RICHIER GERMAINE (1902-1959)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Dialogue avec l'abstraction

En 1949, le père Couturier commande à Germaine Richier un Christ pour l'église d'Assy. L'artiste réalise alors une œuvre où tout détail anatomique est délaissé pour donner à voir un corps à peine déterminé, dont les bras démesurés semblent s'ouvrir sur le monde et se confondent avec la barre horizontale de la croix. L'œuvre, dont André Malraux disait : « ...il est le seul Christ moderne devant lequel quiconque peut prier », déclenche la colère des intégristes. Retiré du maître autel par l'évêque d'Annecy il ne sera remis en place qu'en 1969, dix ans après la mort du sculpteur.

À côté de ces grandes figures isolées, à la facture viscérale, Germaine Richier, dans le souci constant de se renouveler, place de longues silhouettes de bronze devant des fonds abstraits réalisés par Vieira da Silva, Hartung ou Zao Wou-ki. Ainsi s'instaure un curieux dialogue entre l'abstraction dominante de l'époque et l'œuvre d'une artiste qui l'a toujours volontairement rejetée. Séduite par l'utilisation de la couleur, elle réalise une série de grands plâtres peints et applique des verres colorés sur des petits bronzes dorés qu'elle fond elle-même, conférant ainsi un certain dynamisme à ces objets de vitrine au raffinement baroque. L'Échiquier, grand, qui date de l959 (Musée national d'art moderne, Centre Georges-Pompidou, Paris) et dont le plâtre est conservé à la Tate Gallery, à Londres, est la dernière des œuvres majeures de l'artiste. Composée des cinq personnages du jeu d'échec : roi, reine, fou, cavalier et tour, on y retrouve cette esthétique fantastique unique où se mêlent formes animales et formes humaines.

Avant sa mort, survenue en 1959, l'œuvre de Germaine Richier a été largement exposée en France : rétrospective au Musée d'art moderne, à Paris en l956, et au château Grimaldi à Antibes. À l'étranger, c'est la Martha Jackson Gallery de New York qui lui consacre une exposition personnelle. L'artiste expose, par ailleurs, à la Kunsthalle de Berne, au Walker Art Center de Minneapolis et à la Documenta de Cassel en 1958. De plus, elle eut une influence dét [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages





Écrit par :

Classification


Autres références

«  RICHIER GERMAINE (1902-1959)  » est également traité dans :

ART SACRÉ

  • Écrit par 
  • Françoise PERROT
  •  • 5 348 mots

Dans le chapitre « Le tournant de 1945 et la « querelle de l'art sacré » »  : […] Le père dominicain Marie-Alain Couturier (1877-1954), ancien collaborateur des Ateliers d'art sacré, était une personnalité très écoutée en matière d'art religieux dans les années 1930, d'autant plus qu'il publiait régulièrement ses réflexions dans de nombreux ouvrages et articles, en particulier pour la revue L'Art sacré . Sur le vitrail, par exemple, dont il rappelait le rôle : « la lumière du j […] Lire la suite

ART SACRÉ L', revue

  • Écrit par 
  • Françoise CAUSSÉ
  •  • 2 016 mots

Dans le chapitre « Les grandes années (1945-1954) »  : […] L'Art sacré refusa de paraître durant la guerre que le père Couturier passa aux États-Unis et au Canada. Il y bénéficia des collections d'art français, se lia avec nombre d'artistes et approfondit sa réflexion ( Art et catholicisme, Chroniques , 1945). Après sa démobilisation le père Régamey resta à Paris ; il se lia avec Rouault, Manessier (en 1944). À la Libération, dans un contexte de totale p […] Lire la suite

RÉGAMEY RAYMOND (1900-1996)

  • Écrit par 
  • Françoise CAUSSÉ
  •  • 936 mots

Dominicain, historien de l'art, le père Régamey marqua la réflexion sur l'art religieux au xx e  siècle en France. Fils de Jeanne Heilman et de Frédéric Régamey (1849-1925) Raymond Régamey est né le 10 janvier 1900 à Beblenheim dans une famille protestante d'écrivains et d'artistes. Sa mère, alsacienne, fit une carrière littéraire ; son père était peintre et illustrateur. Après de solides études s […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Maïten BOUISSET, « RICHIER GERMAINE - (1902-1959) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 mars 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/germaine-richier/