GLOZEL, site archéologique

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Polémiques et procès

Mais la plupart des préhistoriens, tout comme le spécialiste de l'écriture phénicienne, René Dussaud, dénoncèrent une supercherie. La Société préhistorique française déposa même une plainte pour escroquerie, puisque les Fradin réclamaient un droit d'entrée pour la visite du musée, plainte qui aboutit à une perquisition destinée à rechercher un atelier de faussaires.

Une commission internationale fut constituée pour mener des fouilles de contrôle sur le site, comprenant des préhistoriens indiscutés, français (Denis Peyrony, l'abbé Pierre-Marcel Favret) et étrangers (les Suisses Robert Forrer et Eugène Pittard, la Britannique Dorothy Garrod, l'Espagnol Pedro Bosch-Gimpera, le Belge Joseph Hamal-Nandrin). Les fouilles furent émaillées de nombreux incidents mais le rapport de la commission conclut formellement au faux, tout comme un rapport de l'identité judiciaire de Lyon. On relevait entre autres que certains objets semblaient avoir été introduits, que certaines tablettes gravées se dissolvaient dans l'eau et que des traces d'outils métalliques et de colorants industriels avaient été détectées.

Néanmoins aucune charge ne put être retenue contre Émile Fradin, qui se trouva disculpé par les tribunaux et gagna même un procès en diffamation contre René Dussaud, pourtant défendu par le célèbre avocat Maurice Garçon. Une contre-commission, suscitée par les partisans de Glozel, vint appuyer leurs thèses ; à défaut de préhistoriens connus, elle comptait parmi ses membres le célèbre ethnographe Arnold Van Gennep. Le feuilleton glozelien faisait évidemment les délices de la presse quotidienne et de ses caricaturistes, mais certains enjeux idéologiques étaient aussi relevés, telle cette réhabilitation du « génie européen » que constituait l'antériorité de l'invention de l'écriture à Glozel. Puis l'affaire retomba à partir du début des années 1930, mais Glozel fut pendant l'Occupation un lieu de visite des dignitaires de Vichy, ville toute proche.

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

  • : professeur émérite à l'université Paris-I-Panthéon-Sorbonne et à l'Institut universitaire de France

Classification


Autres références

«  GLOZEL, site archéologique  » est également traité dans :

ARCHÉOLOGIE (Archéologie et société) - Archéologie et enjeux de société

  • Écrit par 
  • Jean-Paul DEMOULE
  •  • 4 667 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Archéologie et grand public »  : […] Il existe bien pour les archéologues professionnels un devoir culturel d'information auprès du grand public, lequel est la plupart du temps friand de tout ce qui concerne l'archéologie et le passé. Ce devoir est diversement rempli. La muséographie archéologique n'est guère en avance en France, au regard, par exemple, de ce qu'elle est dans le monde anglo-saxon, dans les pays scandinaves ou encore […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/archeologie-archeologie-et-societe-archeologie-et-enjeux-de-societe/#i_27181

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean-Paul DEMOULE, « GLOZEL, site archéologique », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/glozel-site-archeologique/