GERMAINS ORIENTAUX, archéologie et art

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'époque romaine (Ier-IVe s.)

Pline et Tacite ont décrit la Germania, vaste territoire compris entre la Rhénanie à l'ouest et le bassin de la Vistule et les Carpates à l'est. Ils distinguaient trois principaux groupes de Germains : en Rhénanie, ceux qu'ils appellent « les fils du dieu Mannus », dans la région de l'Elbe, les Suèves et, enfin, à l'est, les Vandilii. Selon l'archéologue allemand Rolf Hachmann, ces trois groupes de tribus constituaient des lignes cultuelles chacune dotée d'un panthéon particulier et correspondant à trois zones de pratiques funéraires différentes. R. Hachmann localise les Vandilii dans la région de l'Oder-Vistule, et il y a tout lieu de penser qu'ils coïncident avec les Germains orientaux connus des linguistes. L'analyse des textes montre que le groupe des Vandilii comprenait plusieurs peuples, en particulier les Goths et les Burgondes. Or les recherches archéologiques attestent effectivement, dans la région de l'Oder-Vistule en Pologne, la présence à l'époque romaine de plusieurs cultures archéologiques très proches : celles de Przeworsk, de Wielbark, de Luboszyce et du groupe de Debczyno. Ces cultures, si elles se distinguent par certains détails dans les pratiques funéraires, par les types d'objets qui les caractérisent (appelés « fossiles directeurs » d'une culture), possèdent également de nombreux traits communs qui témoignent de la similitude de leur développement social et économique et de leurs liens culturels. Certaines de ces cultures peuvent avoir une origine non germanique (en particulier celle de Przeworsk) ou montrer de fortes influences étrangères (notamment celtiques), mais leur attribution ethnique est déterminée par le fait que leurs contemporains, selon les auteurs anciens, considéraient les peuples qui vivaient sur ces territoires comme des Germains. Outre ces cultures archéologiques de l'Oder-Vistule, les Germains orientaux sont probablement aussi représentés plus au sud, au début de l'époque romaine, dans les bassins du Danube inférieur et du Dniestr. On y a en effet découvert la culture de Poieneşti-Lukaševka qui offre de nombreuses ressemblances avec d'autres cultures germaniques. On peut l'attribuer, en partie au moins, aux Bastarnes, Germains mentionnés par les sources écrites au sud de l'Europe orientale.

Territoire des Germains orientaux aux époques romaine et des Grandes Migrations

Dessin : Territoire des Germains orientaux aux époques romaine et des Grandes Migrations

Le territoire des Germains orientaux à l'époque romaine et au début de l'époque des Grandes Migrations. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Les Germains orientaux de l'époque romaine ont laissé deux sortes de sites : des nécropoles et des habitats non fortifiés qui se répartissent de façon très inégale à l'intérieur des frontières des cultures mentionnées. On les découvre en effet sur des territoires relativement restreints, appartenant sans doute à de petites communautés, et séparés par des espaces vides.

Les nécropoles relèvent généralement du type dit « champs de sépultures », car elles ne sont signalées de nos jours par aucun aménagement visible à la surface du sol. Les incinérations, avec ou sans mobilier, peuvent avoir été déposées dans les urnes, en pleine terre, ou encore dans des fosses, et dans ce cas elles sont surmontées d'aménagements en pierre. Les inhumations habillées en pleine terre sont généralement accompagnées d'offrandes. La proportion de ces diverses pratiques funéraires varie selon les cultures. Celle de Przeworsk se caractérise par la prédominance des incinérations sur les inhumations et par la coutume de déposer des armes dans les tombes. En revanche, dans la culture de Wielbark, les inhumations sont plus nombreuses et l'on n'a jamais mis au jour d'armes à côté des défunts. Les pratiques funéraires évoluent également avec le temps : si durant presque toute l'époque romaine les tombes individuelles sont la règle, au ive siècle on observe, notamment dans les cultures de Przeworsk et de Luboszyce, des nécropoles sur lesquelles les restes osseux incinérés forment une surface continue, sans que l'on puisse isoler de tombes individuelles. D'autre part, certaines particularités attestent l'apparition, parmi les Germains orientaux, de nouveaux groupes de population. Ainsi, les nécropoles à tumulus (tertres en terre et en pierre) de la culture de Wielbark en Poméranie témoignent de l'arrivée de groupes issus de Scandinavie, certainement des Goths. Dès le ier siècle, les Germains orientaux ont laissé des tombes « princières ». Celle du type Lübsow ont livré un riche mobilier avec de nombreux objets d'importation romaine (notamme [...]

Rite funéraire, Germains orientaux

Dessin : 
			Rite funéraire, Germains orientaux

La civilisation des Germains orientaux à l'époque romaine et au début des grandes migrations. Exemple de rite funéraire. Inhumation surmontée d'un cercle en pierres, culture de Wielbark. Nécropole de Gdynia-Oksywie (Pologne).  

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages

Médias de l’article

Territoire des Germains orientaux aux époques romaine et des Grandes Migrations

Territoire des Germains orientaux aux époques romaine et des Grandes Migrations
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte


			Rite funéraire, Germains orientaux

Rite funéraire, Germains orientaux
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin


			Exemple d'habitat, Germains orientaux   

Exemple d'habitat, Germains orientaux   
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin


			Culture de Przeworsk   , Germains orientaux

Culture de Przeworsk   , Germains orientaux
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Afficher les 12 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  GERMAINS ORIENTAUX, archéologie et art  » est également traité dans :

VANDALES

  • Écrit par 
  • Patrick PÉRIN
  •  • 4 160 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les témoignages archéologiques »  : […] Les témoins archéologiques concernant les Vandales apparaissent des plus ténus jusqu'à leur établissement dans la partie orientale du Maghreb, ce qui ne saurait étonner. Les peuples en mouvement laissent en effet peu de traces dans le sol du fait de la brièveté relative de leurs étapes. C'est ainsi qu'il est pratiquement utopique d'espérer jalonner par des trouvailles archéologiques les itinérair […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Michel KAZANSKI, « GERMAINS ORIENTAUX, archéologie et art », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/germains-orientaux-archeologie-et-art/