GHANA

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

quelques données-clés.
Nom officielRépublique du Ghana (GH)
Chef de l'État et du gouvernementNana Akufo-Addo (depuis le 7 janvier 2017)
CapitaleAccra
Langue officielleanglais
Unité monétairecedi (GHS)
Population31 486 000 (estim. 2022)
Superficie (km2)238 533

Histoire

Des traces d'occupation attestent d'une présence humaine, sur le territoire actuel du Ghana, qui remonterait à 30 000 ans (industrie lithique), et on peut dater les débuts de l'agriculture il y a environ 3 000 ou 4 000 ans (culture de Kintampo). Mais l'histoire du Ghana demeure incomplète durant des siècles et surtout marquée par des mouvements migratoires qui finissent par composer une mosaïque humaine diverse sur les plans linguistique et culturel.

Avant la colonisation

La constitution d'États à l'époque moderne

Du xve au xixe siècle, l'histoire du Ghana est essentiellement marquée par la fondation d'États puissants et centralisés, parfois rivaux, parmi lesquels l'Ashanti connaîtra une ascension particulière.

Au nord du pays, l'un des principaux royaumes fondés par les peuples molé-dagbani au Moyen Âge (xiiie s.) est celui de Mamprusi, qui maintient longtemps un ascendant sur les autres États nés par essaimage (royaume mossi de Ouagadougou, dagomba du Dagbon...). Ce n'est qu'au xviiie siècle que le Mamprusi devient tributaire de l'Ashanti, payant dès lors, comme tant d'autres, son tribut sous forme d'esclaves. Dès le xve siècle, et plus encore à partir du xviie, le nord de l'actuel Ghana est également marqué par l'introduction de l'islam, diffusé principalement par des marchands musulmans et des migrants haoussa. Sans devenir la religion exclusive dans le nord du pays, l'islam marque de son empreinte les sociétés locales, sur les plans juridique ou culturel et, aujourd'hui encore, il reste quantitativement important surtout dans le nord du Ghana.

Au sud du pays, le peuplement est essentiellement ga-adangbe. Les Ga offrent un exemple de structure politique originale, dans laquelle l'essentiel de l'autorité est dévolu à des prêtres. Longtemps rassemblés en petites unités, les Ga entament au xviie siècle un processus d'unification, sous la houlette de souverains dont le plus éminent est Okai Koi (env. 1610-1660). Cependant, à la fin de ce siècle, les Ga passent largement sous la dépendance d'un autre État, l'Akwamu.

Si la fondation d'États centralisés n'est donc pas l'apanage des Akan, ceux-ci dominent incontestablement la région à partir du xviiie siècle. Les Akan disent descendre tous du riche et puissant royaume abron (xive siècle). Ils ont de nombreux points communs sur les plans linguistique, culturel, religieux et sociétal (sociétés largement matrilinéaires).

Parmi les États akan, les Fanti fournissent un exemple d'organisation politique durable, dynamique, mais non centralisé. De petites cités-États, situées le long de la côte, se sont développées à partir de Mankessim et ont entamé, à partir du xviie siècle, un processus de « fantéisation » des peuples de la région. Progressivement, les États fanti s'allient entre eux par une sorte de confédération informelle, unie autour d'un lieu de culte commun et destinée à faire face à de puissants voisins, comme l'Ashanti ou le Denkyira.

Si les Fanti sont les premiers à entrer en contact avec les Portugais (fin du xve siècle), le royaume (puis l'empire) Ashanti (ou Asante) se distingue historiquement en devenant le plus important État akan, avec un territoire qui, à son apogée (xixe s.), occupe 70 p. 100 du pays actuel. Son expansion a commencé avec le souverain (dit ashantehene) Osei Tutu, formé à la cour de deux puissants États voisins, le Denkyira puis l'Akwamu, à l'extrême fin du xviie siècle. Sous les auspices d'un prêtre traditionnel, il assoit la souveraineté ashanti, sa légitimité et sa puissance, sur le mythe d'un siège d'or descendu du ciel. Dès lors, dans la nouvelle capitale, Kumasi, la fête annuelle de l'igname, ou odwira, est l'occasion de réaffirmer la légitimité du souverain : tous les chefs soumis sont tenus d'y assister pour y renouveler leur serment d'allégeance. Afin de maintenir la cohésion impériale, les différentes parties de l'empire ne peuvent guerroyer entre elles et nul n'a le droit (sous peine de mort) de faire référence à l'indépendance perdue. L'expansion ashanti se poursuit après la mort au combat d'Osei Tutu en 1717. Son successeur, Opoku Ware (1720-1750), conquiert presque tous les États akan (à l'exception des États fanti) et gagne un contrôle direct à la mer où il entre en relation avec les marchands européens. Il étend même son influence au-delà de la zone akan, avec la conquête des pays gonja et dagomba (actuelle région du nord) et krakye (actuelle Volta). L'empire ashanti est très hiérarchisé ; immédiatement au-dessous de l'ashanteh [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 12 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Médias

Ghana : carte physique

Ghana : carte physique
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Ghana : drapeau

Ghana : drapeau
Crédits : Encyclopædia Universalis France

drapeau

Ghana : économie

Ghana : économie
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

L'indépendance du Ghana (6 mars 1957)

L'indépendance du Ghana (6 mars 1957)
Crédits : Central Press/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Afficher les 6 médias de l'article

Écrit par :

  • : géographe, directrice de recherche à l'Institut de recherche pour le développement (U.R. 013, migration, mobilités et peuplement)
  • : maître de conférences en histoire à l'université Paris-I, agrégée d'histoire, membre de l'Institut universitaire de France

Classification

Autres références

«  GHANA  » est également traité dans :

ACCRA

  • Écrit par 
  • Pierre VENNETIER
  •  • 429 mots
  •  • 1 média

Capitale du Ghāna, Accra est née vers la fin du xvi e siècle avec l'installation, sur la rive orientale du Korle Lagoon, d'un petit village, Ga. La fondation, entre 1650 et 1680, de trois forts (Fort James, par les Anglais, Fort Crevecœur par les Hollandais, Christiansborg Castle, par les Danois), pour protéger les comptoirs commerciaux établis par des Européens, attirèrent une population autocht […] Lire la suite

AFRIQUE (Histoire) - Les décolonisations

  • Écrit par 
  • Marc MICHEL
  •  • 12 323 mots
  •  • 25 médias

Dans le chapitre « L'Afrique noire anglophone »  : […] La Grande-Bretagne s'engagea la première dans la voie de la décolonisation en Afrique de l'Ouest, où la situation était plus « mûre » qu'ailleurs, et sur les marges du monde noir. Au Soudan, le problème était étroitement lié à l'avenir des relations anglo-égyptiennes. Le processus de transfert de souveraineté y fut très précoce. S'appuyant sur le statut juridique de condominium anglo-égyptien dep […] Lire la suite

ARMAH AYI KWEI (1939- )

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 348 mots

L'œuvre du romancier ghanéen Ayi Kwei Armah traite de la corruption et du matérialisme dans l'Afrique contemporaine. Né en 1939 à Takoradi, dans la colonie de la Gold Coast (auj. au Ghana), Ayi Kwei Armah fréquente les écoles missionnaires locales, puis le collège d'Achimota. En 1959, il part aux États-Unis, où il termine son cursus secondaire à la Groton School, avant d'obtenir une licence à l'un […] Lire la suite

ASHANTI ou ACHANTI

  • Écrit par 
  • Paul MERCIER
  •  • 1 154 mots
  •  • 1 média

Les Ashanti (ou Asante) étaient, d'après les estimations démographiques de 2000, plus de 1 500 000, vivant dans les régions centrales de la république du Ghāna. Ils y ont imposé leur suprématie politique aux xviii e et xix e  siècles, et les contrecoups de leurs opérations militaires se sont fait sentir, par de multiples migrations, dans un vaste espace qui s'étend de la Côte-d'Ivoire au centre d […] Lire la suite

BONO ROYAUME DE

  • Écrit par 
  • Alfred FIERRO
  •  • 222 mots

Entre les royaumes akan méridionaux et les États mossi s'est développé au début du xv e  siècle le royaume de Bono, actuellement Takyiman, au Ghāna. L'expansion du royaume de Bono est favorisée par sa position au contact de la forêt et de la savane. Mais, surtout, les placers aurifères situés à proximité immédiate ont contribué à la richesse de cet État. L'extraction de l'or est attestée dès le rè […] Lire la suite

DÉCOLONISATION

  • Écrit par 
  • Charles-Robert AGERON
  •  • 7 287 mots
  •  • 33 médias

Dans le chapitre « La décolonisation de l'Empire britannique »  : […] Très tôt convaincus que l'Asie allait revenir aux Asiatiques, les Britanniques furent les premiers Européens à se résigner à la décolonisation. L'émancipation de l' Inde avait été vainement demandée depuis la fin du xix e  siècle par l'Indian Congress, le parti du Congrès. Mais celui-ci devint, dans l'entre-deux-guerres, un puissant mouvement nationaliste de masse que les Britanniques divisèrent […] Lire la suite

DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE ET SOCIAL - Développement des pays du Sud

  • Écrit par 
  • Denis COGNEAU, 
  • Philippe DE VREYER, 
  • Sylvie LAMBERT
  •  • 5 718 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Les institutions et la répartition des ressources »  : […] L'identification de ces trois ingrédients de la croissance – la transition démographique, l'accumulation d'épargne et l'accroissement du niveau d'éducation – n'a toutefois pas conduit à la découverte d'une recette miracle pour garantir croissance économique et développement. Ce qui semble avoir fonctionné dans certains pays, en Asie surtout, n'a pas pu être reproduit ailleurs, en Afrique notamment […] Lire la suite

DIAMANT

  • Écrit par 
  • René COUTY, 
  • Yves GAUTIER, 
  • Henri-Jean SCHUBNEL
  •  • 4 336 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Mode de gisement »  : […] La gîtologie du diamant est variée. On le rencontre dans les kimberlites, roches ultra-basiques assez particulières qui se présentent sous forme de pipe , sorte de cheminée d'explosion volcanique, ou de dyke , sorte de filon vertical, peu épais. On le rencontre aussi dans les éluvions et alluvions qui dérivent directement du démantèlement des pipes et des dykes ainsi que dans les gîtes secondaires […] Lire la suite

ÉWÉ ou ÉVHÉ

  • Écrit par 
  • Jacques MAQUET
  •  • 891 mots

Les Éwé (ou Evhé, selon certains historiens comme R. Cornevin) occupent en Afrique occidentale le littoral du golfe de Guinée, de l'embouchure de la Volta, à l'ouest, à celle du Mono, à l'est, et l'arrière-pays sur une profondeur d'environ 150 km. La frontière entre le Ghana et le Togo traverse donc le territoire de cette ethnie (cf. carte in afrique noire . Langues). En 1990, la société éwé compr […] Lire la suite

FEYIASE BATAILLE DE (1701)

  • Écrit par 
  • Claude-Hélène PERROT
  •  • 323 mots

La bataille de Feyiase mit fin à la domination denkyira, qui s'étendait sur les États akan du Ghana et de la Côte d'Ivoire actuels, et marqua l'émergence de l'hégémonie asante (ou ashanti). Elle eut lieu à une quinzaine de kilomètres de Kumasi, la capitale asante. Contrairement aux Asante, le Denkyira, grand producteur d'or, accédait directement à la côte (la Côte de l'Or) où plusieurs « nations » […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

4-30 décembre 2020 Ghana. Élections générales.

Le 4, le président Nana Akufo-Addo et son principal rival – et prédécesseur – John Dramani Mahama, signent un « pacte de paix » par lequel ils s’engagent à respecter le résultat de l’élection présidentielle à venir. Le 7, Nana Akufo-Addo, candidat du Nouveau Parti patriotique (NPP, gauche), remporte l’élection présidentielle avec 51,3 p. 100 des suffrages, contre 47,4 p. […] Lire la suite

2-22 avril 2020 O.N.U. Adoption de résolutions relatives à la Covid-19 par l'Assemblée générale.

Le texte présenté par la Suisse, l’Indonésie, Singapour, la Norvège, le Liechtenstein et le Ghana est finalement soutenu par cent quatre-vingt-huit pays sur cent quatre-vingt-treize. Les cinq pays restants – la Russie, la République centrafricaine, Cuba, le Nicaragua et le Venezuela – soutiennent un texte allant dans le même sens, proposé par Moscou, qui réclame implicitement une levée des sanctions internationales qui frappent la Russie – il ne sera pas adopté. […] Lire la suite

27-30 novembre 2017 France – Burkina Faso – Côte d'Ivoire – Ghana. Tournée du président français Emmanuel Macron en Afrique.

Le 30, Emmanuel Macron achève sa tournée par le Ghana, pays anglophone, qu’il est le premier président français à visiter depuis l’indépendance du pays. […] Lire la suite

7 décembre 2016 Ghana. Élection à la présidence de Nana Akufo-Addo.

Le chef du Nouveau Parti patriotique (gauche, NPP), Nana Akufo-Addo, remporte l’élection présidentielle avec 53,9 p. 100 des suffrages, contre 44,4 p. 100 pour le président sortant John Dramani Mahama, chef du Congrès démocratique national (NDC, centre gauche). Le taux de participation est de 68,6 p. 100. Aux élections législatives qui se déroulent le même jour, le NPP progresse fortement avec 171 sièges sur 275, contre 104 pour le NDC. […] Lire la suite

8-28 août 2014 Afrique de l'Ouest. Aggravation de l'épidémie de fièvre Ebola

Le 28, tandis que les ministres de la Santé de la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest, réunis à Accra (Ghana), peinent à adopter des mesures communes, l'O.M.S. présente un plan d'action visant à éradiquer l'épidémie « en trois mois ». À la fin du mois, le nombre des victimes dépasse mille cinq cents.  […] Lire la suite

Pour citer l’article

Monique BERTRAND, Anne HUGON, « GHANA », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 octobre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/ghana/