GONOCOQUE ET GONOCOCCIES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une infection bactérienne sexuellement transmissible

Le gonocoque a été isolé en 1879 par le bactériologiste allemand Albert Neisser, qui lui a donné son nom scientifique : Neisseria gonorrhoeae. Observé au microscope, il a l’aspect caractéristique de deux bactéries rondes collées l’une à l’autre (diplocoque), en « grain de café ». Le gonocoque infecte exclusivement l’humain et se transmet facilement lors des rapports sexuels, qu’ils soient génitaux, buccaux ou anaux. L’infection génitale est responsable de ce que l’on appelait autrefois la gonorrhée ou blennorragie. Les premiers signes de la blennorragie apparaissent chez l’homme après une période d’incubation silencieuse de 2 à 7 jours. Mais, malgré l’absence de symptômes, les personnes infectées peuvent contaminer leurs partenaires pendant cette période. Après l’incubation apparaissent brutalement des difficultés à uriner, des brûlures souvent intenses lors des mictions (la « chaude pisse ») et un écoulement généralement jaune verdâtre. Chez la femme, l’infection génitale est beaucoup plus discrète, n’entraînant le plus souvent aucun signe visible. Mais elle n’est pas anodine pour autant car les infections chroniques par le gonocoque sont, dans une moindre mesure cependant que les infections à chlamydiae, une cause de stérilité par obstruction des trompes. Plus rarement, l’infection gonococcique peut se manifester de manière aiguë chez la femme, notamment par une inflammation du col de l’utérus (cervicite) responsable de pertes purulentes. Les atteintes de la cavité buccale, de la gorge ou de l’anus sont le plus souvent asymptomatiques, chez l’homme comme chez la femme.

Gonocoques

Gonocoques

Photographie

Le gonocoque, Neisseria gonorrhoeae, est une bactérie diplocoque (« formée de deux coques »). Elle a l'aspect de deux grains de café opposés par leur face plane et dont chaque élément mesure environ 0,8 µm. Elle est immobile : les pili dont elle est entourée concourent à sa fixation... 

Crédits : Stocktrek Images/ Corbis

Afficher


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Écrit par :

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Chantal GUÉNIOT, « GONOCOQUE ET GONOCOCCIES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 29 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/gonocoque-et-gonococcies/