, plus ou moins sphéroïdales, coniques ou irrégulières dont le diamètre est le plus souvent compris entre 0,5 et 5 centimètres. Mais des grêlons beaucoup plus gros peuvent aussi être observés. Lorsque le diamètre est inférieur à 0,5 centimètre, on a affaire à des particules de neige roulée (particules de glace blanche et opaque, généralement coniques ou arrondies) ou de grésil (particules de glace translucide, presque toujours sphériques et présentant parfois des pointes coniques). Les grêlons, comme ces particules, se forment dans les nuages, à des températures inférieures à 0 0C, lorsque des gouttelettes d’eau liquide surfondue (c’est-à-dire d’eau restée liquide malgré la basse température) rencontrent des cristaux de glace ou des flocons de neige et se congèlent à leur contact. En effet, l'eau liquide gèle quand les molécules qui la composent réussissent à s’associer entre elles en adoptant une des structures spécifiques aux cristaux de glace. Le processus est facilité lorsque l’eau liquide entre en contact avec des cristaux de glace ou avec des corps étrangers dont la structure moléculaire est proche de celle la glace. Dans le cas contraire, l’eau ne gèle pas forcément tant que la température n'est pas descendue à une température proche de – 48 0C. On parle alors de phénomène d’accrétion.

Les grêlons ainsi formés peuvent poursuivre leur croissance jusqu’à devenir trop gros pour être maintenus en l’air dans les courants ascendants, chargés en gouttelettes d’eau liquide surfondue, qui alimentent le nuage. Suivant les conditions rencontrées, les grêlons sont constitués entièrement de glace claire, de glace opaque, ou d’une série de couches alternativement claires ou opaques, présentant alors une structure interne semblable à celle d’un oignon. Cette [...]

Coupe de grêlons

Coupe de grêlons

Photographie

Ces coupes de grêlons mettent en évidence des couches alternées de glace opaque et de glace transparente, trace de l'histoire du grêlon et des conditions rencontrées pendant sa formation. 

Crédits : Fireflyphoto/ Fotosearch LBRF/ Age Fotostock

Afficher


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages



Médias de l’article

Coupe de grêlons

Coupe de grêlons
Crédits : Fireflyphoto/ Fotosearch LBRF/ Age Fotostock

photographie

Coupe verticale d’une supercellule orageuse

Coupe verticale d’une supercellule orageuse
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Géographie des chutes de grêle en France

Géographie des chutes de grêle en France
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte





Écrit par :

Classification


Autres références

«  GRÊLE  » est également traité dans :

AGROMÉTÉOROLOGIE

  • Écrit par 
  • Emmanuel CHOISNEL, 
  • Emmanuel CLOPPET
  •  • 6 609 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Les effets destructeurs (gel, grêle, vents forts, fortes chaleurs) »  : […] Certains phénomènes météorologiques peuvent provoquer la destruction d'organes végétaux sensibles. On pense, bien entendu, en premier lieu aux effets destructeurs de chutes de grêle sous les cumulo-nimbus (nuages à fort développement vertical), générateurs d'orages. Un tel phénomène a une durée de vie de l'ordre de l'heure, et une extension spatiale (zone concernée) de quelques kilomètres. Il est […] Lire la suite

ATMOSPHÈRE - Thermodynamique

  • Écrit par 
  • Christian PERRIN DE BRICHAMBAUT
  •  • 7 460 mots
  •  • 15 médias

Dans le chapitre « Évaporation et condensation »  : […] Par diffusion moléculaire, mais surtout par mélange turbulent, la vapeur d'eau peut se répandre dans l'atmosphère pour accroître son humidité, en provenant de zones où règne une tension de vapeur plus élevée. Ces « sources » d'alimentation en vapeur d'eau sont généralement matérialisées par de vastes surfaces évaporantes (océans, mers intérieures) mais aussi, et surtout dans les régions intertr […] Lire la suite

MÉTÉORES

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre CHALON
  •  • 6 608 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « Les précipitations de particules givrées  »  : […] Les précipitations de particules givrées se forment dans des nuages composés à la fois d'eau liquide et de glace, lorsque les particules de glace (dendrites, aiguilles, plaquettes, gouttes congelées, etc.) peuvent grossir en collectant des gouttelettes d’eau liquide surfondue qui congèlent à leur contact. Ce mécanisme est dénommé croissance par accrétion (ou par givrage). Lorsque l’air est très f […] Lire la suite

ORAGES

  • Écrit par 
  • René CHABOUD
  •  • 3 247 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les orages de pluie, de neige, de grêle »  : […] Les orages de pluie peuvent être d'une intensité peu commune. Selon qu'ils éclatent à la campagne, sur la ville ou bien sur un camping, leurs conséquences peuvent être très différentes. Les uns passeront inaperçus, alors que les autres seront à l'origine de sérieux dégâts, voire de catastrophes. Les pluies les plus fortes recueillies à la surface de la planète ont toujours un caractère orageux tr […] Lire la suite

PRÉCIPITATIONS, météorologie

  • Écrit par 
  • Léopold FACY
  •  • 5 280 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Mécanisme de formation de la grêle »  : […] La grêle est un phénomène mal connu et très combattu dans toutes les régions du monde en raison de ses effets dévastateurs sur les récoltes. De plus, la grêle est un phénomène capricieux : présente chaque année ou presque dans certaines régions, elle est rarissime ailleurs. Des grêlons ou amas de grêlons dépassant le kilogramme ont parfois été signalés, mais le physicien des nuages se refuse parf […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean-Pierre CHALON, « GRÊLE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 avril 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/grele/