GIBBÉRELLINES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Mode d'action

Les hypothèses concernant le mode d'action des gibbérellines sur la croissance découlent d'expériences réalisées sur les grains d'orge. Ces caryopses sont constitués par un embryon à un cotylédon (le scutellum) et par l'albumen ; l'ensemble est entouré de trois assises de cellules riches en grains d'aleurone et des enveloppes (téguments et péricarpe soudés). Durant la germination, l'amidon de l'albumen est hydrolysé en sucres solubles réducteurs sous l'action de l'α-amylase, qui est une enzyme localisée dans la « couche à aleurone » (travaux de Haberland, 1890). Cependant, si un grain est coupé en deux transversalement, seule la moitié contenant l'embryon produit des sucres réducteurs à partir de l'amidon ; l'embryon est nécessaire à la production d'α-amylase par la « couche à aleurone ».

Les gibbérellines seraient le principe inducteur, car en solution elles induisent l'hydrolyse de l'amidon (donc la synthèse d'α-amylase) dans la partie du grain dépourvue d'embryon (Yomo et Paleg, 1960).

Les gibbérellines, synthétisées, ou libérées à partir de composés inactifs après l'imbibition de l'embryon, induisent une néosynthèse d'α-amylase et non pas une activation de molécules enzymatiques préexistantes. Cette néosynthèse s'étend à l'ensemble des enzymes hydrolytiques : protéases, nucléases.

Pour expliquer l'influence des gibbérellines sur la croissance, plusieurs hypothèses ont été proposées :

– stimulation de la synthèse des protéases ce qui entraîne une augmentation de la teneur en acides aminés (en particulier le tryptophane, substance mère de l'AIA) ;

– stimulation de la synthèse d'enzymes hydrolytiques telles que les cellulases dont l'action pourrait provoquer une augmentation de la plasticité de la membrane ;

– stimulation de la synthèse d'enzymes hydrolytiques, ce qui conduit à une hydrolyse importante des réserves, donc à une augmentation de la succion des cellules et par conséquent à un appel d'eau.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages






Écrit par :

  • : professeur à la faculté des sciences de Rouen

Classification


Autres références

«  GIBBÉRELLINES  » est également traité dans :

COMMUNICATION CELLULAIRE

  • Écrit par 
  • Yves COMBARNOUS
  •  • 6 579 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Contrôle du développement et de la reproduction »  : […] Les phytohormones (hormones végétales) participent au développement des différents organes des plantes puis à la coordination de leurs fonctions ainsi qu’aux communications avec d’autres organismes. Ainsi l’auxine, les cytokinines, l’acide abscissique (ABA), les brassinostéroïdes, l’éthylène, les gibbérellines, l’acide jasmonique, les strigolactones, le florigène et peut-être d’autres encore part […] Lire la suite

CROISSANCE, biologie

  • Écrit par 
  • André MAYRAT, 
  • Raphaël RAPPAPORT, 
  • Paul ROLLIN
  • , Universalis
  •  • 14 744 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Substances régulatrices »  : […] Il ne s'agit pas de substances macrotrophiques mais de composés agissant à faibles doses et indispensables à la croissance. Ces substances ( vitamines, hormones) ne sont pas nécessairement synthétisées par tous les végétaux et, pour un même végétal, par tous les organes. Prise dans son ensemble, une plante supérieure est autotrophe aux vitamines B 1 , B 2 , B 6 , C et PP, qui entrent généralement […] Lire la suite

DÉVELOPPEMENT (biologie) - Le développement végétal

  • Écrit par 
  • Georges DUCREUX, 
  • Hervé LE GUYADER, 
  • Jean-Claude ROLAND
  •  • 19 202 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « Facteurs de régulation »  : […] Fondamentalement, la possibilité de reprogrammation et le retour à la totipotence prouvent sans ambiguïté qu'il n'y a pas d'altération du matériel génétique pendant la différenciation mais bien mise en jeu de systèmes de répression – dérépression temporaires. Les lots de gènes silencieux gardent bien leur capacité de transcription et peuvent l'exprimer si les conditions changent. Parmi les candida […] Lire la suite

DORMANCES VÉGÉTALES

  • Écrit par 
  • Paul ROLLIN
  •  • 2 243 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Présence d'inhibiteurs »  : […] Les graines et fruits secs de nombreuses plantes vivaces (bouleau, érable, frêne, noisetier, fusain) possèdent ce type de dormance. L'un des traitements les plus efficaces consiste en une exposition de graines humides au froid (de 3 à 5  0 C) ; c'est le principe de la « stratification ». De nombreux faits expérimentaux laissent supposer que l'inhibiteur de la germination chez Rosa arvensis , Acer […] Lire la suite

PHYTOHORMONES ou HORMONES VÉGÉTALES

  • Écrit par 
  • Robert BOURIQUET
  •  • 2 779 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Interrelations hormonales »  : […] Les cultures de tissus, dont l'histoire est étroitement liée à celle des hormones végétales, ont permis l'étude des substances de croissance, leur mode d'action et leurs interactions. Aussi, selon la dose utilisée, les manifestations de l'auxine seront diverses : à faible concentration, elle stimule la multiplication des cellules cambiales ; à dose plus élevée, elle a des propriétés rhizogènes ; […] Lire la suite

RÉSERVES PHYSIOLOGIQUES - Réserves végétales

  • Écrit par 
  • Jacques MIÈGE
  •  • 8 610 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Contrôle de l'utilisation des réserves »  : […] La mobilisation des réserves est liée à la réhumidification des graines. Avec celle-ci s'instaure un métabolisme actif qui est révélé par une respiration intense et une synthèse de nouvelles protéines servant à la croissance de la jeune plantule. Ces phénomènes débutent avec l'intervention d'enzymes dont l'action est déclenchée par des commandes hormonales venant en général de l'embryon. Ils ont […] Lire la suite

VERNALISATION

  • Écrit par 
  • Pierre CHOUARD, 
  • Claude PICARD
  •  • 1 732 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Processus similihormonaux et thermo-inducteurs »  : […] Melchers et Lang avaient suggéré l'existence d'une vernaline , ou hormone de vernalisation, transférable et capable de remplacer le rôle inducteur du froid ; mais les progrès accomplis par la connaissance des mécanismes au niveau cellulaire ont fait abandonner cette hypothèse. Néanmoins, des facteurs dont le transport est de type hormonal concourent à la réalisation du virage floral chez les plan […] Lire la suite

Pour citer l’article

Paul ROLLIN, « GIBBÉRELLINES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 février 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/gibberellines/