GRACQUES (LES)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La Rome du IIe siècle avant J.-C.

Milieu social et formation politique

Tiberius (né en 163) et Caius Gracchus (né en 154) appartiennent à l'oligarchie sénatoriale la plus représentative, et, à première vue, la moins désignée pour promouvoir la révolution. Leur père, Tiberius Sempronius Gracchus, fils de consul, lui-même deux fois consul, censeur en 169, avait fait une carrière politique et militaire exemplaire dans l'orbite des Scipions ; il avait épousé Cornelia, la seconde fille de Scipion l'Africain, héritière de la culture, du talent mais aussi de la morgue de son père. Les Gracques se trouvent donc apparentés aux plus grandes familles de Rome : Sempronia, leur sœur aînée, épousera Scipion Émilien, héritier du nom de l'Africain, mais fils de Paul-Émile, le vainqueur de Persée. Tiberius, quant à lui, s'unira à la fille d'Appius Claudius Pulcher, consul en 143, censeur en 136 (qui sera l'un des inspirateurs de sa loi agraire), et Caius, de dix ans son cadet, épousera la fille de P. Licinius Crassus, qui était le frère d'un personnage très influent, Q. Mucius Scaevola, Grand Pontife. Ces alliances situent donc les Gracques au cœur de ces groupements de familles et d'intérêts que l'on désignait sous le nom de factions, et qui, grâce aux alliances électorales, au jeu des clientèles, aux protections réciproques et aux marchandages au sein du Sénat, se transmettaient jalousement l'essentiel du pouvoir. Toutefois, la conquête de celui-ci n'était pas leur but exclusif, et les principales d'entre elles avaient leurs traditions qui leur inspiraient des attitudes assez différentes à l'égard des problèmes politiques.

Les fils de Tiberius Gracchus le Censeur avaient reçu une éducation particulièrement soignée. Tiberius avait eu des maîtres grecs ou hellénisés, le philosophe stoïcien Blossios de Cumes, le rhéteur Diophane de Mytilène, dont on ne connaît guère la personnalité ni la doctrine, mais que la tradition représentera par la suite comme [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages




Écrit par :

  • : maître de conférences à la faculté des lettres et sciences humaines de Caen

Classification


Autres références

«  GRACQUES LES  » est également traité dans :

LES GRACQUES

  • Écrit par 
  • Xavier LAPRAY
  •  • 200 mots

L'action de Tiberius et de Caius Gracchus marque la rupture du consensus qui, depuis près d'un siècle, unissait l'aristocratie romaine dans le gouvernement de la cité. Ces deux frères, issus de la haute noblesse romaine, sont élus au tribunat de la plèbe à dix ans d'intervalle, et proposent des réformes qui provoquent de violentes réactions. L'aîné, Tiberius, fait voter en — 133 une loi agraire de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-gracques/

LES GRACQUES - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Xavier LAPRAY
  •  • 400 mots

— 163 Naissance de Tiberius Sempronius Gracchus, qui reçoit, avec son frère cadet, Caius, une éducation rhétorique et philosophique soignée, grâce à sa mère Cornelia, fille de Scipion l'Africain.— 146 Prise de Carthage marquant la fin de la troisième guerre […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gracques-reperes-chronologiques/

CIVILISATION ROMAINE (notions de base)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 4 275 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « Les institutions de la Rome républicaine »  : […] Du iv e au ii e  siècle avant J.-C., les institutions romaines étaient organisées autour de trois acteurs principaux : le peuple réuni en assemblées (comices), des représentants élus (magistrats) chargés du pouvoir exécutif, et le Sénat réunissant les citoyens les plus éminents. Le régime était c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/civilisation-romaine/#i_21755

GUERRES CIVILES ROMAINES - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Xavier LAPRAY
  •  • 333 mots

— 133-— 121 Deux tribuns de la plèbe, les frères Tiberius et Caius Gracchus, proposent des lois agraires favorables au peuple, avant d'être assassinés au cours d'émeutes par l'aristocratie ; début des troubles civils qui vont déchirer la République romaine pendant un siècle. — 100 L'agitation populaire menée par deux démagogues, Saturninus et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/guerres-civiles-romaines-reperes-chronologiques/#i_21755

ROME ET EMPIRE ROMAIN - La République

  • Écrit par 
  • Raymond BLOCH
  •  • 10 921 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Les Gracques et l'échec des réformes agraires »  : […] Un mouvement visant, par des réformes éclairées, à combler un peu le fossé qui se creusait toujours davantage entre les optimates (les aristocrates de la République à son déclin) et les populares (le parti populaire, démocratique) se dessine avec l'action généreuse et difficile des Gracques. Une chance est ainsi donnée à la Répub […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rome-et-empire-romain-la-republique/#i_21755

Voir aussi

Pour citer l’article

Claude NICOLET, « GRACQUES (LES) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 04 juillet 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/gracques-les/