PEANO GIUSEPPE (1858-1932)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Mathématiques appliquées

Le travail d'abstraction progressive entrepris par Peano s'accompagne constamment d'une réflexion concernant les problèmes pratiques. Sa contribution à l'analyse numérique est importante : il a perfectionné notamment les techniques d'interpolation et de quadrature approchée, et, surtout, il a mis en évidence la structure des restes des formules de l'analyse numérique. D'après Peano, le reste d'une formule qui est exacte pour les fonctions polynomiales de degré n s'exprime sous forme intégrale à l'aide d'un noyau qui est une fonction polynomiale par morceaux.

En mécanique rationnelle, il a contribué à faire adopter des notations intrinsèques. On lui doit l'explication du déplacement du pôle sur le globe terrestre. Il a également éclairci le « paradoxe de la chute du chat », qui occupa la mémorable séance du 29 octobre 1894 à l'Académie des sciences de Paris : il s'agissait de comprendre comment, si l'on fait tomber, en chute libre, un chat avec les quatre pattes en l'air, l'animal retombait toujours sur ses pieds.

L'érudition de Peano dans le domaine de l'histoire des mathématiques est considérable. Rejetant les détails anecdotiques, il s'intéresse essentiellement à la genèse des idées : c'est ce même point de vue qui sera repris par N. Bourbaki.

L'intérêt de Peano pour les questions sociales est attesté par son projet de caisse mutuelle coopérative de retraite, dont il a élaboré la théorie mathématique, et par son activité à la tête du mouvement Interlingua pour le rapprochement des peuples.

Ce savant sort des sentiers battus dans tous les domaines, anticipant sur des modes futures. Ainsi, dès 1912, il prend vigoureusement position contre l'institution des examens dans les universités ! Il s'insurge de devoir être simultanément un père et un juge pour ses élèves, ce qui les incite à l'aimer comme un père et à le détester en tant que juge.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages






Écrit par :

Classification


Autres références

«  PEANO GIUSEPPE (1858-1932)  » est également traité dans :

AXIOMATIQUE

  • Écrit par 
  • Georges GLAESER
  •  • 2 042 mots

Dans le chapitre « Origines de l'axiomatique mathématique »  : […] L'axiomatique considérée comme mode idéal de rédaction d'un traité scientifique est une conception de la mathématique grecque : les Éléments d' Euclide constituent, à cette époque ( iii e  s. av. J.-C.), la tentative la plus audacieuse de réaliser cet idéal. L'exécution de ce vaste programme laisse cependant bien à désirer. Ainsi, dès la première démonstration des Éléments , Euclide, traçant deux […] Lire la suite

CALCUL INFINITÉSIMAL - Calcul à plusieurs variables

  • Écrit par 
  • Georges GLAESER
  •  • 5 618 mots

Dans le chapitre « Apparition de la rigueur »  : […] Le flux de formalisme qui caractérise la première époque du calcul infinitésimal fut suivi par un reflux critique dans le domaine de la rigueur. Sous l'influence de Cauchy, Abel et Weierstrass, on se préoccupa de reprendre les principales formules découvertes plus ou moins empiriquement au siècle précédent, pour en préciser au mieux les limites de validité. Ainsi, H. A. Schwarz prouva, en 1873, q […] Lire la suite

CATÉGORIES

  • Écrit par 
  • Fernando GIL
  •  • 6 074 mots

Dans le chapitre « Les classifications »  : […] Les catégories détruisent l'identité massive et confuse de la totalité. Signifiant des « acceptions de l'être » (Aristote, Métaph. , 1028  a 10 sqq.), elles instillent la complexité là où il ne paraissait y avoir qu'unité, et elles effectuent une classification de l'expérience. Chaque cadre catégorial peut être le point de départ pour des classifications, et chaque classification constitue la ver […] Lire la suite

DÉMONSTRATION THÉORIE DE LA

  • Écrit par 
  • Jean-Yves GIRARD
  •  • 6 260 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Système LK »  : […] Dans ce qui suit, L est un langage du premier ordre arbitraire. Un séquent est une expression formelle Γ ⊢Δ, où Γ et Δ sont des suites finies d'énoncés de L . L'interprétation intuitive de A 1 , ..., A n  ⊢ B 1 , ..., B m , c'est que la conjonction des A i implique la disjonction des B j . En particulier, ⊢ A veut dire A, et A ⊢ veut dire ¬ A ; quant au séquent vide ⊢, il signifie l'absurdité. […] Lire la suite

LOGIQUE

  • Écrit par 
  • Robert BLANCHÉ, 
  • Jan SEBESTIK
  •  • 12 995 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Bertrand Russell »  : […] La première grande contribution de Russell à la logique est la théorie des descriptions définies qu'il a exposée dans « On denoting » (1905), théorie préparée par l'analyse que faisait Frege de l'article défini. Quel est l' objet des descriptions ? À quoi se réfère l'expression de la forme «  le tel-et-tel », par exemple « la planète la plus éloignée du système solaire » ou « l'actuel roi de Fr […] Lire la suite

MESURE, mathématique

  • Écrit par 
  • André WARUSFEL
  •  • 1 324 mots

Dans le chapitre « Définition de Peano »  : […] C'est en remarquant, dans un cours classique de son époque, que le concept d'aire était mal déterminé, que Giuseppe Peano fut conduit, en 1887, à en donner une définition assez précise. Avant d'expliciter son travail, observons un cas très simple : celui d'une partie ouverte et bornée U d'une droite, à laquelle on cherche à attacher une longueur. Il se trouve qu'une telle partie est exactement la […] Lire la suite

NOTATION MATHÉMATIQUE

  • Écrit par 
  • Hans FREUDENTHAL
  •  • 10 388 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La logique »  : […] Boole, Peirce, E. Schröder et Peano employaient souvent les mêmes symboles au sens logique et au sens ensembliste. Pour la conjonction, Russell et Whitehead adoptaient l'écriture multiplicative de Boole et d'autres, tandis que pour la disjonction ils introduisirent le symbole ∨. Hilbert et son école choisirent le signe & pour la conjonction ; pour la disjonction, ils employaient un ∨ qui pouvait […] Lire la suite

OBJET MATHÉMATIQUE

  • Écrit par 
  • Patrick DEHORNOY
  •  • 1 074 mots

Le but des mathématiques est de démontrer des résultats non triviaux sur ce qu'on peut appeler globalement des objets mathématiques. Il en existe de nombreux types : nombres entiers, nombres réels, points, droites ou courbes de la géométrie, suites, séries et fonctions de l'analyse, ensembles divers, ensembles d'ensembles, etc. Les objets mathématiques n'appartenant pas au monde sensible, leur nat […] Lire la suite

QUANTIFICATION, linguistique

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre DESCLES
  •  • 984 mots

La quantification est une série d'opérations de détermination qui sont constitutives de la bonne formation de l'énoncé. Le terme de quantification, en tant qu'opérations, a été introduit par C. S. Peirce et par G. Frege pour analyser des particules grammaticales comme « quelques », « certains », « chaque », « tous les », « aucun »... Ils ont retenu deux quantificateurs : l'existentiel (« Il y a de […] Lire la suite

Pour citer l’article

Georges GLAESER, « PEANO GIUSEPPE - (1858-1932) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 mai 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/giuseppe-peano/