GHAZAL, genre littéraire

DĪWĀN, Hafiz de Chiraz - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Marina GAILLARD
  •  • 881 mots

Cinq cents ghazals environ composent le Dīwān du poète persan Hāfiz (1320 env.-1389 ou 1390) , mais il n'existe aucune copie de ce recueil datant de son vivant. Qu'il l'eût publié en 1368 n'est qu'une légende ; le nombre des poèmes diffère selon les manuscrits et s'amplifie avec le temps. D'origine arabe, le ghazal est, en littérature persane, le mode d'expression de la poésie lyrique, soit de […] Lire la suite

GHĀLIB ASSADULLĀH KHĀN dit (1793 env.-1869)

  • Écrit par 
  • Eva de VITRAY-MEYEROVITCH
  •  • 805 mots

Poète indien de langue urdū, né à Āgra, mort à Delhi, Assadullāh khān, qui devait choisir le pseudonyme de Ghālib, appartenait à une famille noble ; il descendait du roi Afrāsyāb de Touran. Orphelin très jeune, il perdit en 1857, lors de la révolte des cipayes, son patrimoine familial. En 1852, il devint le professeur de poésie du dernier roi moghol, shāh Zaffar, et fut considéré comme poète-lauré […] Lire la suite

ḤĀFIẒ DE CHĪRĀZ (1320 env.-env. 1389)

  • Écrit par 
  • Mohammad Hassan REZVANIAN
  •  • 1 272 mots

Dans le chapitre « Maître incontesté du ghazal »  : […] Ḥāfiẓ fut le premier qui sut donner au panégyrique une forme lyrique. Il a notamment cultivé, en la portant à un niveau sans égal de perfection, une des formes de la poésie iranienne : le ghazal , consacré aux confidences mystiques ou bien à l'expression des joies et des souffrances de l'amour. Les thèmes ? Ceux que l'on retrouve chez la plupart des lyriques ; tous les lieux communs de la poésie c […] Lire la suite

HĀLĪ A. H. (1837-1914)

  • Écrit par 
  • Jean VARENNE
  •  • 149 mots

Avec Ghālib et Iqbāl, Hālī est un des trois grands poètes de la littérature indienne en langue ourdoue (nord-ouest de l'Inde). Poursuivant l'œuvre novatrice de Ghālib, qui le premier introduisit des éléments modernes dans la lyrique, il modifia non seulement le contenu mais la forme même du ghazal, abandonnant notamment le langage conventionnel et précieux, qui était de tradition dans ce genre lit […] Lire la suite

PERSE - Langues et littératures

  • Écrit par 
  • Christophe BALAY, 
  • Charles-Henri de FOUCHÉCOUR, 
  • Jean de MENASCE, 
  • Mohammad Djafar MOÏNFAR
  •  • 8 286 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « L'histoire de la littérature persane »  : […] La poésie persane a été maîtresse de tous ses genres dès le siècle qui a suivi sa naissance ; sans doute profitait-elle de l'expérience technique de sa devancière, la poésie arabe ; mais elle est d'abord le jaillissement de ce qu'a exprimé l'Iran au moment où il quittait une nourrice abusive : il se rappelait son passé et se mettait à n'accepter que par choix ce qui lui était venu dans la confusio […] Lire la suite

SA‘DI (1213?-1291)

  • Écrit par 
  • Mohammad Hassan REZVANIAN
  •  • 1 724 mots

Dans le chapitre « Une œuvre abondante et polymorphe »  : […] L'œuvre de Sa‘di, rassemblée un demi-siècle après sa mort par le compilateur Mohamed Abu Bakr de Bisoutoun, se compose en grande partie de recueils de poésies, d'une demi-douzaine de traités en prose ( risāleh ) et de deux ouvrages de morale intitulés le Boustān ( Le Verger ), en vers, et le Gulistān ( Le Jardin des roses ), en prose mêlée de vers, auxquels l'auteur doit sa réputation. Parmi les d […] Lire la suite

SINGH JAGJIT (1941-2011)

  • Écrit par 
  • Melinda C. SHEPHERD
  •  • 222 mots

Le chanteur indien Jagjit Singh a excellé dans l'art du ghazal , forme musicale et poétique d'origine persane. Jagmohan Singh naît le 8 février 1941, à Sri Ganganagar, dans le Rājputāna (État du Rājasthān, depuis l'indépendance de l'Inde, en 1949), alors dans l'Empire des Indes. Issu d'une famille sikh, il se forme auprès de maîtres de la musique classique indienne. Il interprète de nombreux ghaz […] Lire la suite

URDŪ ou OURDOU LANGUE & LITTÉRATURE

  • Écrit par 
  • Denis MATRINGE
  •  • 2 719 mots

Dans le chapitre « La littérature urdū »  : […] Tout d'abord dédaigné par l'élite musulmane de l'Inde du Nord dont le persan était la langue de culture et d'administration, c'est, comme il a été dit, à la cour des royaumes de Bijapur et de Golconde fondés dans le Deccan, après l'effondrement du sultanat de Delhi, que l'urdū connut sa première utilisation littéraire. De la fin du xvi e à la fin du xvii e  siècle se développa là une riche littér […] Lire la suite