GODARD JEAN-LUC

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une « résurrection » de l'image

Dans For Ever Mozart (1995) et surtout dans Éloge de l'amour (2001) se met en place une dramaturgie de plus en plus elliptique et ténue. Vitalis (le nom d'un personnage de Sans famille), le réalisateur dans For ever Mozart, travaille dans la rumeur assourdissante du bruit de fond, lors de la scène de tournage au bord de l'océan ; à la fin, il s'assoit, accablé, sur une marche de l'escalier de la salle de concert où la musique de Mozart est interprétée. Puisqu'il n'est pas pensable de refaire Mozart et qu'il est impossible de se situer dans le bruit de fond, ce vers quoi tend Godard sera fondé précisément sur la séparation et la solitude.

Au fil d'entretiens où il tend à devenir son propre exégète, Godard s'exprime beaucoup et fait un usage singulier des mots. Par exemple, il oppose « cinéma » et « film ». Il y a cinéma quand s'opère une coïncidence entre l'œuvre et la nation. C'est ainsi que Naissance d'une nation, Octobre, Le Cuirassé Potemkine, Rome ville ouverte sont des films et du cinéma. Dans une telle optique, les Anglais ont fait des films, mais n'ont pas de cinéma. Le projet de Godard est de réaliser Histoire(s) du cinéma contre une « Histoire des films ».

La logique godardienne est de dévaluer le discours, domaine du sens, au profit du « voir » – étant entendu que dévaluer le discours n'est pas dévaluer la langue que le cinéaste sait mettre en valeur au fil de ses montages textuels. Le sens doit venir après et non avant. Le cinéma peut montrer vraiment ce qui s'est passé, à condition de se faire « vision ». À ce titre, il est une forme de connaissance ou un « moyen d'investigation » comparable à la plaque du microscope qu'il faut « voir d'abord » avant de trouver les mots qui en formaliseront le contenu ou la nouveauté. Si bien que lorsque Godard dit qu'il faut « voir » d'abord, il faut comprendre : voir avec les yeux de l'esprit.

Godard avance plusieurs termes – volontiers empruntés à la théologie – pour cerner son idée du pouvoir de l'image : projet et projection, révélation, résurrection... Dans les années 1960, il dit du f [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

Médias de l’article

Jean-Luc Godard

Jean-Luc Godard
Crédits : Courtesy of The Museum of Modern Art Film Stills Archive, New York City

photographie

Alphaville, de Jean-Luc Godard

Alphaville, de Jean-Luc Godard
Crédits : Collection privée/ Encyclopaedia Britannica

photographie

«La Chinoise», J.-L. Godard

«La Chinoise», J.-L. Godard
Crédits : UCLA Photo Collection/ Collection privée

photographie

Le Livre d’image, J.-L.Godard

Le Livre d’image, J.-L.Godard
Crédits : Casa Azul Films/ Ecran Noir productions/ BBQ_DFY/ Aurimages

photographie

Afficher les 4 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  GODARD JEAN-LUC (1930- )  » est également traité dans :

GODARD JEAN-LUC - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 1 412 mots

3 décembre 1930 Naissance de Jean-Luc Godard à Paris, d'une riche famille bourgeoise et protestante suisse. Il est élevé par sa mère au milieu des livres, et dans la religion protestante.1948 Après des études dans un collège à Nyons en Suisse, puis au lycée Buffon à Paris, il passe son baccalauréat à […] Lire la suite

HISTOIRE(S) DU CINÉMA (J.-L. Godard)

  • Écrit par 
  • Marc CERISUELO
  •  • 1 188 mots

Les méchantes langues diront sans doute qu'à presque soixante-dix ans Jean-Luc Godard avait enfin réussi, avec la publication de ses Histoire(s) du cinéma (Gallimard-Gaumont, 1998), à entrer dans la prestigieuse collection « blanche ». Elles n'auront pas tout à fait tort dans la mesure où l'édition en quatre volumes sous coffret d […] Lire la suite

JEAN-LUC GODARD (exposition)

  • Écrit par 
  • Raphaël BASSAN
  •  • 1 407 mots

L'exposition qui s'est tenue à Paris au Centre Georges-Pompidou, du 11 mai au 14 août 2006, – Voyage (s) en utopie, Jean-Luc Godard, 1946-2006, à la recherche d'un théorème perdu – affiche ses ambitions : mettre en espace, en quelque sorte, les Histoire(s) du cinéma, l'œuvre-somme de Godard achevée en 1998, à q […] Lire la suite

JEAN-LUC GODARD. RÉTROSPECTIVE

  • Écrit par 
  • Basile TROUILLET
  •  • 1 472 mots
  •  • 1 média

Projeter une intégrale de Godard reste, en 2020, un geste de programmation exceptionnel, tant par sa rareté que par son ampleur. C’est la tâche à laquelle s’est attelée la Cinémathèque française du 8 janvier au 1er mars 2020. La précédente rétrospective intégrale avait eu lieu en 2006 au Centre Georges-Pompidou. La plupart des films étaient alors inaccessibles au grand publi […] Lire la suite

LE MÉPRIS (J.-L. Godard), en bref

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 226 mots

Jean-Luc Godard adapte un roman psychologique d'Alberto Moravia, Le Mépris (1954). La presse s'empare de l'événement. Non pas à cause de Moravia, mais parce que « l'enfant terrible de la Nouvelle Vague » tourne avec Brigitte Bardot, star devenue « mythe », à qui […] Lire la suite

LE MÉPRIS, film de Jean-Luc Godard

  • Écrit par 
  • Michel MARIE
  •  • 1 101 mots

Adapté du roman d'Alberto Moravia (Il Disprezzo, 1954), qui décrit la préparation du tournage de L'Odyssée d'Homère par un producteur italien et un réalisateur autrichien, le sixième long-métrage de Jean-Luc Godard – et son film le plus « classique » – ouvre sur une analyse personnelle de la situation du cinéma […] Lire la suite

NOTRE MUSIQUE (J.-L. Godard)

  • Écrit par 
  • Marc CERISUELO
  •  • 875 mots

Éloge de l'amour (2001), en dépit de ses grandes beautés, apparut comme une sorte de relâche dans l'inspiration godardienne, les précieuses confessions de l'auteur ne parvenant pas à masquer un désir décroissant de faire encore des films. Après avoir célébré « l'art du xxe siècle » en élevant le monument des […] Lire la suite

BEAUREGARD GEORGES DE (1920-1984)

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre JEANCOLAS
  •  • 675 mots

La révolution technique et esthétique résumée dans l'expression « nouvelle vague », de 1959 à 1963, aurait eu lieu quels qu'en fussent les agents ou les vecteurs. Le producteur Georges de Beauregard lui a cependant imprimé un caractère original, en concentrant les individus et les formules autour de sa firme Rome-Paris Films et de ses bureaux du 9, rue Kepler, jusqu'à créer autour de lui une sort […] Lire la suite

BELMONDO JEAN-PAUL (1933- )

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 1 160 mots

Dans le chapitre « Jouer comme on boxe »  : […] Né à Neuilly-sur-Seine le 9 avril 1933, Jean-Paul Belmondo est issu d'une famille d'artistes : son père, Paul, était un célèbre sculpteur, sa mère artiste peintre, sa grand-mère, Rosine Serrito, danseuse étoile en Italie. Durant sa scolarité chaotique, il prise plus le football et surtout la boxe que les études, qu'il abandonne à seize ans. L'année suivante, il débute dans des petites tournées. Re […] Lire la suite

CARAX LEOS (1960- )

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 1 488 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Sous le signe de Godard »  : […] Leos Carax est né à Suresnes (Hauts-de-Seine) le 21 novembre 1960. Il suit à Paris-III des cours de cinéma de Serge Daney, qui le pousse à écrire quelques articles dans les Cahiers du cin é ma . Après deux courts-métrages, La Fille r ê v é e (1978) et Strangulation Blues (1980), son premier long-métrage, Boy Meets Girl (1984), ne cache pas ses sources et ses références : en vrac, Cocteau, le L […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean-Louis LEUTRAT, Suzanne LIANDRAT-GUIGUES, « GODARD JEAN-LUC », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 07 mai 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/godard-jean-luc/