RHÉTORIQUEURS GRANDS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Ambiguïté

L'œuvre des grands rhétoriqueurs apparaît ainsi animée de mouvements virtuellement contradictoires, dont l'origine s'explique, pour l'essentiel, par la situation de ces poètes. Asservis à leurs patrons, ils s'efforcent de rompre, de l'intérieur, et de manière quasi clandestine, ce lien. Mais comment le faire, sinon par la manipulation du langage, seule matière qui leur appartînt vraiment ? D'où les raffinements de la versification, la complexité des jeux de sons et de mots, la recherche de l'image rare, qui font triompher dans leurs poèmes l'équivoque, la pluralité des significations, mêlent à l'exposé d'un thème sa parodie en contrepoint.

D'où parfois, pour nous, des difficultés de lecture, mais aussi l'impression de découvrir chez les grands rhétoriqueurs les lointains précurseurs des tentatives plus récentes de déconstruction du langage. Pourtant, ils ne se sont jamais donnés eux-mêmes comme des révoltés, ils n'ont jamais donné leur poésie comme une dénégation. Ils diffèrent par là de Villon, contemporain de Meschinot et de Molinet, dont bien d'autres traits les rapprochent. Sous le couvert d'un conformisme affiché les rhétoriqueurs opèrent néanmoins une rupture de fait avec les raisons de ce conformisme. Aux alentours de 1500, c'étaient eux qui portaient les couleurs de la « modernité », trahissant, sous les formules d'humilité à quoi les invitait le protocole, la contradiction qu'ils ressentaient entre la haute idée qu'ils se faisaient de leur fonction de manœuvriers du verbe et l'étroitesse du clavier thématique imposé par la cour. Ce que tentèrent les grands rhétoriqueurs, c'est un effort (plus ou moins intentionnel) pour repersonnaliser le rapport de l'écrivain à son écriture : effort de valorisation de l'individu qui se rattache au vaste mouvement de l'humanisme.

Le xve siècle finissant fut l'âge de la fête (populaire, d'église, de cour) ; mais la fête comporte deux aspects : ou bien elle prend la forme du carnaval, bouleversement fictif de ces apparences, cérémon [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : ancien professeur aux universités d'Amsterdam, de Paris-VII, de Montréal

Classification


Autres références

«  RHÉTORIQUEURS GRANDS  » est également traité dans :

MAROT CLÉMENT (1496-1544)

  • Écrit par 
  • Pierre JOURDA
  •  • 1 498 mots

Dans le chapitre « Un rhétoriqueur plein d'esprit et de cœur »  : […] Formé à l'école des grands rhétoriqueurs, il sut vite s'affranchir de leurs règles, même s'il garda toute sa vie certaines de leurs habitudes, et d'abord une réelle admiration pour le Moyen Âge : il édita le Roman de la Rose et les poésies de Villon. Il traduisit la Première Bucolique , deux livres des Métamorphoses et le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/clement-marot/#i_10483

RONSARD PIERRE DE (1524-1585)

  • Écrit par 
  • Gilbert GADOFFRE
  •  • 2 913 mots

Dans le chapitre « La création subjuguée par la poésie »  : […] S'il avait pu prévoir ce commentaire tardif, Ronsard y aurait vu la confirmation de la théorie néo-platonicienne des fureurs telle qu'il la résumait dans l' Ode à Michel de l'Hospital , l'année même où son ami Pontus de Tyard la développait dans le Solitaire premier (1552). La fureur poétique passe des Muses au poète et du poète au […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pierre-de-ronsard/#i_10483

Pour citer l’article

Paul ZUMTHOR, « RHÉTORIQUEURS GRANDS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 août 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/grands-rhetoriqueurs/