GRAND TRAITÉ D'INSTRUMENTATION ET D'ORCHESTRATION MODERNES, Hector Berlioz

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les grandes questions

Berlioz se penche plus particulièrement sur certaines questions : les registres, l'écriture pour les cordes et les instruments à vent, l'assemblage des timbres, etc.

À la question des registres, c'est-à-dire de l'étendue, qu'il expose instrument par instrument, il mêle celle des dynamiques, indiquant par exemple qu'il est impossible d'écrire un pianissimo pour une flûte que l'on fait sonner dans le suraigu.

Un long chapitre est consacré à l'écriture pour les cordes. Berlioz fournit une liste complète des triples et quadruples cordes jouables, aisées, malaisées ou impossibles, ainsi que l'explication des phrasés, des modes de jeux et des harmoniques. Il réhabilite l'alto – « De tous les instruments de l'orchestre, celui dont les excellentes qualités ont été le plus longtemps méconnues » –, donne des indications sur l'emploi des violoncelles dans l'aigu. Ce chapitre contient de nombreuses observations qui sont toujours d'actualité, puisque la facture des instruments à cordes n'a pas changé et que leur technique de jeu n'a pratiquement pas évolué : diversité des effets obtenus par les coups d'archet, jeu sur la touche, sur le chevalet, nomenclature des accords les plus sonores, description des différents trémolos (« brisés », « ondulés »), explications sur les différents pizzicatos (ordinaires, « à deux doigts sur le pouce »). On apprend également que, pour donner plus d'éclat au son du violon, Paganini haussait toutes les cordes d'un demi-ton.

Mais c'est avec les instruments à vent que Berlioz est le plus complet, montrant, par des exemples magnifiques, le génie propre de chaque instrument. Pour les bois, les trilles sont soigneusement classées, selon leur possibilités et leur fiabilité. Pour les cuivres, Berlioz rappelle les théories des harmoniques. Il intègre dans son traité l'étude des cornets à piston. Pour l'ensemble des cuivres, il évoque les différentes sourdines et les effets qu'elles produisent.

Au-delà de l'aspec [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

  • : musicologue, analyste, chef de chœur diplômée du Conservatoire national supérieur de musique de Paris, chargée de cours à Columbia University, New York (États-Unis)

Classification


Autres références

«  GRAND TRAITÉ D'INSTRUMENTATION ET D'ORCHESTRATION MODERNES, Hector Berlioz  » est également traité dans :

CLARINETTE

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 1 368 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Styles musicaux »  : […] Par son étendue et ses potentialités en matière de virtuosité, la clarinette s'est rapidement affirmée comme un instrument soliste privilégié. Depuis Antonio Vivaldi et Jean-Philippe Rameau, tous les compositeurs l'ont incluse dans leur répertoire. Dans son Grand Traité d'instrumentation et d'orchestration modernes (1843), Hector Berlioz évoque ainsi la clarinette : « La cla […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/clarinette/#i_34469

TUBA

  • Écrit par 
  • Eugène LLEDO
  •  • 1 135 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Styles musicaux »  : […] Dans la musique savante, l'importance du tuba est grande au sein de la section des cuivres. Dans son Grand Traité d'instrumentation et d'orchestration modernes (1843), Hector Berlioz déclare à propos du tuba basse : « Le bass-tuba très répandu aujourd'hui dans le nord de l'Allemagne, à Berlin surtout, a un immense avantage sur tous les autres instruments graves à vent. Son t […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tuba/#i_34469

Voir aussi

Pour citer l’article

Juliette GARRIGUES, « GRAND TRAITÉ D'INSTRUMENTATION ET D'ORCHESTRATION MODERNES, Hector Berlioz », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 août 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/grand-traite-d-instrumentation-et-d-orchestration-modernes/