RÓHEIM GEZA (1891-1953)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Psychanalyse et anthropologie

Né à Budapest en 1891 dans une famille de riches commerçants, Géza Róheim, après une solide formation classique, poursuit à Leipzig, puis à Berlin, des études d'anthropologie que couronne un doctorat de philosophie, section géographie. Il étudie avec passion les premiers grands travaux des psychanalystes, Freud, Sandor Ferenczi, Karl Abraham, Otto Rank : « Ce fut sans résistance, dit-il, que j'acceptai ce principe général : la clef des données anthropologiques doit être cherchée dans les processus inconscients ou primaires. » Il en fait dès 1911, avec Dragons et tueurs de dragons, la démonstration sur le folklore hongrois, dans une série d'articles publiés dans la revue Ethnographia. Au cours des années 1915-1916, il se fait psychanalyser par Ferenczi, puis par Mme Vilma Kovacs. Un essai sur Le Soi paru dans Imago (1921) et une étude sur le totémisme australien lui valent le prix Freud de psychanalyse appliquée. Róheim partage son temps entre l'étude et la pratique de la psychanalyse et le dépouillement d'une vaste littérature anthropologique, qui aboutissent à un fort ouvrage sur Le Totémisme australien (Londres, 1925).

Grâce à une subvention de Marie Bonaparte, Róheim entreprend en 1928, avec sa femme Ilonka, un grand périple ethnographique : après un bref séjour en Somalie, il passe plusieurs mois dans la région d'Alice Springs, au cœur du continent australien, à étudier les tribus « les plus primitives du globe » ; il séjourne ensuite près d'un an à l'île Normanby, en Mélanésie, accumulant les matériaux pour riposter aux assertions de l'ethnologue Malinowski qui, de ses observations sur la vie sexuelle aux îles Trobriand, avait conclu à l'absence du complexe d'Œdipe dans une société matrilinéaire. Au retour, traversant les États-Unis, il séjourne quelque temps en Californie pour étudier les Indiens Yuma. L'essentiel de ses observations est condensé dans sa Psychanalyse de types culturels primitifs (1932).

L'expansion du nazisme en Europe contraint[...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  RÓHEIM GEZA (1891-1953)  » est également traité dans :

INDIVIDU & SOCIÉTÉ

  • Écrit par 
  • André AKOUN
  •  • 4 488 mots

Dans le chapitre « Les médiations familiales »  : […] le pas sur le père, celui-ci ne saurait occuper la position d'un rival menaçant. À quoi Roheim objectait avec finesse, dans Psychanalyse et anthropologie : « J'aimerais bien savoir comment le nouveau-né sait qu'il a le pas sur son père ? et est-ce que cela donne à un enfant de trois ans la force d'un adulte ? Si l'on croit que […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/individu-et-societe/#i_20

INITIATION

  • Écrit par 
  • Roger BASTIDE
  •  • 7 139 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'interprétation psychanalytique »  : […] à ce que, l'initiation n'existant pas chez nous, notre surmoi se forme par l'intériorisation du père, tandis que chez les « primitifs » il restera extérieur à l'ego et collectif : les anciens se déchargent de leur hostilité sur les jeunes, leurs rivaux sexuels, et par la peur les font obéir à la tradition (G. Roheim […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/initiation/#i_20

JEU - Ethnologie du jeu

  • Écrit par 
  • Geza de ROHAN-CSERMAK
  •  • 9 576 mots

Dans le chapitre « La clé de la nature humaine »  : […] Une thèse de Géza Roheim peut servir d'exemple pour prouver combien la conclusion générale des investigations dans une branche ethnologique spéciale est révélatrice des réflexions philosophiques sur le jeu. À partir de la psychanalyse, Roheim démontre en effet que le processus de la maturité est considérablement plus lent chez les hommes que chez […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jeu-ethnologie-du-jeu/#i_20

MAGIE

  • Écrit par 
  • René ALLEAU, 
  • Roger BASTIDE
  •  • 11 230 mots

Dans le chapitre « Les théories anti-intellectuelles de la magie »  : […] La théorie de Geza Roheim est un peu différente. Il part de la constatation que le sorcier ne peut agir contre quelqu'un que s'il possède quelque partie de cette personne, ongles, cheveux, etc. Les appartenances, qui se trouvent maintenant entre les mains du sorcier, entraînent, pour l'individu qui ne les possède plus, une perte de substance, par […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/magie/#i_20

RITES

  • Écrit par 
  • Jean CAZENEUVE
  •  • 3 732 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Fonctions et explications »  : […] ethnographique sur laquelle se fondait Freud est fort discutable. Plusieurs de ses successeurs, par exemple Geza Róheim, ont cherché à relier comme lui le principe du rite à celui de la théorie psychanalytique, c'est-à-dire à l'impulsion inconsciente qui crée des sentiments ambivalents à l'égard du père et un sentiment d'attachement érotique […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rites/#i_20

SOCIO-ANALYSE

  • Écrit par 
  • Jean POIRIER
  •  • 3 054 mots

Dans le chapitre « Anthropologie et psychanalyse »  : […] Róheim se situe dans une orientation diamétralement opposée à celle du culturalisme, qui s'attachait à montrer comment les modèles culturels spécifiaient l'individu. À la fois anthropologue et psychanalyste, il souligne au contraire l'importance du « fonds psychique commun » et veut dégager dans toutes les architectures […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/socio-analyse/#i_20

Pour citer l’article

Roger DADOUN, « RÓHEIM GEZA - (1891-1953) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/geza-roheim/