GARIBALDI GIUSEPPE (1807-1882)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Giuseppe Garibaldi

Giuseppe Garibaldi
Crédits : Hulton Getty

photographie

Le patriote italien Giuseppe Mazzini, vers 1870

Le patriote italien Giuseppe Mazzini, vers 1870
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie


Le noir et le rouge (1807-1848)

Issu d'une famille relativement aisée de marins et de petits armateurs ligures installés à Nice au xviiie siècle, Giuseppe Garibaldi est né en 1807 dans cette ville devenue française en 1793. Domenico, son père, construit et répare les tartanes, tout en pratiquant lui-même le cabotage entre la Toscane et la Catalogne. Homme d'ordre, politiquement conservateur, bon catholique comme son épouse Rosa, il souscrit au projet conçu par cette dernière après le retour de Nice au royaume de Piémont-Sardaigne en 1814 : Giuseppe sera prêtre et, pour le préparer au séminaire, on choisit ses premiers précepteurs parmi les clercs, à l'exception de l'un d'entre eux, un certain Arena, qui lui enseigne l'italien et l'initie à l'histoire romaine. Est-ce sous son influence, ou simplement parce qu'il est rebelle à l'étude et attiré par une vocation maritime qui est de tradition chez les Garibaldi, toujours est-il que le jeune garçon se refuse à endosser l'habit ecclésiastique. À quinze ans, il s'embarque comme mousse pour Odessa à bord de La Costanza, un brigantin que commande un ami de son père.

Giuseppe Garibaldi

Giuseppe Garibaldi

Photographie

Giuseppe Garibaldi (1807-1882), en 1865. 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

Pendant une dizaine d'années, Garibaldi va bourlinguer autour de la Méditerranée et de la mer Noire, entrant en contact au cours de ses périples avec des groupes d'exilés politiques italiens dont il va peu à peu partager les idées. En mars 1833, il rencontre Giuseppe Mazzini à Marseille où s'est réfugié le dirigeant de la Giovine Italia (la Jeune Italie), et il adhère à ce mouvement républicain et clandestin, avec mission de soulever la flotte sarde et de s'emparer de l'arsenal de Gênes. La conspiration ayant échoué au début de l'année suivante, il doit lui aussi s'exiler, d'abord en France où il apprend qu'il est condamné à mort par contumace, puis en Amérique du Sud, où il va mener une vie d'aventure et de combats ; il y est tantôt marchand, tantôt guérillero – chef de bandes cosmopolites rassemblant patriotes italiens, révolutionnaires latino-américains, esclaves fugitifs, m [...]

Le patriote italien Giuseppe Mazzini, vers 1870

Le patriote italien Giuseppe Mazzini, vers 1870

Photographie

Promoteur infatigable du Risorgimento (c'est-à-dire la «résurrection»), Giuseppe Mazzini (1805-1872) fut le grand inspirateur du patriotisme italien et de l'idée d'unification, s'attachant à leur donner l'aspect moral et religieux résumé dans son mot d'ordre : «Dieu et le peuple». 

Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

Afficher


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages


Écrit par :

  • : professeur émérite à l'Institut d'études politiques de Paris

Classification


Autres références

«  GARIBALDI GIUSEPPE (1807-1882)  » est également traité dans :

CAVOUR CAMILLO BENSO DE (1810-1861)

  • Écrit par 
  • Franco CATALANO, 
  • Universalis
  •  • 3 208 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Cavour et Garibaldi »  : […] Cependant la cession de Nice irrita fort Garibaldi qui était né dans cette ville et qui commença à penser à une expédition dans le royaume de Naples. Cette expédition aurait bénéficié de la sympathie et de l'appui secret de l'Angleterre, où le retour des libéraux au gouvernement avait relancé une politique de soutien aux mouvements de libération nationale, et qui, de plus, se préoccupait de la pu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cavour-camillo-benso-de/#i_16062

CRISPI FRANCESCO (1818-1901)

  • Écrit par 
  • Paul GUICHONNET
  •  • 698 mots
  •  • 1 média

Établi à Naples en 1845, comme avocat, Francesco Crispi est tout d'abord un patriote conspirant contre les Bourbons pour l'indépendance de la Sicile. Membre du Comité de guerre lors de la révolution de Palerme (1848), il est chassé par la réaction et se réfugie en Piémont, où il collabore au journal de gauche La Concordia . Expulsé de Turin après l'insurrection de Milan (185 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/francesco-crispi/#i_16062

DUMAS ALEXANDRE (1802-1870)

  • Écrit par 
  • Claude SCHOPP
  •  • 5 680 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Derniers combats »  : […] Parti de Marseille le 9 mai 1860, le yacht Emma se détourne de l'Orient pour suivre le sillage de l'expédition des Mille conduite par le Messie de la liberté, Garibaldi. Elle le rejoint dans Palerme libérée. Enivré de tremper enfin dans l'histoire en marche, Dumas prend sa place parmi les apôtres et participe à la chute de François II et de la race maudite des Bourbons, qui […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alexandre-dumas/#i_16062

EMPIRE SECOND (1852-1870)

  • Écrit par 
  • Marc BASCOU, 
  • Adrien DANSETTE, 
  • Universalis
  •  • 21 002 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « La politique italienne »  : […] C'est encore la politique des nationalités que Napoléon III voudrait faire triompher en Italie. Mais, conduite jusqu'au bout, elle aboutirait à la création d'une grande puissance aux portes de la France. Il se contentera donc pour les Italiens de l'indépendance dans le cadre d'une confédération analogue à la Confédération germanique, projet conforme aux idées de l'époque, car la plupart des Itali […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/second-empire/#i_16062

ITALIE - Histoire

  • Écrit par 
  • Michel BALARD, 
  • Paul GUICHONNET, 
  • Jean-Marie MARTIN, 
  • Jean-Louis MIÈGE, 
  • Paul PETIT
  •  • 27 438 mots
  •  • 42 médias

Dans le chapitre « L'ère des modérés : Cavour et la formation du royaume d'Italie »  : […] La bourgeoisie d'affaires se rallie à la solution piémontaise. Son idéal s'incarne en Camille Benso di Cavour, ministre en 1850, puis président du Conseil. Il s'agit de créer, sur la base d'intérêts économiques communs, une conscience nationale, de permettre au « pays légal » de gérer la chose publique dans une ligne de juste milieu, de rassurer l'Europe et de faire admettre l'Italie dans le conce […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/italie-histoire/#i_16062

MAZZINI GIUSEPPE (1805-1872)

  • Écrit par 
  • Paul GUICHONNET
  •  • 1 340 mots
  •  • 1 média

L'une des grandes figures du xix e siècle politique et social. Originaire de Gênes où la Révolution française avait semé les germes du jacobinisme et fait de la cité ligure « le grand volcan de la liberté italienne » (G. Asproni), Mazzini fut moins marqué par son père Giacomo, professeur à la faculté de médecine, que par sa mère, Maria Drago, fe […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/giuseppe-mazzini/#i_16062

RATTAZZI URBANO comte (1808-1873)

  • Écrit par 
  • Paul GUICHONNET
  •  • 850 mots

Piémontais d'Alexandrie, où il est né, Urbano Rattazzi se voue tout d'abord exclusivement à la profession d'avocat et n'entre que tardivement dans la politique avec son élection, en 1848, au parlement subalpin. Député de sa ville natale, qui le réélira constamment jusqu'à sa mort, il prend une part active aux travaux législatifs, ce qui lui vaut le portefeuille de l'Agriculture dans le bref gouver […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/urbano-rattazzi/#i_16062

RISORGIMENTO

  • Écrit par 
  • Paul GUICHONNET
  •  • 4 791 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « L'échec de 1848 »  : […] La péninsule participe à la grande vague européenne du « printemps des peuples », mais les caractères du mouvement italien sont particulièrement complexes. Le néo-guelfisme est à son apogée après l'élection, en 1846, du pape Pie IX (Mastai Ferretti) qui passe pour libéral. Sous la pression des modérés, tous les souverains consentent à des réformes qui, dans la législation et la presse, atténuent […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/risorgimento/#i_16062

ROME

  • Écrit par 
  • Géraldine DJAMENT, 
  • Sylvia PRESSOUYRE
  •  • 11 410 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « Vers le statut de capitale de l'Italie »  : […] Le pouvoir temporel du pape est remis périodiquement en question à partir des conquêtes de Bonaparte. Pie VI est destitué par la République romaine (1798-1800), qui s'inspire de la Révolution française. De 1809 à 1814, Pie VII est retenu prisonnier par Napoléon. Annexée en 1809 à l'Empire napoléonien, Rome est administrée par un préfet et fait figure de seconde capitale après Paris. Les révolution […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rome/#i_16062

SICILE

  • Écrit par 
  • Maurice AYMARD, 
  • Michel GRAS, 
  • Claude LEPELLEY, 
  • Jean-Marie MARTIN, 
  • Pierre-Yves PÉCHOUX
  •  • 17 946 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Lumières et révolutions »  : […] La guerre de la Succession d'Espagne transforme la situation politique de l'Italie : les Autrichiens s'emparent en 1707 de Naples, dont le traité d'Utrecht (1713) leur reconnaît la possession, en donnant la Sicile à la Savoie. Pendant une vingtaine d'années, le sort des deux régions reste incertain : en 1718, la Sicile revient à l'empereur ; en 1734, Charles, fils de Philippe V d'Espagne et d'Éli […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sicile/#i_16062

Pour citer l’article

Pierre MILZA, « GARIBALDI GIUSEPPE - (1807-1882) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/giuseppe-garibaldi/