MORANDI GIORGIO (1890-1964)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les origines

Giorgio Morandi est né à Bologne ; c'est à l'Académie des beaux-arts de cette ville qu'il fait des études de 1907 à 1913. Lorsqu'il peint en 1911 le célèbre Paysage de la collection Vitali, où l'emprise de l'espace cézannien est manifeste, l'Italie connaît une tentative de révolution culturelle menée par les jeunes futuristes. Une vague de mots d'ordre et de condamnations sévères et catégoriques déferle sur la Péninsule repliée sur une culture provinciale, à l'abri des tentations « modernistes ». Morandi participe, en avril-mai 1914, à la première exposition Libera futurista organisée par la Galleria Sprovieri de Rome. Des lettres échangées avec Umberto Boccioni confirment le désir du peintre de partager cette expérience. Cependant, hormis cet événement, il n'adhérera jamais à l'idéologie futuriste, car, malgré quelques glissements, la structure profonde de son œuvre reste étrangère à cette démarche. Cette dernière, issue d'une profonde crise culturelle, s'opposait à un système de valeurs contraignantes et anachroniques : système politique sclérosé, peinture classicisante inadaptée au monde industriel. Alors que les futuristes restent prisonniers d'une série de contradictions quasi insolubles, Morandi crée en ces mêmes années un univers formel soumis à des règles différentes.

Si la critique a le plus souvent tenté de souligner les analogies pouvant exister entre une partie de l'œuvre de Morandi et le mouvement alors à l'avant-garde en Italie, de telles affinités ne paraissent pas déterminantes. On pourrait toutefois retenir une autre suggestion visant à mettre en lumière l'influence qu'a pu exercer Paul Cézanne sur Morandi. En découvrant les reproductions des tableaux du peintre d'Aix dans un petit livre de Vittorio Pica, Morandi prend conscience des limites imposées par les futuristes. C'est le début d'une approche qui le mènera progressivement à la découverte des véritables racines de l'art contemporain en dehors de [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : professeur d'histoire de l'art à l'université de Paris-Ouest-Nanterre-La Défense

Classification


Autres références

«  MORANDI GIORGIO (1890-1964)  » est également traité dans :

ÉMILIE

  • Écrit par 
  • Noëlle de LA BLANCHARDIÈRE
  •  • 2 411 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les peintres du XVIIe siècle émilien »  : […] Ce qui attirait les voyageurs des deux derniers siècles – les guides anciens en font foi – , c'était la peinture du xvii e  siècle. De grandes expositions, organisées à Bologne depuis 1954, ont sorti de l'ombre les Carrache, le Guide, Dominiquin, l'Albane, sous-estimés jusque-là au nom de l'antiacadémisme. Mais les amateurs du xviii e et du xix e  siècle en faisaient déjà leurs délices : « Tout […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/emilie/#i_11672

NATURE MORTE

  • Écrit par 
  • Robert FOHR
  •  • 5 707 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « XIXe et XXe siècles : déclin et retour de l'objet »  : […] Bien que le trompe-l'œil, avec des artistes comme Boilly et Leroy de Barde ( Réunion d'oiseaux étrangers placés dans différentes caisses , 1810, Cabinet des dessins, musée du Louvre) et la peinture de fleurs, avec l'école lyonnaise, adepte d'un faire méticuleux et porcelainé (A. Berjon, Saint-Jean), y produisent des œuvres d'un grand raffinement et d'une indéniable poésie, la période néo-classique […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nature-morte/#i_11672

Pour citer l’article

Charles SALA, « MORANDI GIORGIO - (1890-1964) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/giorgio-morandi/