GIACOMO PUCCINI (M. Marnat)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Auteur de nombreux livres sur la musique et la peinture, Marcel Marnat est bien connu pour l'ouvrage qu'il a consacré à Maurice Ravel, considéré à juste titre comme une référence. Son Giacomo Puccini (Fayard, Paris, 2005) est aussi utile que décapant. Utile parce que la bibliographie en français de ce musicien joué dans le monde entier et chéri du public (imagine-t-on une saison lyrique digne de ce nom sans une Bohème, ou une Butterfly, voire une Turandot ?) est plus que restreinte, pour ne pas dire inexistante. Décapant, parce que les idées reçues y sont bousculées sans ménagement. L'entreprise est donc salutaire, et Puccini en sort grandi.

Il ne faut pas espérer de ces sept cents pages une biographie à l'anglo-saxonne, où l'individu pris en chasse est cerné dans son intimité minute après minute. Il est vrai que la vie de Puccini n'est pas vraiment un roman, même si elle prend parfois des allures de mélo ou de comédie de boulevard. L'homme, en effet, n'a rien de passionnant. Relativement peu cultivé, pas toujours très sympathique, opportuniste à l'occasion, il joue sans vergogne les séducteurs – ce qui est pour le lecteur d'un intérêt limité. Encore que, dans la province italienne des années 1880, enlever à son foyer une mère de deux enfants, vivre avec elle en concubinage et la rendre bientôt mère à nouveau ne devait pas passer inaperçu – le divorce n'étant pas autorisé dans le pays, le mariage n'aura lieu qu'en 1904, après la mort du mari. Cet épisode, finalement peu glorieux (Elvira deviendra une épouse encombrante et geignarde), mais couronné par la naissance d'un fils, Antonio (1886-1946), est sans doute le plus marquant dans l'existence de ce bon vivant, amateur de cuisine, de tabac et de voitures rapides, heureux de ses succès dans le monde entier et des revenus confortables qu'ils lui assurent, politiquement correct et partisan de l'ordre établi sans pour autant se compromettre avec le fascisme naissant.

Né à Lucques, en Toscane, le 22 décembre 1858, dans une famille de musiciens, [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

Michel PAROUTY, « GIACOMO PUCCINI (M. Marnat) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/giacomo-puccini/