RÓHEIM GEZA (1891-1953)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Juvénilisation de l'homme et voie onirique

Le caractère traumatique des expériences infantiles s'explique par la prolongation exceptionnelle de l'enfance dans l'espèce humaine, imposée par l'inachèvement et la prématuration du nouveau-né ; l'enfant est sous la dépendance totale des parents ; liens érotiques et menaces de mort se nouent. « Animal familial » (Weston La Barre), l'homme demeure, par essence, un être immature, incomplet, offert aux déterminations nécessaires, au supplément vital de la culture. Róheim place au fondement de sa doctrine l'hypothèse biologique de la fœtalisation et du retardement formulée par l'anatomiste hollandais Bolk, qui, dans Le Problème de la genèse humaine (Amsterdam, 1926), définit l'homme comme « un fœtus de primate génériquement stabilisé » ; cette néoténie humaine trouve son origine dans l'action de retardement, antagoniste du principe d'évolution, exercée par le système hormonal, l'endocrinon ; action sélective, produisant notamment une dyssynchronie entre soma et germen, qui met la déhiscence, le conflit, à la racine même du devenir humain. Róheim, lui, voit dans la juvénilisation de l'homme, dans la persistance structurelle des traits infantiles, le fondement de « notre morale sexuelle », de la culture, « la clef de la nature humaine ».

À cette « nature humaine » infantile-juvénile Róheim restitue le vaste monde refoulé qu'avait cerné Freud dans la Traumdeutung (1900) : le rêve. Avec Les Portes du rêve s'amorce un cours nouveau de sa recherche : « Je n'aurais jamais saisi, dit-il, toutes les implications des discours de mes patients si je n'avais été familiarisé avec les altjiranga mitjina, les êtres éternels du rêve. » En un splendide retournement, l'anthropologie réfracte sur la psychanalyse les lumières issues de celle-ci. Le « rêve de base », pivot de cette nouvelle « science des rêves », avec sa mouvante dialectique entre une régression, faisant sombrer le dormeur dans son propre corps habité comme utérus maternel, et la génitalité, où le corps du rêveur s'érige en phallus, définit [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  RÓHEIM GEZA (1891-1953)  » est également traité dans :

INDIVIDU & SOCIÉTÉ

  • Écrit par 
  • André AKOUN
  •  • 4 488 mots

Dans le chapitre « Les médiations familiales »  : […] Montrer que le sujet se constitue dans sa relation à la Loi ne suffit pas à rendre compte du rapport qui s'établit entre la personnalité des individus dans une société donnée et la culture qui la distingue. Quels processus aboutissent, en effet, à « faire du petit Manu un Manu et du petit Arapesh un Arapesh » ? – comme se le demande Margaret Mead. L'apport irrécusable de la psychanalyse est à cet […] Lire la suite

INITIATION

  • Écrit par 
  • Roger BASTIDE
  •  • 7 138 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'interprétation psychanalytique »  : […] Parmi les théories les plus célèbres, il faut faire une place à part à la psychanalyse, qui a fait de l'interprétation des rites de l'initiation un de ses champs préférés d'étude. Les sévices que doit subir l'initié ne constituent pas, comme le prétendent les sociologues, une école d'endurance et de courage, mais ils expriment l'hostilité du père (ou de ses substituts) envers le fils ; la circonc […] Lire la suite

JEU - Ethnologie du jeu

  • Écrit par 
  • Geza de ROHAN-CSERMAK
  •  • 9 576 mots

Dans le chapitre « La clé de la nature humaine »  : […] Une thèse de Géza Roheim peut servir d'exemple pour prouver combien la conclusion générale des investigations dans une branche ethnologique spéciale est révélatrice des réflexions philosophiques sur le jeu. À partir de la psychanalyse, Roheim démontre en effet que le processus de la maturité est considérablement plus lent chez les hommes que chez les autres mammifères. Il appelle ce phénomène « e […] Lire la suite

MAGIE

  • Écrit par 
  • René ALLEAU, 
  • Roger BASTIDE
  •  • 11 230 mots

Dans le chapitre « Les théories anti-intellectuelles de la magie »  : […] Si les lois de la magie ne se ramènent pas à des lois logiques, ne serait-ce pas que la magie a sa racine dans une autre logique que celle de l'esprit, qui demeure abstraite, pour en adopter une autre, « naturelle » en quelque sorte, s'enracinant dans le corps, la libido et le désir. Bergson trouve le principe de la magie imitative dans le geste du primitif qui voudrait tuer son ennemi, mais l'enn […] Lire la suite

RITES

  • Écrit par 
  • Jean CAZENEUVE
  •  • 3 731 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Fonctions et explications »  : […] L'un des fondateurs de l'école fonctionnaliste, Bronislaw Malinowski, voit dans les rites une création de l'intelligence ayant pour finalité de pallier les déficiences de l' instinct chez l'homme. Les instincts n'étant pas régis par des règles biologiques comme ils le sont chez les animaux, ce sont des obligations édictées par la société sous forme d'actions stéréotypées ou d'interdictions qui vie […] Lire la suite

SOCIO-ANALYSE

  • Écrit par 
  • Jean POIRIER
  •  • 3 054 mots

Dans le chapitre « Anthropologie et psychanalyse »  : […] Róheim se situe dans une orientation diamétralement opposée à celle du culturalisme, qui s'attachait à montrer comment les modèles culturels spécifiaient l'individu. À la fois anthropologue et psychanalyste, il souligne au contraire l'importance du « fonds psychique commun » et veut dégager dans toutes les architectures sociales « un symbolisme potentiellement universel ». C'est ainsi qu'il estime […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Roger DADOUN, « RÓHEIM GEZA - (1891-1953) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 07 mai 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/geza-roheim/