GIRONDINS ET MONTAGNARDS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'idéologie

L'idéologie girondine concevait le mouvement inauguré en 1789 comme une donnée close, où il n'y avait rien d'autre à se proposer que la réalisation des objectifs du départ ; elle ne différait au fond de celle des Feuillants que dans la définition de ces objectifs ; elle estimait surtout que ces objectifs avaient été trahis par la réaction feuillante après Varennes. Mais, dès la fin de 1791, les brissotins considéraient, eux aussi, la Révolution comme terminée ; restait à la sauver de toute trahison, à l'épurer, à parachever son vrai visage, et surtout à diffuser au-delà des frontières une révolution parvenue à son aboutissement logique. Toute la position des brissotins sur la guerre (position qui déclenche le conflit premier avec Marat et Robespierre, qui contient tous les suivants en germe) suppose cette conviction : la Révolution achevée peut être traitée comme un article d'exportation idéologique ou de profit commercial, reproduite à l'extérieur plutôt que développée à l'intérieur. Ce n'est pas par hasard que les brissotins de la Législative tenaient tant à conquérir ou à ressaisir les postes ministériels et mettaient si peu d'empressement à renverser la monarchie. Ils avaient des âmes de gérants, non d'accoucheurs.

L'idéologie montagnarde, au contraire, concevait 1789 comme un démarrage historique destiné à engendrer son propre dépassement (ou du moins capable de l'engendrer). La Révolution était porteuse d'une exigence humaine totale, qui était loin encore de son aboutissement. Comment ne pas rappeler ici Saint-Just : « On ne fait pas les révolutions à moitié [...]. La révolution doit s'arrêter à la perfection du bonheur. » De ce fait, l'idéologie montagnarde était moins homogène, plus confuse que la girondine ; elle était hardiment prête à accepter l'avenir révolutionnaire, mais redevenait le plus souvent fort prudente quand il était question d'en définir nettement les objectifs. La Gironde mettait son audace dans son discours ; la Montagne dans ses actes.

À partir de là, on peut mieux saisir le lien entre l [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  GIRONDINS ET MONTAGNARDS  » est également traité dans :

BILLAUD-VARENNE JEAN NICOLAS (1756-1819)

  • Écrit par 
  • Jean TULARD
  •  • 507 mots

Le Rectiligne, disait-on de ce révolutionnaire auquel sa rigidité et son caractère implacable ont donné une place particulière dans l'histoire de la Convention et du Comité de salut public. Fils d'un avocat au siège présidial de La Rochelle, avocat lui-même, auteur dramatique manqué, professeur laïque au collège des oratoriens à Juilly, rédacteur de plusieurs brochures dénonçant la superstition et […] Lire la suite

BRISSOT DE WARVILLE JACQUES PIERRE BRISSOT dit (1754-1793)

  • Écrit par 
  • Roger DUFRAISSE
  •  • 628 mots

Sous la Législative, « brissoter » voulait dire « intriguer », voire « voler ». Cela situe assez bien le personnage de Brissot. Pour Jaurès, il fut le « médiocre Méphistophélès de la Gironde », « un esprit remuant et brouillon, plein d'une haute idée de lui-même ». Mme Roland avait été plus indulgente : « Gai, naïf, ingénu, il est fait pour vivre avec des sages et pour être la dupe des méchants. » […] Lire la suite

CONSTITUTION FRANÇAISE DE 1793

  • Écrit par 
  • Nicolas NITSCH
  •  • 425 mots

La Constitution montagnarde du 24 juin 1793 présente la particularité de n'avoir jamais été appliquée. Elle succède au projet de constitution très décentralisateur préparé par la Convention girondine et qui n'avait pas été adopté. La Constitution montagnarde n'en reste pas moins inspirée de la Convention qu'elle perpétue, puisqu'elle instaure un régime d'assemblée. Approuvée par référendum dans de […] Lire la suite

ENRAGÉS

  • Écrit par 
  • Jean DÉRENS
  •  • 912 mots

Pour Michelet, « les Enragés étaient des fanatiques d'une portée inconnue, d'un fanatisme redoutable, emportés par un souffle vague encore, mais qui allait se fixer peut-être, prendre forme, et pour une révolution en face de la Révolution ». Lyrisme un peu creux, qui fut longtemps de rigueur, inspiré à la bourgeoisie du xix e  siècle par l'effroi et par le mépris à une historiographie qui, à la mê […] Lire la suite

FÉDÉRALISTES, Révolution française

  • Écrit par 
  • Jean TULARD
  •  • 472 mots

La défaite des Girondins dans leur lutte contre les Montagnards, le 2 juin 1793, moment capital dans l'histoire de la Révolution française, a une signification moins sociale que géographique ; c'est la défaite de la province devant Paris, des partisans d'une fédération de départements contre les tenants de la centralisation. Une défaite qui pèsera lourd dans l'histoire politique de la France. Dans […] Lire la suite

GOUVERNEMENT RÉVOLUTIONNAIRE DE L'AN II

  • Écrit par 
  • Jean TULARD
  •  • 352 mots

Pendant un an (juill. 1793-juill. 1794), la France a été soumise à la dictature des Montagnards. Cette période est connue sous le nom de gouvernement révolutionnaire. Élue pour élaborer une nouvelle constitution, la Convention en diffère l'application jusqu'au redressement de la situation extérieure. « Dans les circonstances où se trouve la République, la constitution ne peut être établie ; on l'i […] Lire la suite

INDULGENTS

  • Écrit par 
  • Jean TULARD
  •  • 359 mots

Au sein du parti montagnard s'est développé en France, devant les excès de la Terreur, un mouvement qui reçut le nom de faction des indulgents. Ces indulgents souhaitent un retour à la paix intérieure et extérieure et la fin des excès terroristes. Leur chef de file est Danton, leur porte-parole Camille Desmoulins qui fonde un journal, Le Vieux Cordelier , le 5 décembre 1793. Ce journal ne connaît […] Lire la suite

JACOBINS CLUB DES

  • Écrit par 
  • Jean MASSIN
  •  • 1 544 mots
  •  • 1 média

Le 30 avril 1789, à Versailles, les députés du tiers état de Bretagne, parmi lesquels Le Chapelier, Lanjuinais, Coroller et Defermon, se réunissent pour débattre ensemble de leur attitude cinq jours avant l'ouverture des États généraux. C'est l'origine du Club breton auquel s'agrégeront très vite des députés « patriotes » venus d'autres provinces : Mounier et Robespierre parmi les premiers, Mirabe […] Lire la suite

LOUVET JEAN-BAPTISTE (1760-1797)

  • Écrit par 
  • Jean MASSIN
  •  • 947 mots

Né à Paris, fils d'un papetier, Louvet (qui se fit souvent appeler Louvet de Couvray pour se distinguer d'un frère aîné qu'il haïssait) débute à dix-sept ans comme secrétaire de Dietrich (le futur maire de Strasbourg), puis est commis d'un libraire quelque peu spécialisé en ouvrages licencieux, ce qui lui donne envie de tenter sa chance en ce domaine. En 1787, il publie Une année de la vie du che […] Lire la suite

MARAT JEAN-PAUL (1743-1793)

  • Écrit par 
  • Jean VIDALENC
  •  • 1 873 mots

Dans le chapitre « Un journaliste révolutionnaire »  : […] Les conditions créées par la réunion des États généraux et la libéralisation au moins relative du régime de la presse devaient faire de Marat un journaliste engagé et un des théoriciens les plus écoutés de la population parisienne. Les idées politiques qu'il diffusait dans son journal, L'Ami du peuple , évoluèrent d'ailleurs à mesure que se précisaient les attaques des aristocrates, contre lesquel […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean MASSIN, « GIRONDINS ET MONTAGNARDS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 septembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/girondins-et-montagnards/