RÓHEIM GEZA (1891-1953)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La théorie ontogénétique de la culture

S'inspirant des mœurs de primates décrits par Darwin et T. W. Atkinson, Freud construit dans Totem et Tabou son schéma de la horde originaire : un père jaloux et tout-puissant s'approprie toutes les femmes et chasse, tue ou châtre ses fils devenus ses rivaux ; ces derniers se liguent un jour contre lui et le tuent ; ce meurtre originaire serait l'acte inaugural de la société humaine, de la culture. Róheim fait un fécond usage de cette grille freudienne, avec toutes ses implications sexuelles œdipiennes ; mais au recours à un obscur passé de l'espèce, à la « sorcière phylogenèse » (Freud) il substitue l'analyse des « porteurs actuels » de la culture et avant tout des structures infantiles, telles que les dégage Melanie Klein : fantasmes de destruction et de réparation, précocité extrême de l'agression, de la culpabilité, de la pulsion de mort, des « précurseurs » de l'Œdipe et du surmoi... Les interférences massives et souvent brutales de l'adulte dans le développement libidinal de l'enfant – soins, gratifications, frustrations, répression, séductions et sollicitations de toutes sortes – composent ce que Róheim nomme le trauma ontogénétique, matrice psychoculturelle fondamentale.

Le trauma ontogénétique varie avec chaque culture. Chez les Australiens du désert central, Róheim rencontre la situation alknarintja : la mère a coutume de se coucher sur son tout jeune fils – d'où stimulation du désir œdipien et de l'angoisse de castration et un fort investissement érotique du pénis, qui jouera un rôle central dans cette culture : « Le symbole utilisé dans le rituel (tjurunga), dit Róheim, est phallique, comme sont phalliques le symbole de la magie (os pointu) et l'instrument majeur de la vie quotidienne, l'arme du chasseur (la lance). » Sur le tjurunga, plaquette sacrée, pénis du grand ancêtre Malpunga et double éternel de l'individu, sont gravés des cercles concentriques : [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  RÓHEIM GEZA (1891-1953)  » est également traité dans :

INDIVIDU & SOCIÉTÉ

  • Écrit par 
  • André AKOUN
  •  • 4 488 mots

Dans le chapitre « Les médiations familiales »  : […] Montrer que le sujet se constitue dans sa relation à la Loi ne suffit pas à rendre compte du rapport qui s'établit entre la personnalité des individus dans une société donnée et la culture qui la distingue. Quels processus aboutissent, en effet, à « faire du petit Manu un Manu et du petit Arapesh un Arapesh » ? – comme se le demande Margaret Mead. L'apport irrécusable de la psychanalyse est à cet […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/individu-et-societe/#i_20

INITIATION

  • Écrit par 
  • Roger BASTIDE
  •  • 7 138 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'interprétation psychanalytique »  : […] Parmi les théories les plus célèbres, il faut faire une place à part à la psychanalyse, qui a fait de l'interprétation des rites de l'initiation un de ses champs préférés d'étude. Les sévices que doit subir l'initié ne constituent pas, comme le prétendent les sociologues, une école d'endurance et de courage, mais ils expriment l'hostilité du père (ou de ses substituts) envers le fils ; la circonc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/initiation/#i_20

JEU - Ethnologie du jeu

  • Écrit par 
  • Geza de ROHAN-CSERMAK
  •  • 9 576 mots

Dans le chapitre « La clé de la nature humaine »  : […] Une thèse de Géza Roheim peut servir d'exemple pour prouver combien la conclusion générale des investigations dans une branche ethnologique spéciale est révélatrice des réflexions philosophiques sur le jeu. À partir de la psychanalyse, Roheim démontre en effet que le processus de la maturité est considérablement plus lent chez les hommes que chez les autres mammifères. Il appelle ce phénomène « e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jeu-ethnologie-du-jeu/#i_20

MAGIE

  • Écrit par 
  • René ALLEAU, 
  • Roger BASTIDE
  •  • 11 230 mots

Dans le chapitre « Les théories anti-intellectuelles de la magie »  : […] Si les lois de la magie ne se ramènent pas à des lois logiques, ne serait-ce pas que la magie a sa racine dans une autre logique que celle de l'esprit, qui demeure abstraite, pour en adopter une autre, « naturelle » en quelque sorte, s'enracinant dans le corps, la libido et le désir. Bergson trouve le principe de la magie imitative dans le geste du primitif qui voudrait tuer son ennemi, mais l'enn […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/magie/#i_20

RITES

  • Écrit par 
  • Jean CAZENEUVE
  •  • 3 731 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Fonctions et explications »  : […] L'un des fondateurs de l'école fonctionnaliste, Bronislaw Malinowski, voit dans les rites une création de l'intelligence ayant pour finalité de pallier les déficiences de l' instinct chez l'homme. Les instincts n'étant pas régis par des règles biologiques comme ils le sont chez les animaux, ce sont des obligations édictées par la société sous forme d'actions stéréotypées ou d'interdictions qui vie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rites/#i_20

SOCIO-ANALYSE

  • Écrit par 
  • Jean POIRIER
  •  • 3 054 mots

Dans le chapitre « Anthropologie et psychanalyse »  : […] Róheim se situe dans une orientation diamétralement opposée à celle du culturalisme, qui s'attachait à montrer comment les modèles culturels spécifiaient l'individu. À la fois anthropologue et psychanalyste, il souligne au contraire l'importance du « fonds psychique commun » et veut dégager dans toutes les architectures sociales « un symbolisme potentiellement universel ». C'est ainsi qu'il estime […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/socio-analyse/#i_20

Voir aussi

Pour citer l’article

Roger DADOUN, « RÓHEIM GEZA - (1891-1953) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/geza-roheim/