BURIN GRAVURE AU

BEWICK THOMAS (1753-1828)

  • Écrit par 
  • Ségolène LE MEN
  •  • 662 mots

Graveur à Newcastle, Bewick est l'un des « pères » du livre illustré romantique. Il a mis en valeur et fait reconnaître la validité de la technique du bois de bout : la plaque faite d'aubier de buis est coupée perpendiculairement au sens des fibres, et non parallèlement, comme dans le bois de fil. L'utilisation d'un bois dur et la coupe de la plaque autorisent l'emploi de l'outil de la gravure nob […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/thomas-bewick/#i_23401

BOIS DE BOUT, gravure

  • Écrit par 
  • Ségolène LE MEN
  •  • 883 mots

Après avoir connu de grandes heures dans les débuts du livre illustré, la gravure sur bois n'a survécu aux xvii e et xviii e  siècles qu'à titre ornemental dans le texte. Elle était réservée aux fleurons, bandeaux et culs-de-lampe, tandis que la gravure sur métal, plus noble, dominait pour les planches d'illustration proprement dite, présentées en hors-texte ; le bois gravé était presque tombé en […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bois-de-bout-gravure/#i_23401

CALLOT JACQUES (1592-1635)

  • Écrit par 
  • Paulette CHONÉ
  •  • 1 949 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les années d'apprentissage »  : […] Callot est né à Nancy en 1592, de Jean Callot, héraut d'armes du duc de Lorraine Charles III. Ses biographes (Félibien, Baldinucci) rappellent volontiers sa naissance noble, ou plutôt dans une famille d'anoblis, et insistent sur sa précoce vocation pour le dessin. Le jeune talent de Callot se développa dans un milieu très ouvert à l'activité artistique, familier des rituels aristocratiques et d'un […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jacques-callot/#i_23401

GRAVURE

  • Écrit par 
  • Barthélémy JOBERT, 
  • Michel MELOT
  •  • 8 560 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La gravure en creux : le trait »  : […] Comme le bois est le médium privilégié de la gravure en relief, le métal est celui de la gravure en creux ou gravure en taille-douce, du nom de la presse utilisée. Le dessin est gravé en creux sur la plaque, d'un trait plus ou moins large et plus ou moins profond qui donnera, à l'impression, des tonalités de noir différentes. Une fois le travail de gravure achevé, on encre la plaque en passant de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gravure/#i_23401

GUILLOCHIS

  • Écrit par 
  • Catherine ARMINJON
  •  • 259 mots

Ornement constitué de traits parallèles, rectilignes ou courbes, entrecroisés ou non, et placés régulièrement et symétriquement. Le mot « guillochis » désigne chacun des traits aussi bien que l'ensemble qu'ils forment. Les guillochis peuvent relever de toutes sortes de techniques ; ils sont peints, dessinés, gravés, à plat, en creux ou en relief ; suivant les motifs qu'ils dessinent, les guillochi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/guillochis/#i_23401

HAYTER STANLEY WILLIAM (1901-1988)

  • Écrit par 
  • Michel MELOT
  •  • 240 mots

Après des études de chimie et de géologie au King's College de Londres, Hayter a une activité d'ingénieur des pétroles en Iran. Il arrive à Paris en 1926 et fait une rencontre décisive pour lui, celle du graveur Joseph Hecht, qui lui apprend la technique du burin. Il installa en 1927, rue du Moulin-Vert, un atelier de gravure qui devint la pépinière des peintres-graveurs de l'entre-deux-guerres. C […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/stanley-william-hayter/#i_23401

MÉTAL ARTS DU

  • Écrit par 
  • Catherine ARMINJON
  •  • 11 119 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les techniques du décor »  : […] Ces techniques peuvent être exécutées en même temps que la mise en forme, mais, la plupart du temps, elles relèvent d'opérations distinctes. La gravure regroupe plusieurs types de décor par enlèvement de matière, soit à la pointe, soit au trait avec le burin, soit encore au champlevé : dans ce dernier cas, le métal est enlevé au burin, non plus suivant un trait, mais sur une certaine surface. Ai […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/arts-du-metal/#i_23401

MORIN JEAN (1610 env.-1650)

  • Écrit par 
  • Maxime PRÉAUD
  •  • 521 mots

Parmi les artistes qui illustrèrent la gravure française au xvii e siècle, il en est peu qui soient autant appréciés des amateurs d'estampes que Jean Morin et dont l'existence soit aussi obscure. On ne connaît avec certitude que la date de son décès, à Paris, au mois de juin 1650. On suppose qu'il serait né dans les années 1610, puisqu'on nous dit qu'il mourut « fort jeune » et que son œuvre, rel […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-morin/#i_23401

NANTEUIL ROBERT (1623-1678)

  • Écrit par 
  • Gérard ROUSSET-CHARNY
  •  • 854 mots

On peut dire de Robert Nanteuil qu'il est le Saint-Simon de la gravure. Il occupe dans la seconde moitié du xvii e  siècle la place que Jacques Callot tient dans la première moitié du siècle. Il n'a gravé qu'au burin, presque uniquement des portraits (221 sur un total de 229 pièces, dont 155 d'après ses propres dessins ou pastels). Originaire de Reims, Nanteuil travaille d'abord chez son compatrio […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/robert-nanteuil/#i_23401

POINTE-SÈCHE

  • Écrit par 
  • Michel MELOT
  •  • 608 mots

Outil dont se servent les artistes pour graver une plaque de métal ; par extension, le terme désigne le procédé qui découle de l'utilisation de la pointe ou même l'épreuve imprimée qui en résulte. Les premiers graveurs en taille douce utilisaient un burin, qui demeura l'instrument de prédilection de la gravure classique et académique. Le burin creuse le métal plus ou moins profondément en enlevant […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pointe-seche/#i_23401

VIEILLARD ROGER (1907-1989)

  • Écrit par 
  • Françoise WOIMANT
  •  • 1 106 mots

Avec Hayter et Courtin, Roger Vieillard est l'un des rares burinistes du xx e  siècle à avoir innové et à s'être pleinement engagé dans la modernité. Il est né le 9 février 1907 au Mans où son père était en garnison. Son grand-père paternel avait, à Bordeaux, une fabrique de faïence fort réputée, et l'un de ses arrière-grands-pères, le peintre Albert Magimel, avait été élève et ami d'Ingres. Bon l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/roger-vieillard/#i_23401


Affichage 

La Grande Fortune

photographie

Albrecht Dürer, La Grande Fortune (ou Némesis), vers 1501-1502, burin, 33 cm X 23 cm Musée de l'Ermitage, Saint-Pétersbourg, Russie 

Crédits : Bridgeman Images

Afficher

La Grande Fortune
Crédits : Bridgeman Images

photographie