GRAND TRAITÉ D'INSTRUMENTATION ET D'ORCHESTRATION MODERNES, Hector Berlioz

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les mises en garde du compositeur

Dans le premier chapitre, Berlioz met en garde ses lecteurs en écrivant que l'art de l'instrumentation « s'enseigne aussi peu que celui de trouver de beaux chants, de belles successions d'accords et des formes rythmiques originales et puissantes ». Il ajoute : « L'objet de cet ouvrage est donc d'abord, l'indication de l'étendue et de certaines parties essentielles du mécanisme des instruments, puis l'étude fort négligée jusqu'à présent, de le nature du timbre, du caractère particulier et des facultés expressives de chacun d'eux, et enfin celle des meilleurs procédés connus pour les grouper convenablement. Tenter de s'avancer au delà, ce serait vouloir mettre le pied sur le domaine de l'inspiration, où le génie seul peut faire des découvertes, parce qu'il n'est donné qu'à lui de le parcourir. »

Ouvrage très complet sur les différentes possibilités des instruments, ce traité est bien celui d'un artisan du timbre, ennemi de la formule et des petites « recettes » toutes faites.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

  • : musicologue, analyste, chef de chœur diplômée du Conservatoire national supérieur de musique de Paris, chargée de cours à Columbia University, New York (États-Unis)

Classification

Autres références

«  GRAND TRAITÉ D'INSTRUMENTATION ET D'ORCHESTRATION MODERNES, Hector Berlioz  » est également traité dans :

BERLIOZ HECTOR

  • Écrit par 
  • Cécile REYNAUD
  •  • 4 264 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Berlioz et la monarchie de Juillet »  : […] Le retour de Rome est également marqué par le mariage de Berlioz avec Harriet Smithson, le 3 octobre 1833. Leur fils Louis naît le 14 août 1834. Il s’agit maintenant pour le compositeur de s’affirmer de nouveau dans la vie artistique et musicale parisienne. Il fréquente alors les milieux proches du pouvoir orléaniste – notamment la famille Bertin – et obtient en 1835 un feuilleton régulier au Jo […] Lire la suite

CLARINETTE

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 1 368 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Styles musicaux »  : […] Par son étendue et ses potentialités en matière de virtuosité, la clarinette s'est rapidement affirmée comme un instrument soliste privilégié. Depuis Antonio Vivaldi et Jean-Philippe Rameau, tous les compositeurs l'ont incluse dans leur répertoire. Dans son Grand Traité d'instrumentation et d'orchestration modernes (1843), Hector Berlioz évoque ainsi la clarinette : « La clarinette est peu propre […] Lire la suite

TUBA

  • Écrit par 
  • Eugène LLEDO
  •  • 1 135 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Styles musicaux »  : […] Dans la musique savante, l'importance du tuba est grande au sein de la section des cuivres. Dans son Grand Traité d'instrumentation et d'orchestration modernes (1843), Hector Berlioz déclare à propos du tuba basse : « Le bass-tuba très répandu aujourd'hui dans le nord de l'Allemagne, à Berlin surtout, a un immense avantage sur tous les autres instruments graves à vent. Son timbre, incomparablemen […] Lire la suite

Pour citer l’article

Juliette GARRIGUES, « GRAND TRAITÉ D'INSTRUMENTATION ET D'ORCHESTRATION MODERNES, Hector Berlioz », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 04 juin 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/grand-traite-d-instrumentation-et-d-orchestration-modernes/