MENDEL GREGOR JOHANN (1822-1884)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Gregor Johann Mendel

Gregor Johann Mendel
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Transmission du patrimoine génétique

Transmission du patrimoine génétique
Crédits : Planeta Actimedia S.A.© Encyclopædia Universalis France pour la version française.

vidéo


Homme de religion et homme de science

Né à Heinzendorf en Moravie, dans une famille de paysans pauvres, Johann Mendel entra à vingt et un ans dans l'ordre des Augustins à Brünn (aujourd'hui Brno, Tchécoslovaquie) où il prit, dès son noviciat, le nom de Gregor. Ordonné prêtre en 1848, il se consacra à l'enseignement pendant une vingtaine d'années, mais eut la déception de ne jamais obtenir le diplôme de professeur titulaire de l'enseignement public. Après un premier échec en 1850, il fit, aux frais de sa communauté, un séjour de deux ans (1851-1853) à l'université de Vienne pour s'y perfectionner en physique (sous le magistère de C. Doppler), zoologie, botanique et paléontologie. En 1856, il dut, pour des raisons de santé, se retirer des épreuves pour le titre de professeur de sciences physiques et naturelles. Il regagna Brünn où, depuis deux ans déjà, il enseignait les sciences au collège moderne d'État. C'est là, occupant ses loisirs à des recherches multiples : apiculture, météorologie, botanique, qu'il entreprit une série d'expériences d'hybridation sur le pois, qui vont s'étendre sur huit ans. Élu en 1868 supérieur de son couvent, Mendel abandonne vers 1870 ses recherches sur l'hybridation, limite ses observations à la météorologie et, jusqu'à sa mort, consacre ses forces aux affaires de sa communauté.

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

  • : maître assistant à la faculté des lettres et sciences humaines de Montpellier

Classification


Autres références

«  MENDEL GREGOR JOHANN (1822-1884)  » est également traité dans :

LOIS MENDÉLIENNES DE L'HÉRÉDITÉ

  • Écrit par 
  • Nicolas CHEVASSUS-au-LOUIS
  •  • 258 mots

Moine et botaniste, Gregor Mendel (1822-1884) s'intéressait à la transmission héréditaire de l'aspect des graines de petits pois, en étudiant statistiquement les produits de croisement de différentes variétés. Il découvre ainsi que des caractères distincts, par exemple la couleur et la forme, se transmettent séparément. Lorsque les deux parents diffèrent par un seul caractère, par exemple graine r […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lois-mendeliennes-de-l-heredite/#i_520

RECHERCHES SUR DES HYBRIDES VÉGÉTAUX (G. Mendel)

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 900 mots
  •  • 1 média

Aucours de deux conférences successives devant la Société des sciences naturelles de Brünn (selon l’appellation autrichienne, Brno en République tchèque), les 8 février et 8 mars 1865, Gregor Mendel rapporte les résultats qu’il a obtenus sur l’hybridation des végétaux et sur la manière dont les caractères des parents se répartissent dans la descendance. Ces travaux furent publiés en allemand l’ann […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/recherches-sur-des-hybrides-vegetaux/#i_520

BATESON WILLIAM (1861-1926)

  • Écrit par 
  • Jacqueline BROSSOLLET
  •  • 212 mots

Zoologiste et généticien anglais. Lorsqu'en 1900 Bateson prend connaissance des lois de Mendel, il est biologiste à Cambridge et ses Materials for the Study of Variation Treated with Especial Regards to Discontinuity in the Origin of Species (1894) sont une thèse rigoureuse, mais révolutionnaire, sur les variations discontinues. À partir de 1900, il vérifie les lois mendélien […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/william-bateson/#i_520

ÉPIGÉNÉTIQUE

  • Écrit par 
  • Pierre-Antoine DEFOSSEZ, 
  • Olivier KIRSH, 
  • Ikrame NACIRI
  •  • 5 972 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Épigénétique et hérédité »  : […] La génétique mendélienne décrit les modalités habituelles de la transmission de l’information génétique à la descendance. Cependant, il arrive que des observations ne puissent pas être interprétées au travers du prisme de la seule génétique classique, c’est-à-dire par une information seulement portée par la séquence d’ADN. Les travaux en épigénétique cherchent à comprendre c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/epigenetique/#i_520

ÉVOLUTION

  • Écrit par 
  • Armand de RICQLÈS, 
  • Stéphane SCHMITT
  •  • 15 097 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre «  Hérédité des caractères biologiques »  : […] L' hérédité des caractères acquis, au milieu du xx e  siècle, était tombée dans un discrédit presque général, et les théories de Lyssenko apparaissaient à l'immense majorité de la communauté scientifique comme un archaïsme ou une supercherie. Pourtant, un siècle plus tôt, cette hypothèse était en faveur chez la plupart des savants. Darwin lui-même […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/evolution/#i_520

FRAUDE SCIENTIFIQUE

  • Écrit par 
  • Nicolas CHEVASSUS-au-LOUIS
  •  • 4 393 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « L'embellissement des données »  : […] Il est important de souligner la continuité entre la fraude caractérisée et ces petits arrangements quotidiens avec les données expérimentales, très répandus dans les laboratoires. Ces derniers peuvent s'expliquer par la volonté d'un chercheur d'obtenir un résultat dont il a l'intuition sous une forme particulièrement aboutie. Deux exemples historiques classiques de ces embellissements de données […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fraude-scientifique/#i_520

GÈNES, biologie

  • Écrit par 
  • Pierre SONIGO
  •  • 1 381 mots

Dans le chapitre « La génétique mendélienne »  : […] En 1900, trois articles indépendants paraissent dans les Actes de la société allemande de botanique, sous les signatures de Hugo De Vries, Karl Correns et Erich Tschermak von Seysenegg. Ils présentent des règles tirées des travaux du moine autrichien Gregor Mendel, publiés quarante ans plus tôt. Ces règles reposent sur le postulat de l'existence de facteurs internes discret […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/genes-biologie/#i_520

GÉNÉTIQUE

  • Écrit par 
  • Axel KAHN, 
  • Philippe L'HÉRITIER, 
  • Marguerite PICARD
  •  • 25 812 mots
  •  • 33 médias

Dans le chapitre « Lois de la transmission des caractères héréditaires »  : […] Puisque le propos de la génétique est d'utiliser la variation pour tenter d'atteindre les mécanismes fondamentaux de la reproduction biologique, les deux mécanismes d'apparition de la variation – mutation et recombinaison – vont être ses objets d'études essentiels. En fait, c'est l'étude des phénomènes de recombinaison qui a joué le rôle historique le plus important dans la compréhension des mécan […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/genetique/#i_520

HÉRÉDITÉ

  • Écrit par 
  • Charles BABINET, 
  • Luisa DANDOLO, 
  • Jean GAYON, 
  • Simone GILGENKRANTZ
  •  • 11 220 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Lois de transmission des caractères héréditaires »  : […] Les lois établies par Mendel entre 1855 et 1865, à partir d'hybridation entre différentes variétés de pois ( Pisum sativum ), au temps où les sociétés d'agriculture étaient florissantes dans toute l'Europe, constituent les bases de la génétique moderne. Dès 1902, Cuénot montre qu'elles sont aussi applicables aux mammifères. Puis, l'établissement et l'étude d'arbres généalogiq […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/heredite/#i_520

MUTATIONNISME

  • Écrit par 
  • Cédric GRIMOULT
  •  • 2 216 mots

Dans le chapitre « L'analyse de l'hérédité »  : […] C'est en 1900 que De Vries, parmi d'autres chercheurs, redécouvre les lois de la transmission des caractères héréditaires (bientôt appelés gènes), lois déjà formulées par Gregor Mendel dès 1865, mais restées ignorées depuis lors. Ces règles statistiques montrent que les facteurs héréditaires se comportent comme des particules indépendantes juxtaposées, mais non fondues ensemble, qui se transmette […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mutationnisme/#i_520

MUTATIONS ET SPÉCIATION

  • Écrit par 
  • Nicolas CHEVASSUS-au-LOUIS
  •  • 209 mots

Botaniste comme Gregor Mendel (1822-1884), le Néerlandais Hugo De Vries (1848-1935) s'intéresse à la formation des espèces, dans un contexte d'intenses discussions autour du darwinisme. Il étudie l'apparition de nouveaux caractères dans les populations de fleurs à croissance rapide, les onagres ( Œnothera ). Il découvre ainsi la survenue de mutations, c'est-à-dire de variatio […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mutations-et-speciation/#i_520

PHYTOPATHOLOGIE

  • Écrit par 
  • Marie-Thérèse ESQUERRÉ-TUGAYÉ
  •  • 5 860 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Histoire de la phytopathologie »  : […] Des croyances de l’Antiquité aux connaissances actuelles, bien des étapes jalonnent l’histoire de la phytopathologie. Ce sont d’abord les écrits de Théophraste, philosophe grec (371/370-288/287 av. J.-C.), qui relatent l’existence de maladies sur diverses plantes. Ensuite, les Romains implorent le dieu Robigo pour épargner les céréales de ce fléau qu’est la « rouille ». Durant l’époque médiévale […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/phytopathologie/#i_520

REPRODUCTION, biologie

  • Écrit par 
  • Henri CAMEFORT, 
  • Jean GÉNERMONT, 
  • Didier LAVERGNE, 
  • Philippe L'HÉRITIER
  •  • 7 210 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « La transmission du patrimoine génétique chez les animaux »  : […] Les expériences de Boveri sur l'introduction de noyaux provenant d'oursins d'espèces différentes dans un tronçon énucléé d'œuf d'oursin d'une autre espèce (1889) ont bien montré que le nombre chromosomique ne suffisait pas à enclencher le développement, car celui-ci ne se produisait que si l'élément fécondant était compatible avec l'ovocyte récepteur. Autrement dit, la fécondation joue son rôle b […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/reproduction-biologie/#i_520

TSCHERMAK VON SEYSENEGG ERICH (1871-1962)

  • Écrit par 
  • Michel PRIVAT DE GARILHE
  •  • 392 mots

Botaniste autrichien, et l'un de ceux qui divulguèrent les travaux classiques de Mendel. Les études de Tschermak à Vienne furent interrompues lorsqu'il décida d'acquérir une expérience de l'agriculture en travaillant à la ferme Rotvorwerk près de Freiberg (Saxe). Il les reprit à l'université de Halle et fut déclaré docteur en 1896. Après quelques années de travail volontaire dans différents établi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/erich-tschermak-von-seysenegg/#i_520

Pour citer l’article

Jacques PIQUEMAL, « MENDEL GREGOR JOHANN - (1822-1884) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/gregor-johann-mendel/