GLOZEL, site archéologique

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Verriers et créateurs

La première est qu'actuellement rien ne vient confirmer l'hypothèse d'un Glozel préhistorique. Aucune datation physico-chimique antérieure aux derniers siècles avant notre ère n'a été obtenue ; aucun objet glozelien ne ressemble aux dizaines de milliers d'objets livrés par l'ensemble des sites préhistoriques français ; en plus de soixante-quinze ans, aucun autre site glozelien n'a été découvert en France ni ailleurs ; le sol très acide ne permet pas la conservation des objets en os ni celle des objets en argile insuffisamment cuits ; aucune couche archéologique préhistorique n'a pu être retrouvée sur le site ; enfin, contrairement à tout autre site archéologique connu, Glozel n'a livré que des objets entiers ou presque entiers. Une hypothèse intermédiaire pourrait faire de Glozel l'officine d'une sorcière gallo-romaine, ce qui expliquerait à la fois certaines datations obtenues par thermoluminescence (à une époque où cette technique était encore balbutiante) et l'étrangeté des objets. Ce fut un temps l'hypothèse du grand historien Camille Jullian, qui s'était essayé à traduire les tablettes glozeliennes ; mais aucun objet gallo-romain n'a été découvert au cours des fouilles.

La deuxième conclusion est qu'il a existé de manière certaine un atelier de verriers à proximité de Glozel, peut-être dès la fin du Moyen Âge et de toute façon au xviiie siècle. Certains objets glozeliens pourraient s'expliquer par des pratiques magiques liées à la verrerie, comme en possédaient de nombreux artisanats traditionnels.

La troisième conclusion est qu'il existe des objets manifestement faux, c'est-à-dire fabriqués à date très récente, non seulement d'un point de vue stylistique (les harpons ou les haches polies de Glozel, bien que rappelant des exemplaires préhistoriques authentiques, sont de facture très maladroite et ne sont pas utilisables), ce que confirme la datation par thermoluminescence. Néanmoins, aucun faussaire n'a jamais été démasqué. Ce point n'est cependant pas spécifique à Glozel : l'un des plus célèb [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages





Écrit par :

  • : professeur émérite à l'université Paris-I-Panthéon-Sorbonne et à l'Institut universitaire de France

Classification


Autres références

«  GLOZEL, site archéologique  » est également traité dans :

ARCHÉOLOGIE (Archéologie et société) - Archéologie et enjeux de société

  • Écrit par 
  • Jean-Paul DEMOULE
  •  • 4 667 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Archéologie et grand public »  : […] Il existe bien pour les archéologues professionnels un devoir culturel d'information auprès du grand public, lequel est la plupart du temps friand de tout ce qui concerne l'archéologie et le passé. Ce devoir est diversement rempli. La muséographie archéologique n'est guère en avance en France, au regard, par exemple, de ce qu'elle est dans le monde anglo-saxon, dans les pays scandinaves ou encore […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean-Paul DEMOULE, « GLOZEL, site archéologique », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 février 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/glozel-site-archeologique/