GREENE GRAHAM (1904-1991)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Évasions ou quête ?

Graham Greene aimait à citer ce vers de Wordsworth : « L'enfant est le père de l'homme. » C'est dans l'enfance que se forment les héros, les Judas et les écrivains. Né en 1904 dans la très bonne société britannique, Graham, fils du directeur de l'école de Berkhamstead, connut un drame précoce : n'appartenant pleinement ni au monde des enfants ni à celui des maîtres, il était sensible aux cruautés des uns et des autres. Il en résulta plusieurs fugues, puis un traitement psychanalytique, d'où l'adolescent sortit « normal », mais vidé de toute personnalité. Pour échapper à l'ennui, il risqua la mort à la « roulette russe ». Chroniquement, il lui faudra, pour reprendre goût à la vie, le contact de la violence, de la misère et de la mort, qu'il trouve aux « points chauds » du globe : Liberia de 1935, Mexique de 1939, Malaisie et Indochine de 1950, Cuba de Batista, Haïti de Duvalier, l'Argentine et ses guérilleros, Panamá et Omar Torrijos. Pour Greene, le monde est le théâtre d'un affrontement entre le Bien et le Mal ; mais il y a des secteurs calmes, où l'on risque d'oublier que la guerre fait rage, et de se laisser surprendre par ses formes insidieuses. Aussi Greene monte-t-il périodiquement en première ligne ; il en revient avec des impressions brûlantes, qu'il cherche à communiquer. Mais, s'il revient, c'est aussi parce qu'il ne peut rompre le lien qui l'unit à l'Angleterre, comme Anthony Farrant dans Mère Angleterre (England Made Me, 1935) ; il est comme le combattant des avant-postes qui, épuisé, soupire après le repos et les petits plaisirs de l'arrière, mais s'y sent vite blasé, désœuvré, écœuré par la mesquinerie des « planqués ».


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Écrit par :

  • : ancien élève de l'École normale supérieure, professeur agrégé d'anglais

Classification


Autres références

«  GREENE GRAHAM (1904-1991)  » est également traité dans :

ANGLAIS (ART ET CULTURE) - Littérature

  • Écrit par 
  • Elisabeth ANGEL-PEREZ, 
  • Jacques DARRAS, 
  • Jean GATTÉGNO, 
  • Vanessa GUIGNERY, 
  • Christine JORDIS, 
  • Ann LECERCLE, 
  • Mario PRAZ
  •  • 28 328 mots
  •  • 29 médias

Dans le chapitre « Retour au réel »  : […] En 1938, Cyril Connolly constatait, dans Enemies of Promise , le déclin des mandarins , ceux dont la prose savante prétendait rivaliser avec le vivant. Leur succédaient les vernacular , « tenants de la langue parlée, familière et brutale, et de la vision du monde qu'elle était propre à exprimer ». L'époque où « le voile trembla », où pouvait surgir un texte sacré, était tôt révolue de ce côté de l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anglais-art-et-culture-litterature/#i_5869

NOTRE AGENT À LA HAVANE, Graham Greene - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Sylvère MONOD
  •  • 844 mots

L'œuvre littéraire du romancier anglais Graham Greene (1904-1991) est abondante et diverse. Notre Agent à La Havane (1958) se situe au milieu de sa carrière. Greene a déjà laissé derrière lui les romans « catholiques » de ses débuts, qui ont marqué leur époque (surtout La Puissance et la gloire , 1940), mais ne touchent pas de la même façon le lecteur d'aujourd'hui. D'un autre côté, Notre Agent […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/notre-agent-a-la-havane/#i_5869

POLICIER FILM

  • Écrit par 
  • Jean TULARD
  • , Universalis
  •  • 4 322 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Une morale ambiguë »  : […] À la fin d'une histoire policière est expliqué le crime, c'est-à-dire un aspect de la nature humaine. Dans les serials du cinéma muet, tout était simple : les bons d'un côté, les méchants de l'autre. Mais, avec l'avènement du film noir, la présence simultanée du Bien et du Mal en une même personne constitue le thème central du film. « Vous croyez que le bien c'est la lumière et que l'ombre c'est […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/film-policier/#i_5869

Les derniers événements

7-20 février 1987 • U.R.S.S.Amnistie pour des dissidents et réunion du Forum international pour un monde sans armes nucléaires

, Claudia Cardinale, Peter Ustinov, Yoko Ono), des écrivains (Norman Mailer, Graham Greene), des hommes d'affaires, des médecins. Prenant la parole le 14, Andreï Sakharov se prononce en faveur de l'« ouverture et de la démocratie » en U.R.S.S. Le 16, dans son discours de clôture, Mikhaïl Gorbatchev [...] Lire la suite

Pour citer l’article

George W. BARLOW, « GREENE GRAHAM - (1904-1991) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/graham-greene/