BONAVIRI GIUSEPPE (1924-2009)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Mineo, petite ville de la province de Catane, à l'est de la Sicile, est l'hypocentre de l'univers de Giuseppe Bonaviri, le lieu sans cesse observé en même temps que l'observatoire de l'histoire des hommes, des forces chtoniennes et de l'infinité stellaire. L'écrivain y est né en 1924. Son père était tailleur et poète. De sa mère qui lui narra tant de contes et de légendes, il s'est plu à dire qu'elle était un « Décaméron vivant ». Après ses premières années de scolarité à Mineo, il étudia la médecine et la chirurgie à Catane et se spécialisa en cardiologie. Si l'immersion de Giuseppe Bonaviri dans le paysage de la Sicile nourrit le panthéisme de son œuvre, si le petit monde familial de son enfance y est maintes fois mis en scène et transposé avec une délicate et chatoyante fantaisie, l'écho de son expérience professionnelle s'avère tout aussi déterminant.

Dans sa double vocation, narrative et poétique, l'œuvre de Giuseppe Bonaviri se distingue par l'éclatante originalité de son inspiration. Le Tailleur de la grand-rue (1954), publié dans la collection I Gettoni dirigée par Elio Vittorini, Le Fleuve de pierre (1964), La Divine Forêt (1969), Des nuits sur les hauteurs (1971), L'Île amoureuse (1973), Martedina (1976), Le Poids du temps (1976), Dolcissimo (1978), Le Dire céleste (1979), Nouvelles sarrasines (1980), Ô corps qui soupire (1982), Le Commencement (1983), La Dormeveille (1988) sont les principaux massifs d'un jardin enchanté qui se dessine au premier plan de la littérature italienne du xxe siècle. L'univers de Bonaviri conjugue les éléments les plus variés : le réel et le merveilleux, la terre et le cosmos, l'histoire et les mythes, la famille et le monde, l'Antiquité et la technologie moderne, l'enfance et la mort, la culture scientifique et les sources alchimiques. On y assiste à une érotisation absolue de la nature, à un cycle incessant de destructions et de renaissances, où deviennent sensibles les correspondances entre temps terrestre et temps astral, macrocosme et microcosme. L'homme s'y inscrit dans une r [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  BONAVIRI GIUSEPPE (1924-2009)  » est également traité dans :

LA RUELLE BLEUE (G. Bonaviri)

  • Écrit par 
  • Philippe DI MEO
  •  • 791 mots

Né en 1924 à Mineo, petite ville de la province de Catane, découvert en 1954 par Elio Vittorini, qui publia son premier roman Le Tailleur de la grand-rue dans sa célèbre collection « I gettoni », Giuseppe Bonaviri, mort le 21 mars 2009, fut l'un des écrivains italiens contemporains […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/la-ruelle-bleue/#i_82982

ITALIE - Langue et littérature

  • Écrit par 
  • Dominique FERNANDEZ, 
  • Pierre LAROCHE, 
  • Angélique LEVI, 
  • Jean-Paul MANGANARO, 
  • Philippe RENARD, 
  • Jean-Noël SCHIFANO
  •  • 29 122 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « Les écrivains siciliens »  : […] Les écrivains siciliens de l'après-guerre : Vitaliano Brancati (1907-1954), Elio Vittorini (1908-1966), Stefano D'Arrigo (1923-1992), Giuseppe Bonaviri (1924-2009) et Vincenzo Consolo sont partagés entre deux sentiments, l'ennui et l'offense ; et entre deux façons de donner à voir leur microcosme exemplaire, l'ironie et le réalisme lyrique. Avec Don Juan en Sicile (1942) Bra […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/italie-langue-et-litterature/#i_82982

Pour citer l’article

Jean-Baptiste PARA, « BONAVIRI GIUSEPPE - (1924-2009) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 30 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/giuseppe-bonaviri/